De la grammatologie



Yüklə 3,57 Mb.

səhifə57/158
tarix25.07.2018
ölçüsü3,57 Mb.
1   ...   53   54   55   56   57   58   59   60   ...   158

DE LA GRAMMATOLOGIE

si nous ne devions nous méfier ici de ce mot

 8

), que dési-



gnation d'appartenance et classification linguistico-sociale. La

levée de l'interdit, le grand jeu de la dénonciation et la grande

exhibition du « propre » (il s'agit ici, notons-le, d'un acte de

guerre et il y aurait beaucoup à dire sur le fait que ce sont

des fillettes qui se livrent à ce jeu et à ces hostilités) consistent

non pas à révéler des noms propres, mais à déchirer le voile

cachant une classification et une appartenance, l'inscription dans

un système de différences linguistico-sociales.

Ce que les Nambikwara cachaient, ce que les petites filles

exposent dans la transgression, ce ne sont plus des idiomes

absolus, ce sont déjà des sortes de noms communs investis, des

« abstraits », s'il est vrai, comme on pourra lire dans La pensée



sauvage (p. 242), que les « systèmes d'appellations comportent

aussi leurs « abstraits » ».

Le concept de nom propre, tel que Lévi-Strauss l'utilise

sans le problématiser dans Tristes tropiques, est donc loin

d'être simple et maniable. Il en va de même, par conséquent,

des concepts de violence, de ruse, de perfidie ou d'oppression

qui ponctueront un peu plus loin la « Leçon d'écriture ».

On a déjà pu constater que la violence, ici, ne survient pas

d'un seul coup, à partir d'une innocence originelle dont la nudité

serait surprise, au moment où le secret des noms soi-disant

propres est violé. La structure de la violence est complexe et

sa possibilité — l'écriture — ne l'est pas moins.

Il y avait en effet une première violence à nommer. Nommer,

donner les noms qu'il sera éventuellement interdit de prononcer,

telle est la violence originaire du langage qui consiste à ins-

crire dans une différence, à classer, à suspendre le vocatif absolu.

Penser l'unique dans le système, l'y inscrire, tel est le geste

de l'archi-écriture : archi-violence, perte du propre, de la proxi-

mité absolue, de la présence à soi, perte en vérité de ce qui

8. De ce mot et de ce concept qui, nous l'avions suggéré en

commençant, n'a de sens que dans la clôture logocentrique et la

métaphysique de la présence. Quand il n'implique pas la possibi-

lité d'une adéquation intuitive ou judicative, il continue néan-

moins à privilégier, dans l'aletheia, l'instance d'une vision comblée,

assouvie par la présence. C'est la même raison qui empêche la

pensée de l'écriture de se contenir simplement à l'intérieur d'une

science, voire d'un cercle épistémologique. Elle ne peut en avoir

ni l'ambition ni la modestie.

164



LA VIOLENCE DE LA LETTRE : DE LÉVI-STRAUSS A ROUSSEAU

é

n'a jamais eu lieu, d'une présence à soi qui n'a jamais été

donnée mais rêvée et toujours déjà dédoublée, répétée, inca-

pable de s'apparaître autrement que dans sa propre disparition.

A partir de cette archi-violence, interdite et donc confirmée

par une deuxième violence réparatrice, protectrice, instituant la

« morale », prescrivant de cacher l'écriture, d'effacer et d'obli-

térer le soi-disant nom propre qui déjà divisait le propre, une

troisième violence peut éventuellement surgir ou ne pas surgir

(possibilité empirique) dans ce qu'on appelle couramment le

mal, la guerre, l'indiscrétion, le viol : qui consistent à révéler

par effraction le nom soi-disant propre, c'est-à-dire la violence

originaire qui a sevré le propre de sa propriété et de sa propreté.

Troisième violence de réflexion, pourrions-nous dire, qui dénude

la non-identité native, la classification comme dénaturation du

propre, et l'identité comme moment abstrait du concept. C'est

à ce niveau tertiaire, celui de la conscience empirique, que

devrait sans doute se situer le concept commun de violence

(le système de la loi morale et de la transgression) dont la

possibilité reste encore impensée. C'est à ce niveau qu'est écrite

la scène des noms propres ; et plus tard la leçon d'écriture.

Cette dernière violence est d'autant plus complexe dans sa

structure qu'elle renvoie à la fois aux deux couches inférieures

de l'archi-violence et de la loi. Elle révèle en effet la première

nomination qui était déjà une expropriation, mais elle dénude

aussi ce qui dès lors faisait fonction de propre, le soi-disant

propre, substitut du propre différé, perçu par la conscience

sociale et morale comme le propre, le sceau rassurant de l'iden-

tité à soi, le secret.

Violence empirique, guerre au sens courant (ruse et perfidie

des petits filles, ruse et perfidie apparentes des petits filles,

car l'ethnologue les innocentera en se livrant comme le vrai et

seul coupable ; ruse et perfidie du chef indien jouant la comédie

de l'écriture, ruse et perfidie apparentes du chef indien emprun-

tant toutes ses ressources à l'intrus occidental) que Lévi-Strauss

pense toujours comme un accident. Elle surviendrait sur un

terrain d'innocence, dans un « état de culture » dont la bonté



naturelle ne se serait pas encore dégradée

 9

.



9. Situation difficile à décrire en termes rousseauistes, l'absence

prétendue de l'écriture compliquant encore les choses : l'Essai sur



l'origine des langues appellerait peut-être « sauvagerie » l'état de

165



DE LA GRAMMATOLOGIE

Cette hypothèse que vérifiera la « Leçon d'écriture » est

soutenue par deux indices, d'apparence anecdotique, qui appar-

tiennent au décor de la représentation à venir. Ils annoncent

la grande mise en scène de la Leçon et font briller l'art de la

composition dans ce récit de voyage. Selon la tradition du

XVIII

e

 siècle, l'anecdote, la page de confessions, le fragment



de journal sont savamment mis en place, calculés en vue d'une

démonstration philosophique sur les rapports entre nature et

société, société idéale et société réelle, c'est-à-dire le plus souvent

entre l'autre société et notre société.

Quel est le premier indice ? La guerre des noms propres

suit l'arrivée de l'étranger et l'on ne s'en étonnera pas. Elle

naît en présence et même de la présence de l'ethnographe qui

vient déranger l'ordre et la paix naturelle, la complicité qui

lie pacifiquement la bonne société à soi-même dans son jeu.

Non seulement les gens de la ligne ont imposé aux indigènes

des sobriquets ridicules, les obligeant à les assumer du dedans

(lièvre, sucre, Cavaignac) mais c'est l'irruption ethnographique

qui rompt le secret des noms propres et l'innocente complicité

réglant le jeu des petites filles. C'est l'ethnologue qui viole un

espace virginal si sûrement connoté par la scène d'un jeu et

d'un jeu de petites filles. La simple présence de l'étranger, la

seule ouverture de son œil ne peut pas ne pas provoquer

un viol : l'a parte, le secret murmuré à l'oreille, les déplace-

ments successifs du « manège », l'accélération, la précipita-

tion, une certaine jubilation croissante dans le mouvement avant

la retombée qui suit la faute consommée, lorsque la « source »

est « tarie », tout cela fait penser à une danse, à une fête autant

qu'à une guerre.

Donc la simple présence du voyeur est un viol. Viol pur

d'abord : un étranger silencieux assiste, immobile, à un jeu

de petites filles. Que l'une d'elles ait « frappé » une « cama-

rade », ce n'est pas encore une vraie violence. Aucune intégrité

n'a été entamée. La violence n'apparaît qu'au moment où l'on

peut ouvrir à l'effraction l'intimité des noms propres. Et on

société et d'écriture décrit par Lévi-Strauss : « Ces trois manières

d'écrire répondent assez exactement aux trois divers états sous les-

quels on peut considérer les hommes rassemblés en nation. La pein-

ture des objets convient aux peuples sauvages ; les signes des mots

et des propositions, aux peuples barbares ; et l'alphabet aux peuples

policés. »

166




Dostları ilə paylaş:
1   ...   53   54   55   56   57   58   59   60   ...   158


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©genderi.org 2017
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə