De la grammatologie



Yüklə 3,57 Mb.

səhifə47/158
tarix25.07.2018
ölçüsü3,57 Mb.
1   ...   43   44   45   46   47   48   49   50   ...   158

DE LA GRAMMATOLOGIE COMME SCIENCE POSITIVE

phonétique. La distinction entre l'écriture phonétique et l'écri-

ture non-phonétique, tout indispensable et légitime qu'elle est,

reste très dérivée au regard de ce qu'on pourrait appeler une

synergie et une synesthésie fondamentales. Il s'ensuit que non

seulement le phonétisme n'est jamais tout-puissant mais aussi

qu'il a toujours déjà commencé à travailler le signifiant muet.

« Phonétique » et « non-phonétique » ne sont donc jamais

les qualités pures de certains systèmes d'écriture, ce sont les

caractères abstraits d'éléments typiques, plus ou moins nom-

breux et dominants, à l'intérieur de tout système de significa-

tion en général. Leur importance tient d'ailleurs moins à leur

distribution quantitative qu'à leur organisation structurelle.

Le cunéiforme, par exemple, est à la fois idéogrammatique et

phonétique. Et l'on ne peut même pas dire que chaque signi-

fiant graphique appartient à telle ou telle classe, le code cunéi-

forme jouant alternativement sur les deux registres. En vérité,

chaque forme graphique peut avoir une double valeur —idéo-

graphique et phonétique. Et sa valeur phonétique peut être

simple ou complexe. Un même signifiant peut avoir une ou

plusieurs valeurs phoniques, il peut être homophone ou poly-

phone. A cette complexité générale du système s'ajoute encore

un recours subtil à des déterminatifs catégoriels, à des com-

pléments phonétiques inutiles dans la lecture, à une ponctua-

tion fort irrégulière. Et R. Labat montre qu'il est impossible

ici de comprendre le système sans passer par son histoire

 39


.

Cela est vrai de tout système d'écriture et ne dépend pas de

ce qu'on considère parfois hâtivement comme des niveaux

d'élaboration. Dans la structure d'un récit pictographique par

exemple, une représentation-de-chose, tel un blason totémique,

peut prendre une valeur symbolique de nom propre. A partir

de ce moment, en tant qu'appellation, elle peut fonctionner

dans d'autres enchaînements avec une valeur phonétique

 40

.

39. L'écriture cunéiforme et la civilisation mésopotamienne, EP,



p. 74. sq.

40. A. Métraux, Les primitifs, signaux et symboles, pictogrammes



et protoécriture. Un exemple, parmi tant d'autres, de ce que Métraux

appelle « ébauche de phonétisme » : « Ainsi, le chef Cheyenne

qui s'appelle « tortue-suivant-sa-femelle » sera représenté par un

personnage surmonté de deux tortues. « Petit-homme » sera iden-

tifié à une silhouette d'enfant dessinée au-dessus de sa tête. Cette

expression des noms propres ne pose guère de difficultés lorsqu'il

135



DE LA GRAMMATOI.OGIE

Sa stratification peut ainsi devenir fort complexe et déborder

la conscience empirique liée à leur usage immédiat. Débordant

cette conscience actuelle, la structure de ce signifiant peut

continuer à opérer non seulement dans les franges de la cons-

cience potentielle mais selon la causalité de l'inconscient.

On voit que le nom, singulièrement le nom dit propre, est

toujours pris dans une chaîne ou un système de différences.

Il ne devient appellation que dans la mesure où il peut s'ins-

crire dans une figuration. Le propre du nom n'échappe pas

à l'espacement, qu'il soit relié par son origine à des représen-

tations de choses dans l'espace ou qu'il reste pris dans un

système de différences phoniques ou de classification sociale

apparemment délié de l'espace courant. La métaphore travaille

le nom propre. Le sens propre n'existe pas, son « apparence »

est une fonction nécessaire — et qu'il faut analyser comme

telle — dans le système des différences et des métaphores. La

parousie absolue du sens propre, comme présence à soi du

logos dans sa voix, dans le s'entendre-parler absolu, doit être

située comme une fonction répondant à une indestructible mais

relative nécessité, à l'intérieur d'un système qui la comprend.

Cela revient à situer la métaphysique ou l'onto-théologie du

logos.


Le problème du rébus à transfert résume toute la difficulté.

Une représentation de chose peut se trouver investie, en tant

que pictogramme, d'une valeur phonétique. Celle-ci n'efface

pas la référence « pictographique » qui n'a d'ailleurs jamais

été simplement « réaliste ». Le signifiant se brise ou s'étoile

s'agit de choses concrètes, mais elle met à dure épreuve l'imagina-

tion du scribe s'il lui faut rendre par la pictographie des idées

abstraites. Pour transcrire le nom d'un individu appelé « grande-

route », un indien Oglagla a eu recours à la combinaison symbo-

lique suivante : des traits parallèles avec des traces de pas font

songer à la « route », un oiseau peint près de celle-ci évoque la

rapidité qui est, évidemment, un des attributs des « bonnes routes ».

Il est clair que seuls ceux qui connaissent déjà les noms corres-

pondant à ces symboles sont à même de les déchiffrer. A ce titre,

ces dessins auront donc une valeur mnémotechnique. Prenons,

comme autre exemple, le nom propre « Bonne-belette ». De la

bouche de l'animal, dessiné de façon réaliste, sortent deux traits

ondulés qui d'ordinaire symbolisent le flot des paroles. Ce signe

étant utilisé pour les « bons discours », on suppose que le lec-

teur ne retiendra que l'adjectif et oubliera l'idée de discours »,

EP, pp. 10-11.

136




Dostları ilə paylaş:
1   ...   43   44   45   46   47   48   49   50   ...   158


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©genderi.org 2017
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə