De la grammatologie



Yüklə 3,57 Mb.

səhifə82/158
tarix25.07.2018
ölçüsü3,57 Mb.
1   ...   78   79   80   81   82   83   84   85   ...   158

chapitre 3

genèse et structure de l' Essai sur l'origine



des langues

I. LA PLACE DE L'ESSAI

Qu'en est-il de la voix dans la logique du supplément ?

dans ce qu'il faudrait peut-être appeler sa « graphique » ?

Dans la chaîne des suppléments, il était difficile de séparer

l'écriture de l'onanisme. Ces deux suppléments ont au moins

en commun d'être dangereux. Ils transgressent un interdit et

sont vécus dans la culpabilité. Mais, selon l'économie de la

différance, ils confirment l'interdit qu'ils transgressent,

contournent un danger et réservent une dépense. Malgré eux

mais aussi grâce à eux, nous sommes autorisés à voir le soleil,

à mériter la lumière qui nous retient à la surface de la mine.

Quelle culpabilité s'attache-t-elle à ces deux expériences ?

Quelle culpabilité fondamentale s'y trouve-t-elle fixée ou

déportée ? Ces questions ne peuvent être élaborées en leur

lieu propre que si l'on a préalablement décrit la superficie

structurelle et « phénoménologique » de ces deux expériences,

et d'abord leur espace commun.

Dans les deux cas, la possibilité de l'auto-affection se mani-

feste comme telle : elle laisse une trace de soi dans le monde.

La résidence mondaine d'un signifiant devient inexpugnable.

L'écrit reste et l'expérience du touchant-touché admet le monde

en tiers. L'extériorité de l'espace y est irréductible. Dans la

structure générale de l'auto-affection, dans le se-donner-une-

présence ou une jouissance, l'opération du touchant-touché

accueille l'autre dans la mince différence qui sépare l'agir du

pâtir. Et le dehors, la surface exposée du corps, signifie, marque

à jamais la division qui travaille l'auto-affection.

235



DE LA GRAMMATOLOGIE

Or l'auto-affection est une structure universelle de l'expé-

rience. Tout vivant est en puissance d'auto-affection. Et seul

un être capable de symboliser, c'est-à-dire de s'auto-affecter,

peut se laisser affecter par l'autre en général. L'auto-affection

est la condition d'une expérience en général. Cette possibilité

— autre nom de la « vie » — est une structure générale articulée

par l'histoire de la vie et donnant lieu à des opérations com-

plexes et hiérarchisées. L'auto-affection, le quant-à-soi ou le

pour-soi, la subjectivité gagne en puissance et en maîtrise de

l'autre à mesure que son pouvoir de répétition s'idéalise. L'idéa-

lisation est ici le mouvement par lequel l'extériorité sensible,

celle qui m'affecte ou me sert de signifiant, se soumet à mon

pouvoir de répétition, à ce qui m'apparaît dès lors comme ma

spontanéité et m'échappe de moins en moins.

C'est à partir de ce schéma qu'il faut entendre la voix. Son

système requiert qu'elle soit immédiatement entendue de celui

qui l'émet. Elle produit un signifiant qui semble ne pas tomber

dans le monde, hors de l'idéalité du signifié, mais rester abrité,

au moment même où il atteint le système audio-phonique de

l'autre, dans l'intériorité pure de l'auto-affection. Elle ne tombe

pas dans l'extériorité de l'espace et dans ce qu'on appelle le

monde, qui n'est rien d'autre que le dehors de la voix. Dans la

parole dite « vive », l'extériorité spatiale du signifiant paraît

absolument réduite

 1

. C'est à partir de cette possibilité qu'il faut

poser le problème du cri — de ce qu'on a toujours exclu,

du côté de l'animalité ou de la folie, comme le mythe du

cri inarticulé — et de la voix dans l'histoire de la vie.

Le colloque est donc une communication entre deux ori-

gines absolues qui, si l'on peut risquer cette formule, s'auto-

affectent réciproquement, répétant en écho immédiat l'auto-

affection produite par l'autre. L'immédiateté est ici le mythe

de la conscience. La voix et la conscience de voix — c'est-à-

dire la conscience tout court comme présence à soi — sont

le phénomène d'une auto-affection vécue comme suppression

de la différance. Ce phénomène, cette suppression présumée

de la différance, cette réduction vécue de l'opacité du signifiant

sont l'origine de ce qu'on appelle la présence. Est présent ce

qui n'est pas assujetti au processus de la différance. Le pré-

sent est ce à partir de quoi on croit pouvoir penser le temps.

1. Cf. La voix et le phénomène.

236



L « ESSAI SUR L'ORIGINE DES LANGUES »

en effaçant la nécessité inverse : penser le présent à partir

du temps comme différance.

Cette structure très formelle est impliquée par toutes les

analyses des investissements du système de l'oralité et du sys-

tème audio-phonique en général, si riche et si divers qu'en soit

le champ.

Dès lors que la non-présence vient à être ressentie dans la

voix elle-même — et elle est au moins pressentie dès le seuil

de l'articulation et de la diacriticité — l'écriture est en quelque

sorte fissurée dans sa valeur. D'un côté, nous l'avons vu, elle

est l'effort pour se réapproprier symboliquement la présence.

De l'autre, elle consacre la dépossession qui avait déjà dis-

loqué la parole. Dans les deux sens, on peut dire que, d'une

manière ou d'une autre, elle avait déjà commencé à travailler

la parole « vive », l'exposant à la mort dans le signe. Mais

le signe supplémentaire n'expose pas à la mort en affectant

une présence à soi déjà possible. L'auto-affection constitue le

même (auto) en le divisant. La privation de la présence est

la condition de l'expérience, c'est-à-dire de la présence.

En tant qu'il met en jeu la présence du présent et la vie

du vivant, le mouvement du langage n'a pas seulement, on s'en

doute, un rapport d'analogie avec l'auto-affection « sexuelle ».

II se confond avec elle en totalité même si cette totalité est forte-

ment articulée et différenciée. Vouloir les distinguer, tel est

le vœu logocentrique par excellence. Sa dernière ressource

consisterait à dissoudre la sexualité dans la généralité trans-

cendantale de la structure « touchant-touché », telle que pourrait

la décrire une certaine phénoménologie. Cette dissociation est

celle-là même par laquelle on voudrait discerner la parole de

l'écriture. De même que le « funeste avantage » de l'auto-

affection sexuelle commence bien avant ce qu'on croit pouvoir

circonscrire sous le nom de masturbation (organisation de

gestes dits pathologiques et fautifs, réservés à quelques enfants

ou adolescents), de même la menace supplémentaire de l'écri-

ture est plus vieille que ce que l'on croit pouvoir élever sous

le nom de parole.

La métaphysique consiste dès lors à exclure la non-présence

en déterminant le supplément comme extériorité simple, comme

pure addition ou pure absence. C'est à l'intérieur de la

structure de la supplémentarité que s'opère le travail d'exclu-

sion. Le paradoxe, c'est qu'on annule l'addition en la consi-

237




Dostları ilə paylaş:
1   ...   78   79   80   81   82   83   84   85   ...   158


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©genderi.org 2017
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə