Extrait des minutes secrétariat greffe du Tribunal de grande instance de toulouse



Yüklə 2,18 Mb.
səhifə24/47
tarix27.12.2017
ölçüsü2,18 Mb.
1   ...   20   21   22   23   24   25   26   27   ...   47

Que faire d’un témoignage qui n’est pas assez sûr et détaillé… il n’a aucun rôle à jouer dans le cadre d’une démonstration d’incohérence. Le juge Le Monnyer va rejeter le témoignage précis du bruit précurseur sous le prétexte qu’un des 3 témoins n’est pas sûr de lui et qu’un autre n’a pas fourni assez de précision… drôle de logique discriminatoire !

- M. MOLE indique avoir entendu une détonation, avoir lâché le combiné téléphonique et s'être couché par terre, puis quelques secondes après avoir entendu et ressenti une 2° explosion avec déflagration et fracas. (cote D 708) C’est très précis, à l’exception de l’emploi du mot « détonation » pour qualifier le premier  bang  et du mot « déflagration » pour qualifier le second, ce qui induirait une identification de la nature des explosions concernée (qui n’est évidemment pas dans l’intention du témoin).

On peut relever une incohérence dans le nombre de signal(aux) sonore(s) perçu(s) et la chronologie (cf OGGERO/ Mole). Bien sur ! C’est incohérent car incompatible avec la thèse accusatoire.*

Ce 3ème témoin précis a de plus le moyen éventuel de dater les événements puisqu’il était au téléphone et a lâché le combiné téléphonique au moment de la première explosion. Cette simple vérification de datation ne sera pas faite par le SRPJ et ce genre de détail n’évoque rien à ce juge non plus… cela s’appelle « incompétence généralisée » !

Je renonce, dans la suite, à disséquer ces témoignages et leur interprétation par LE MONNYER. Il est manifeste que ce dernier n’est pas un juge mais un histrion ridicule totalement manipulé. Je ne signale plus que quelques points particulièrement énormes.
Rassurez-vous Bernard, je veux bien le faire… ! 
*dans le bâtiment I8 sur le site de l'usine (à 600 mètres environ au sud du cratère) : Trois salariés s'affairent autour d'une installation située à proximité de l'entrée sud de ce bâtiment :
- M. CAMELLINI, salarié GP déclare avoir perçu une explosion qui lui a semblé débuter doucement et prendre de la force (cote D 252),

- M. DUBOIS, salarié CTRA, déclare avoir le souvenir de deux explosions (cote D 1032)

- M. FOLTRAN, salarié CTRA indique avoir entendu comme un gros tremblement puis de suite beaucoup d'air qui a circulé... Je n'ai pas entendu de détonation. (Cote D 1039)
On peut relever une incohérences dans le nombre et la qualité des perceptions sonores (à supposer que M. FOLTRAN décrive une perception sonore)

Si, sur trois témoins dans un hall de gare bruyant où un coup de feu tue une victime, un seul témoin a entendu ce coup de feu, l’incohérence des témoignages fait que l’on peut conclure qu’il n’y a pas eu de coup de feu et que la victime s’est mise elle-même la balle qui l’a tuée avec un silencieux. La logique de Le Monnyer est confondante de bêtise et rejoint bien entendu celle des experts judiciaires qui ont rejeté nombre de témoignages.
* dans une pièce du laboratoire central de l'usine (à 700 mètres au sud du cratère):
- Mme de SOLAN, technicienne chimique à la société Grande Paroisse, indique avoir entendu brusquement, alors qu'elle se trouve dos à la fenêtre, une très forte explosion et la lumière du jour s'est assombrie, présentant une couleur orangée, une seule explosion... (cote D 461);

- son collègue, M. FABRE déclare avoir entendu une explosion et après un énorme grondement qu'il pense attribuer à l'effet mécanique de l'explosion (cote D 295),

- M. LOBINA (cote D 2911) expose avoir perçu des vibrations, le bris des vitres, avoir invité Mme de SOLAN qui s'interrogeait, à quitter la pièce... et n'avoir ressenti l'explosion et le souffle qu'au moment où il se trouve dans le couloir... l'intéressé estimant entre 6 à 10 secondes le temps s'étant écoulé entre les premières perceptions vibratoires associés au bris. Témoignage clair : événement sismique principal et premier bang, pause de 6 à 8 s, détonation finale associée au deuxième bang. Ou le premier événement pourrait provenir d’une première onde de pression souterraine issue d’un réseau souterrain et de cette première explosion souterraine capable de faire des dégâts.

- M. FONT indique avoir ressenti une première explosion qui a brisé la vitre, avoir eu le temps de contourner les bureaux et s'être rendu avec ses 3 collègues à l'entrée du couloir lorsqu'il entend une 2° explosion plus importante avec vibrations du bâtiment. (Cote D 355)


On peut relever une incohérence dans la chronologie (cf de SOLAN/ LOBINA et Font) et le nombre de perceptions sonores de l'événement.

Un témoin n’a pas le même souvenir que les 3 autres mais n’a pas mentionné de faits incompatibles, elle ne se souviens pas de tout…est-ce pour autant que les 3 autres sont des menteurs ou des affabulateurs. Deux des 3 autres sont d’ailleurs très précis et décrivent contrairement aux autres leurs gestes entre la première explosion qui a fait une première série de dégâts et le grand souffle.

Que cherche à démontrer le juge Le Monnyer… l’incohérence était partout ?! Quel démarche malhonnête pour une étude de témoignages.
* sur la route d'Espagne, dans un véhicule se dirigeant vers Toulouse, à hauteur de la porte C de l'usine (soit approximativement à 800 mètres environ au sud/sud-ouest du cratère):
- Mme PALLARES revient de faire des courses ; alors qu'elle circule au volant de sa voiture elle indique avoir constaté de grandes flammes sortant d'un toit de l' Onia, avoir stoppé, puis être descendue de son véhicule avec son amie, avoir alors senti le sol vibrer, perçu une énorme explosion, en fait deux explosions quasi instantanées... ; (cote D 5932 et notes d'audience du 1° avril 2009) Les deux explosions n’ont pas été simultanées puisqu’elle a eu le temps de descendre de sa voiture entre la première et la seconde.

- Mme DOMENECH, son amie, explique avoir vu un feu intense... et avoir perçu deux explosions simultanées, la première moins forte que la seconde... mais avoir eu le temps, entre les deux explosions, de voir des salariés de l'usine sortir ensanglantés... c’est encore plus clair. Avoir vu des salariés ensanglantés sortir de l’usine entre les deux explosions signifie qu’elles n’avaient pas été simultanées elle ajoute qu'elle pense qu'elle se trouvait dans la voiture lors de la 2° explosion et avoir ressenti la voiture se soulever de la route avant de retomber.(cote D 5933)


On peut relever des incohérences dans la chronologie. Absolument pas… une est restée dans la voiture (la passagère), l’autre en est sortie. La seule confusion est que Mme PALLARES affirme que Mme DOMENECH est descendue de la voiture avec son amie… mais cela est possible car rien ne dit que Mme DOMENECH a fait cette sortie exactement dans le même temps que Mme PALLARES, elle a pu mettre 10 sec de plus avant de le faire et donc ressentir la seconde explosion encore dans la voiture. Le juge est encore une fois d’une logique volontairement idiote et pourtant, nous avons affaire à deux témoins cohérents entre eux d’un phénomène insolite vu identiquement avant la survenue de l’explosion d’AZF : des flammes au-dessus d’un toit d’un petit bâtiment près de la route d’Espagne à plus de 300 m du cratère tout de même. Deux témoignages aussi exceptionnels qui de plus concernent des événements précurseurs sur le site d’AZF n’ont même pas retenu l’attention des experts judiciaires et le juge justifie cette attitude des experts avec de faux arguments. Heureusement que le juge LE MONNYER a retenu ces témoins dont une est venue à la barre dans son jugement, des explications pourront être demandées en appel.
* dans la salle de commande de l'atelier ammoniac ( située à 800 mètres environ au sud du cratère): deux collègues sont au pupitre de l'installation :
- M. GAMBA : Après avoir décrit dans une première déposition que la perception des deux événements sonores qu'il perçoit est quasi instantanée (cote D 343), l'intéressé déclarait 'je ne peux pas être précis mais environs et au moins 5 secondes (cote D 3970) ;en reconstituant les gestes qu'il déclare avoir effectués, devant le juge d'instruction, celui-ci détermine qu'il se serait écoulé entre 22 et 32 secondes.

- M. DENIS : Il indique dans une première déposition que la perception du temps s'étant écoulé entre les deux événements sonores se compte en secondes, mais qu'il n'avait pas eu le temps de faire grand chose ; en reconstituant les gestes qu'il déclare avoir effectué, le juge d'instruction détermine qu'il se serait écoulé 15,5secondes.



- l'expertise de M. COUDERC démontre, preuve à l'appui que leurs derniers témoignages ne sont pas cohérents avec les données enregistrées... Il y a lieu de considérer que c'était la première impression décrite par M. GAMBA (Quasi instantanée qui était la plus proche de la réalité).
On peut relever dans ces témoignages une incohérence et une évolution de la déposition avec le temps.
Le juge participe là pleinement à plusieurs truandage en accord avec les experts :
1- La première déposition de M. GAMBA est peu précise sur les événements du 21-9 car le SRPJ cherchait à connaître bien d’autres choses avec lui et les policiers ne se sont pas du tout appesantis sur ce témoignage pris 6 jours après l’explosion. Il n’ont rien demandé comme précision et M. GAMBA n’a donné comme délais que ce terme de « fraction de seconde » le déclenchement dont il ne décrit pas le bruit mais dont bien d’autres salarié évoque un gros bruit et la seconde explosion, celle d’AZF. Toujours cette utilisation du mot « fraction » qui peut être confuse. M. GAMBA ne précise pas non plus de délais entre le flash et ce déclenchement. Bref il était normal qu’un second témoignage plus précis lui soit demandé. Il a eu du mal à évaluer ce délai et le portait à 5 sec. Seule la reconstitution de tous ces gestes sur place lui a permis d’évaluer un délai se rapprochant de celui de son collègue M. DENIS.
2- Le juge suggère par son jugement que M. GAMBA a changé de version dans son témoignage alors que le problème principal était que le SRPJ a dû attendre une reconstitution pour poser des questions permettant de mieux évaluer les délais. D’une manière générale le SRPJ n’a jamais cherché à évaluer avec les témoins le délais entre les deux bruits… ce manque de rigueur, inadmissible dans une telle enquête, est au contraire directement exploité par le juge Le Monnyer qui poursuit le dénigrement systématique des témoins dérangeant la thèse officielle. Les propos du juge semblent même suggérer que le juge Perriquet a ordonné des reconstitutions permettant aux témoins de mentir… alors qu’une reconstitution devant experts et magistrat est au contraire la meilleure garantie de la qualité de la précision d’un témoignage surtout lorsque cette reconstitution concerne deux témoins en même temps.

Le président LE MONNYER remet donc en cause carrément un principe de travail judiciaire sans aucune justification valable.
3- M. DENIS évolue moins dans son témoignage et fut aussi précis que M. GAMBA lors de la reconstitution grâce aux gestes. M. DENIS a eu la prudence de dire « quelques secondes » dans sa première déposition et non « fraction de secondes » interprété immédiatement par le juge Le Monnyer comme < 1 sec. C’est sur ce genre de faiblesse sémantique dans les dépositions que le juge Le Monnyer se permet d’insulter les témoins à maintes reprises.
4- L’expert COUDERC n’a rien prouvé. Le juge LE MONNYER à ce niveau se trompe encore. COUDERC, en faisant l’hypothèse que le déclenchement de l’atelier NH3 était forcément d’une origine purement électrique liée au réseau électrique interne d’AZF, et en se calant sur le système de datation absolue imposée par ces mêmes experts à partir d’une synchronisation très peu solide réalisée en 2004, ne cherche même pas à voir dans cette incohérence, le fait que, non seulement cette synchronisation des datations pose problème mais qu’un autre phénomène pouvait être aussi à l’origine de ce déclenchement du NH3.
D’une incohérence qui a mis M. COUDERC dans une impasse, le juge Le Monnyer se permet de directement dénigrer les témoins GAMBA et DENIS alors que le travail des experts sur la synchronisation électrique pose de gros problèmes, tout comme la datation absolue de l’explosion d’AZF, imposée par cette synchronisation et les thèses sismologiques de Mme SOURIAU de l’OMP très controversées.

* dans le bâtiment NN (situé à 50 mètre environ à l'ouest du cratère) :


- Mme BOFFO, qui a été très sérieusement blessée lors de la catastrophe indique converser avec M. MAUZAC, qui décédera lors de la catastrophe, lorsqu'elle entend une explosion tel l'éclatement d'un pneu qui n'interrompt pas la conversation... voir parler son interlocuteur sans l'entendre puis se sentir mal en ayant l'impression de perdre connaissance ; elle ajoute avoir repris connaissance une heure après l'explosion. (Cote D 1935) ce qu’elle a déclaré concernant le plantage préalable de son ordinateur est ici occulté

- son collègue, M. CAPELA se trouve dans le même bâtiment, dans le bureau de M. CONTREMOULINS qui décédera également dans la catastrophe. Il indique pour sa part n' avoir rien entendu, rien vu et avoir repris connaissance enfoui sous une dalle de béton. (Cote D 696)


Le bruit que Mme BOFFO déclare avoir perçu entre 6 et 10 secondes avant les effets de l'onde de choc, laquelle est parvenue dans ce bâtiment quasiment instantanément de la détonation du NA quel style ! Mais n’en déplaise à LE MONNYER, l’essentiel y est : événement précurseur, premier bang, détonation finale, aurait-il pu échapper à M. Capela, ou encore à M. Le GOFF situé dans le bâtiment RCU situé également à une cinquantaine de mètres du cratère à quelques encablures delà ? M. LE MONNYER semble complètement ignorer l’ambiance sonore d’un tel site équipé de centaines d’ateliers et de machines. Certains bruits, mêmes forts sont anodins pour certains salariés et impressionnants pour d’autres. Mme Boffo décrit un gros éclatement de pneu… pas de quoi non plus s’affoler et nécessairement de garder cela en mémoire. André Mauzac a d’ailleurs continué à parler avec elle. Le juge Le Monnyer se questionne mais laisse en suspens une question alors que 7 années d’instruction montrent un nombre impression de témoignages du même genre avec deux bruits d’explosions pour des témoins très proches du cratère. Il insinue encore une fois que les témoins se trompent et se contredisent avec uniquement ce genre d’imprécisions… mais comment le juge pourrait-il traiter les milliers d’affaires judiciaires qui ont pu être résolues justement parce que miraculeusement des témoins plus attentifs que d’autres ont pu apporter un précieux concours. Un tel raisonnement est une aberration professionnelle de sa part ! Le juge Le Monnyer se rend-il compte de sa bêtise dans cette partie du jugement ou sa partialité le rend-il aussi incompétent et aveugle que cela ?

Cet argument peut tout à fait se retourner contre les auteurs du texte. Pourquoi le fait que certains aient entendu un bang avant et d’autres non serait-il plus anormal que le fait que certains aient perçu le soi-disant bruit sismique et d’autres non ?

Des témoignages de personnes ayant entendu un bang préliminaire en présence de gens ne l’ayant pas entendu sont légion.

C’est uniquement cette divergence chez des personnes proches de l’épicentre qu’on peut mettre sur le compte de défaut de mémoire ou de trouble de la perception dû au choc, et non l’audition d’un bang chez les personnes qui prétendent l’avoir entendu. Car le double bang a été clairement perçu par des personnes trop éloignées pour avoir été traumatisés ainsi que par des enregistreurs dont l’absence d’émotivité n’est pas à mettre en doute.

* devant le domicile de Mme Rives sis à Toulouse, rue Fieux (situé à 1800 mètres au nord du cratère):


- M. CROUZET, facteur, indique avoir ressenti une secousse au sol, violente mais plutôt brève, puis entre une à 5 secondes plus tard une forte explosion; avoir vu une colonne de fumée dans le ciel ; au cours du développement du champignon, il aperçoit nettement "à gauche du champignon un hélicoptère très secoué... en difficulté... il balançait dans tous les sens.. Il y avait une échelle souple qui pendait dessous " (cote D 4811).
Après avoir refusé de donner le nom de la personne au domicile de qui il se trouvait... prétextant le secret professionnel, M. Crouzet consentait à communiquer le nom de Mme Rives. Cette précision de LE MONNYER qui montre uniquement la conscience professionnelle du facteur M. CROUZET n’a aucune importance dans ce jugement si ce n’est encore une fois d’essayer de dénigrer un témoin.
- Mme RIVES expose qu'alors qu'elle discute avec le facteur devant son domicile, elle se souvient d'une secousse sismique forte, du souffle puissant de l'explosion, également une très forte explosion, sourde, très puissante, mais elle précise qu'elle ne saurait dire s'il y a eu une ou deux explosions ni dans quel ordre elle a ressenti ces perceptions. Elle décrit la colonne de fumée puis le champignon qui était comme une boule de feu. Elle ajoute s'être précipitée avec M. CROUZET à l'intérieur de la maison pour s'assurer que Mlle RADOSAVLEJIC, qui dormait dans la maison, n'avait rien ; être incapable de dire si c'est avant ou après être entré dans la maison qu'elle a vu l'hélicoptère ; elle évalue entre une à 5 minutes le temps s'étant écoulé entre la perception de l'explosion et la vision de l'hélicoptère qu'elle observe immobile, comme s'il était en observation ; elle ajoute n'avoir pas remarqué d'échelle de cordes ce qui lui semble difficile compte tenu de l'éloignement : elle est formelle elle n'a pas vu l'hélicoptère au moment où elle a aperçu la colonne de fumée et la formation du champignon... (cote D 6565)
- Mlle RADOSAVLJEVIC déclare, qu'alors qu'elle est réveillée et qu'elle est encore dans la chambre, elle a tout d'un coup entendu ou plutôt ressenti un bruit très sourd à effet légèrement vibrant et avoir eu l'impression qu'une grosse masse était tombée sur le plancher des combles; 4 à 5 secondes après, s'est produite une deuxième explosion mais celle-ci beaucoup plus forte et sonore : elle déclare être sortie sans prendre la peine de s'habiller et d'être aller à la rencontre de M. CROUZET et de Mme RIVES qui étaient donc, selon elle ne sont pas venus à sa rencontre à l'intérieur, mais restés à l'extérieur sous le coup de l'émotion. Elle décrit le panache de fumée puis indique avoir vu, 2 à 3 secondes après, un hélicoptère de couleur foncée bleu marine ou noir volant dans la direction ouest/est, à allure réduite, comme si ses occupants étaient en observation, mais n'avoir pas remarqué d'échelle à corde en dessous, ce qui lui semble impossible eu égard à la distance : elle estime à moins de 5 minutes le temps séparant l'explosion et la vision de l'hélicoptère...(cote D 6569 et D 6577)
On peut relever, hormis la relative cohérence de la perception initiale qui renvoie au passage d'ondes sismiques qui précède la perception de l'onde aérienne, et le vol d'observation de l'hélicoptère, qui renvoie très clairement – ah oui pour quelle raison ? aucun n’a décrit un hélicoptère de la gendarmerie et tous ont parlé d’un délai inférieur à 5 minutes alors que l’hélico de la gendarmerie n’a pu venir que 13 minutes après l’explosion au-dessus de cette zone chimique - au vol du commandant CHAPELIER de la gendarmerie nationale, l'examen de ces trois témoignages fait ressortir de multiples incohérences : dans les gestes des personnes (Mme Rives et M. Crouzet ont-ils rejoints la jeune femme à l'intérieur de la maison ou est-ce Mlle RADOSAVLJEVIC qui les retrouve à l'extérieur ? ce ne sont pas des incohérences mais des imprécisions qui ont peu d’importance par rapport aux premières secondes d’observation incohérence dans les faits observés : présence d'une échelle à corde ou non ?, - et pourquoi pas une échelle présente au début et remontée dans les minutes qui ont suivi, il n’y a pas d’incohérence - présence de l'hélicoptère dans les instants suivant la catastrophe comme le prétend M. CROUZET, manifestement réticent à l'idée que l'on confronte son témoignage avec les autres témoins se trouvant à ses cotés, ou plusieurs minutes après ? Sa réticence ne provient, comme il l’a dit au procès, que de son soucis de garder anonyme le nom des autres témoins sans accord de leur part. Le juge Le Monnyer lui fait un procès d’intention absolument pas argumenté et donc dénigre à nouveau ce témoin. Hélicoptère en grande difficulté, ballotté par les turbulences occasionnées par l'explosion ou en vol stationnaire d'observation ? l’hélico a été vu à des moments différents par ces trois témoins, pourquoi s’étonner de ce genre de différence. Il n’y aucune incohérence dans ces témoignages, ils sont même plutôt complémentaires et ont tous les trois le mérite de signaler la présence d’un hélicoptère en vol au-dessus du pôle chimique moins de 5 minutes après l’explosion… et donc manifestement pas celui du gendarme Thierry Chapelier qui est arrivé 13 minutes après sur le site. L’analyse du juge Le Monnyer est donc à nouveaux complètement fausse et volontairement partiale.
* dans un bureau du lycée Gallieni (à environ 450 mètres, au nord du cratère) : Deux agents administratifs travaillent dans le même bureau. Elles sont entendues en décembre 2004, plus de trois ans après les faits.
- Mme GRIMAL déclare avoir perçu d'abord un énorme bruit d'explosion : bruit très sourd qui a duré une à deux secondes et a provoqué des vibrations, puis par la fenêtre elle voit, en direction de la SNPE une illumination, comme un éclair se dirigeant vers la droite (c'est à dire vers le site AZF), sa collègue lui demande ce qu'il se passe, elle a le temps de lui répondre qu'elle ne sait pas, de récupérer ses affaires, d’éteindre l'ordinateur, d'échanger deux mots, de se diriger vers la porte quand se produit une deuxième explosion beaucoup plus forte, plus intense qui a duré plus longtemps qui a entraîné la destruction d'une partie du bâtiment ; Mme GRIMAL évalue le temps entre les deux explosions entre 6 et 8 secondes; (cote D 5355) Mme Grimal s’avère être un excellent témoin qu’il est donc essentiel de disqualifier
- sa collègue de bureau, Mme PAUVERT indique être dos au pôle chimique, face à Mme GRIMAL ; elle déclare n'avoir entendu qu'une seule explosion à la suite de laquelle elle s'est précipitée sous le bureau ; invitée à préciser ses perceptions, elle indique n'avoir par vraiment le souvenir d'une explosion, mais plutôt du fracas des vitres qui se brisent, des plafonds qui tombent... ; elle déclare que Mme GRIMAL s'est précipitée comme elle sous le bureau, ne se souvient pas d'une première explosion ni de lui avoir adressé la parole et indique se souvenir bien d'une chose c'est que sa collègue est sortie comme elle de dessous le bureau après l'explosion. (Cote D 5356)
L'absence de cohérence de ces témoignages doit-il être mis sur le compte d'une perception différente ou du temps écoulé entre l'événement et la déposition ? Apparemment oui et ce de la part de Mme PAUVERT qui avoue ne pas se souvenir de beaucoup de choses. Son témoignage indique clairement un manque de mémoire des événements. Pourquoi alors s’appuyer sur ce témoin qui n’est pas sûre d’elle pour dénigrer le témoignage précis de Mme GRIMAL qui a toujours pu décrire dans le détail ce qu’elle a vécu. Toujours la méthode de caviardage de témoignages du juge LE MONNYER, méthode de juges corruptibles qui permettrait la libération de tous les maffieux de la planète à ce rythme.
De tels raisonnements du juge LE MONNYER ne révèlent pas de l’incompétence mais bien une partialité exacerbée et un mépris quasi maladif de tout témoin qui pourrait contrarier la thèse officielle. Il n’est pas loin de la caricature des flics ripoux !


Dostları ilə paylaş:
1   ...   20   21   22   23   24   25   26   27   ...   47


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©genderi.org 2019
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə