Azerbaïdjan : Le Kremlin va-t-il réactiver ses vieux trucs ?



Yüklə 23.04 Kb.
tarix09.08.2018
ölçüsü23.04 Kb.



Azerbaïdjan : Le Kremlin va-t-il réactiver ses vieux trucs ?

EurasiaNet.org – armenews.com - 9/8/2013




La Russie veut-elle la chute de l'administration du président Ilham Aliyev en Azerbaïdjan en soutenant un nouveau groupe de lobby issu de la diaspora. Les fonctionnaires et les analystes à Bakou croient que le Kremlin tente de trouver un moyen de se mêler des affaires intérieures de l'Azerbaïdjan.
La nouvelle organisation est appelée l'Union des organisations azerbaïdjanaises de la Russie (UAOR). Les médias Azerbaïdjanais l'ont surnommé « L'union des milliardaires » en raison de l'appartenance en son sein de fantastiques riches d'origine Azéris. Parmi les dirigeants du groupe figurent au premier plan le promoteur immobilier / détaillant Araz Agalarov, le père du beau-fils du président Ilham Aliev, le chanteur pop Emin Agalarov ; le magnat Telman Ismayilov, propriétaire du groupe touche-à-tout AST ; Iskender Khalilov, propriétaire de l'entreprise ISR Trans et Vagit Alekperov, président de la société LUKOIL.
Ces hommes, généralement considérées comme proches à la fois du Kremlin et du Président Aliyev, sont contrebalancés par quelques leaders dont la loyauté va au président russe Vladimir Poutine. Ramazan Abdoulatipov, ancien ambassadeur de Russie au Tadjikistan, est d'origine du Daghestan et président de la République du Daguestan en Russie, qui borde l'Azerbaïdjan. Un autre copain du Kremlin est le magnat Soyun Sadigov, azéri de Géorgie qui a travaillé pour le KGB dans les années 1980. Sadigov est aussi l'ancien chef de l'organisation de la diaspora AzerRos et l'un des fondateurs du parti pro-Poutine Unité nationale russe.
De longue date le proche d'Aliyev Abbas Abbasov , qui a servi comme premier vice Premier ministre de 1992 à 2006, préside le nouveau groupe.
Comme un amant éconduit, les dirigeants azerbaïdjanais ont mal pris le fait que les fondateurs de l'UAOR aient abandonné le Congrès pan russo-azéri , une organisation considérée comme fiable sous la coupe de Bakou, afin de créer ce nouveau groupe. En octobre dernier, le Comité d'Etat pour le travail avec la diaspora a dénoncé l'UAOR, avertissant que cela pourrait diviser la diaspora Azerbaïdjanaise en Russie forte de plus de 2 millions de personnes.
Contrôlées par le Gouvernement azerbaïdjanais les médias ont emboîté le pas au comité état, en publiant des articles qui impliquent une supposée intention de l'UAOR de saper l'autorité du Président Aliyev. Le raisonnement est que seul le Kremlin pourrait être capable de faire en sorte qu'autant de milliardaires de russie se joignent à une telle organisation a écrit un éditeur pour 1news.az. Le président géorgien Mikheïl Saakachvili, ancien ennemi de Poutine, est devenu la figure de proue de l'affirmation selon laquelle la Russie a des intentions malveillantes. Il a déclaré aux journalistes le 28 février après un voyage à Bakou, que le complot de Moscou vise à renverser le gouvernement azerbaïdjanais, et qu'il utilise les Russes d'origine azérie à savoir, Sadigov et Lukoil Alekperov afin d'atteindre ce but.
Pour de nombreux Azerbaïdjanais l'absence d'une réponse publique de Bakou à propos de Saakashvili a fait penser à un vieux proverbe azéri qui dit « je dis à ma fille de faire en sorte que ma belle-fille entende ». En d'autres termes, Aliyev a voulu offrir un message à Poutine et Saakachvili a été utilisé à cette fin.
L'apparence de l'UAOR n'est peut-être pas surprenant, étant donné

qu'au cours des dernières années, les relations entre l'Azerbaïdjan et

la Russie n'ont cessé de se dégrader. La Russie a choisi de ne pas

renouveler son bail sur la station radar de Gabala et a perdu sa

présence militaire en Azerbaïdjan. Le président Aliyev a déclaré que

l'opération ne convenait pas aux intérêts de Bakou.


Aliev a également déclaré que Bakou n'a aucun intérêt à se joindre à

l'Union économique eurasienne , une organisation activement promu par

Poutine. Les négociations dans l'impasse entre l'Azerbaïdjan et

l'Arménie concernant un accord de paix au Haut-Karabagh - un processus

dans lequel la Russie, un fidèle allié arménien, est l'un des

coordinateurs - ont ajouté à la tension.


Aliyev, qui dans le passé se réunissait avec l'ex-président russe

Dmitri Medvedev au moins deux fois par an, est le seul membre de la

Communauté des États indépendants qui n'a pas encore eu de réunions

avec Poutine depuis son retour à la présidence en 2012.


De nombreux analystes basés à Bakou contestent l'idée que UAOR est un

« projet du Kremlin » visant à renverser Aliyev. « Bien sûr, le

gouvernement russe pourrait montrer un certain intérêt pour elle, ce

qui est naturel » a déclaré l'analyste politique Rasim Agayev. « Mais

dire que le Kremlin a pris des mesures contre les autorités

azerbaïdjanaises n'est pas sérieux ».


Vafa Guluzade, un ancien haut conseiller en politique étrangère du

Président Heydar Aliyev, a ajouté que le Kremlin aurait pu créer

l'UAOR pour faire pression sur Bakou, mais pas avec le moindre

objectif immédiat à l'esprit. « Je vois cela comme une forme de

pression et d'intimidation contre le gouvernement azerbaïdjanais, qui

pourrait être utilisé lorsque Poutine en a besoin », a déclaré

Guluzade.
Le député Asim Mollazade, chef du parti pro-gouvernemental des

réformes démocratiques, estime également que la Russie utilise le «

soft power », par l'intermédiaire des médias, des partis et des

organisations non gouvernementales, pour faire pression à la fois sur

Bakou et Tbilissi afin de rejoindre la ligne du Kremlin, en

particulier dans le domaine de l'énergie. Moscou cherche désespérément

à conserver une position dominante en ce qui concerne

l'approvisionnement en gaz naturel vers l'Europe.


« Je ne pense pas que la Russie a des plans précis concernant un coup

d'État en Azerbaïdjan, mais après l'accord [avec la Turquie] à propos

de la construction du gazoduc Trans-anatolienne ... qui a été signé,

la situation dans la région est proche de ce qu'elle était lorsque

l'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan était en cours de construction », a

commenté Mollazade cité par News.az. Le scénariste Rustam Ibrahimbekov

(son actif le plus important est `Burnt by the Sun`) est un autre

membre de l'UAOR. Il affirme que le groupe n'a aucune loyauté

particulière vis-à-vis de Moscou ou de Bakou, et il a exprimé sa

surprise face à la réaction officielle de Bakou.


Les milliardaires de l'UAOR n'ont pas jugé nécessaire de « demander la

permission des autorités azerbaïdjanaises de créer quelque chose, car

ils sont citoyens de la Russie » a dit Ibrahimbekov à EurasiaNet.org.

La réaction de Bakou est « étrange », a-t-il ajouté.


« Ce n'est pas un projet du Kremlin et ce n'est pas contre Ilham

Aliyev » a souligné Ibrahimbekov. Dans des observations à l'Agence

Turan News fin de l'année dernière, il a expressément cherché à

dissiper les notions de `scénario géorgien` qui pourrait se jouer à

Bakou. Il faisait allusion à la victoire électorale parlementaire en

octobre de la coalition dirigée par Bidzina Ivanishvili, un

milliardaire qui est revenu de la Russie pour contester le parti de

Saakachvili le Mouvement national uni. L'UAOR ne contient pas

quelqu'un qui pourrait devenir un « Ivanishvili Azerbaïdjanais », a

insisté Ibrahimbekov.


Rasim Agayev estime que le débat « hystérique » sur l'UAOR dans les

médias contrôlés par le gouvernement reflète simplement « le désir des

autorités d'avoir un contrôle total sur tout, même à l'extérieur de

l'Azerbaïdjan ».


* Shahin Abbasov est une journaliste indépendante basée à Bakou.




Dostları ilə paylaş:


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©genderi.org 2017
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə