Extrait des minutes secrétariat greffe du Tribunal de grande instance de toulouse



Yüklə 2,18 Mb.
səhifə39/47
tarix27.12.2017
ölçüsü2,18 Mb.
1   ...   35   36   37   38   39   40   41   42   ...   47

M. Ben Driss n’est pas le seul à avoir vu cet inconnu dans les premières heures de la matinée et il a passé suffisamment de temps d’altercation avec H. Jandoubi et cet inconnu pour remarquer que cet individu lui était bien inconnu et qu’il ne la plus revu dans la période où le calme était revenu. Dénigrer un témoin sous prétexte qu’il a hésité quelques instants le 1-9-2001 sur la possible ressemblance de l’inconnu avec M. Tahiri est encore une fois une méthode scandaleuse du juge Le Monnyer pour faire taire tout événement ne lui convenant pas. Le Monnyer n’a cessé de pratiquer cette méthode le long de son jugement et pour tout type de témoin qui pouvait amener vers une piste non officielle.
- II-5-1-1-4 : Sur M. ABDELHOUAB :
M. Miloud ABDELHOUAB a le malheur de travailler et vivre à proximité du site AZF: les conditions de sa mise en cause par la note des renseignements généraux sont proprement ahurissantes : l'intéressé appelle Police-Secours, dans la nuit qui précède la catastrophe, afin de signaler l'effraction d'un local municipal situé à proximité de la propriété dont il assure le gardiennage. Les policiers auront confirmation de l'effraction de ce local ; les allégations recueillies par les RG selon lesquelles des produits toxiques auraient été dérobées dans ce local, susceptible de constituer un engin explosif. .. seront radicalement démenties par les vérifications menées par les policiers qui démontrent la vacuité des délires recueillis à ce niveau par leurs collègues des renseignements généraux. En fait, il s'agit de produits d'entretien courants...
Comme il aura l'occasion de le dire aux policiers, M. ABDELHOUAB fera part de son incompréhension sur les conditions dans lesquelles il a pu être soupçonné d'être en lien avec l'événement après avoir fait son devoir de citoyen consistant à dénoncer la commission d'une infraction. ???
Le caractère dénué de tout fondement des éléments recueillis à ce sujet par les renseignements généraux posent la question des modes d'enquête de ce service.
Mais le juge le Monnyer n’a pas été surpris de voir que cette note des RG effectivement immonde pour ce pauvre Miloud Abdelouhab, a complètement occulté un fait important : le témoignage de M. Abdelouhab sur la présence d’un groupe d’hommes avec torche vers 3h du matin dans le secteur de ce local mais en dehors de la zone de ce local. Aucune étude de témoignage n’a été entamée suite à cet appel téléphonique et à l’audition de ce témoin : lieu exact, recherche de trace au sol, description de ces intrus de 3h du matin etc… Le témoin a fait son devoir, mais la police ne l’a pas fait et est bien entrée dans le jeu distillé par les RG, tout comme Le Monnyer qui a laissé filé encore une fois une voie d’exploration au procès. Rien ne permet à la police de conclure que l’effraction du local de la mairie constaté à 7h du matin est le fait de ce groupe d’hommes vu à 3h du matin. De plus, d’autres témoins route d’Espagne affirme avoir vu des inconnus sortir de la zone sud d’AZF, vers 4h du matin non loin du secteur de ce local, avec un pied d’appareil photo.

- II-5-1-1-5 : Sur l'attitude de M. AGRANIOU :
M. AGRANIOU quitte l'usine GP où il travaille en qualité d'intérimaire au lavage des vitres 15 minutes avant l'explosion et ce après avoir occupé pendant quelques minutes les toilettes ce qui va susciter l'intérêt d'un agent GP.
Sans que les RG ni la direction de l'usine ne leur communique d'éléments complémentaires, la police judiciaire qui a mené des investigations dans toutes les directions y compris la piste intentionnelle, va identifier l'intéressé et procéder à de multiples vérifications; il en ressort, preuves à l'appui (certificat médical, achats des médicaments prescrits), que l'intéressé souffrant depuis quelques jours d'une gastro entérite va, sur les recommandations du pompier GP de garde à l'entrée, être autorisé par son donneur d'ordre à quitter l'établissement pour regagner son domicile. Nonobstant, la parfaite démonstration du motif qui avait conduit l'intéressé à quitter l'établissement, après une intervention du pompier Grande Paroisse, ce qui mérite d'être souligné, la défense va oser solliciter du juge d'instruction, en juin 2004, qu'il procède à des opérations de vérification du contenu de la fosse sceptique.
A l'incapacité de la défense d'accepter le résultats des vérifications permettant de mettre hors de cause les personnes qu'elles soupçonnent d'être en lien avec les auteurs d'un hypothétique attentat, il convient de rappeler que la preuve d'un acte négatif est impossible : c'est à se demander quelle preuve eut été en mesure de convaincre de l'innocence de ces individus.
- II-5-1-1-6 : Sur la dénonciation anonyme visant M. ELAGOUN :
La veille de la catastrophe, une dénonciation anonyme par appel téléphonique parvenait au commissariat de Toulouse mettant en cause M. ELAGOUN présenté comme un islamiste radical venu à Toulouse pour "tâter" le terrain... Le rapport que le lieutenant MEILLOU, établissait, était le jour même adressé au service compétent, à savoir la Direction de la Sécurité du Territoire ; le responsable de ce service spécialisé informait le juge d'instruction que cette information avait été en son temps "traitée", mais classée, celle-ci s'inscrivant dans le cadre d'un règlement de compte conjugal (cote D 5691).
Par suite d'un dysfonctionnement administratif, ce rapport n'était pas transmis à l'autorité judiciaire consécutivement à la catastrophe.

Cette information était révélée par un grand quotidien qui, sans la moindre précaution, présentait comme acquis les termes d'une dénonciation anonyme...

Les vérifications auxquelles la police judiciaire a procédé confirme l'enquête menée par la DST, à savoir le caractère misérable d'une dénonciation imputable au beau-frère de M. Elagoun qui s'inscrivait dans un contentieux familial exacerbé.
A cette piste intentionnelle, le tribunal raccroche la thèse de l'implication hypothétique d'un hélicoptère dans la survenance de la catastrophe, soutenue par la défense et relayée par certains contributeurs.
II-5-1-2 : sur le survol de la zone de la catastrophe par un hélicoptère :
Le 21 septembre 2001, deux équipes de télévisions se trouvent au collège Bellefontaine situé à environ 3 km de l'épicentre de l'explosion ; les films enregistrés par les caméras de ces équipes vont être exploités par les experts qui détermineront que sur le film tourné par l'équipe de "France 3" est enregistrés le second bang sonore (celui d’AZF) ainsi qu'un bruit faisant penser au passage d'un hélicoptère ;
- sur le film tourné par l'équipe de"M6" sont enregistrés outre la panique qui saisit la foule présente lors de cette manifestation, également le passage d'un hélicoptère de type écureuil ;
Ces enregistrements vont donner lieu à de multiples interrogations de certains observateurs ou parties;

Il est établi par les éléments recueillis au cours de l'information judiciaire et au terme des débats et notamment consécutivement à la déposition du commandant CHAPELIER, pilote de l'hélicoptère de la gendarmerie nationale qui se rendra aussitôt après l'explosion sur la zone de celle-ci que l'hélicoptère visible sur le film de l'équipe de"M6" est bien l'hélicoptère écureuil de la gendarmerie.



Ceci est impossible pour la simple et bonne raison que les images sont nécessairement filmées entre 10h23 et 10h28 et présentent un hélicoptère AS 350 allant vers l’Ouest et que l’hélicoptère de la gendarmerie a décollé de Francazal à 10h27 et n’est arrivé sur le site avec un chemin bien plus au sud et allant vers l’Est, qu’après 10h30. Le Monnyer semble ignorer ces contradictions flagrantes.
Exploitant cet enregistrement, la défense considère établir la présence d'un hélicoptère en vol au dessus du pole chimique au moment de la catastrophe.
MM. CHAPELIER et HEITZ ont indiqué que l'hélicoptère n'aurait pu résister à l'onde de pression, laquelle ne se propage pas uniquement au sol mais de manière hémisphérique, et aurait été désintégré. Rien ne permet de l’affirmer. Cela dépend de la distance où se trouvait l’hélicoptère par rapport au hangar au moment de l’explosion. Comme la distance de cet hélico par rapport au cratère au moment où il a été enregistré n’est absolument pas connu avec précision et que pareillement les témoins visuels de ces Ecureuils (un clair et un foncé) ne sont pas capable de fournir avec précision cette distance, rien ne permet d’affirmer que ces hélicos auraient été piégés par l’explosion. Les témoins ont bien vu ces hélicos quelques secondes avant et après l’explosion. Ces témoins sont nombreux et divers. Encore une fois le juge LE MONNYER les accusent carrément de mensonges ou de folie… sans le moindre scrupule… !
Il convient en outre de souligner que M. CHAPELIER a indiqué que lors de son vol au dessus du pole chimique dans les minutes qui ont suivi la catastrophe il fut rappelé à l'ordre par la tour de contrôle de BLAGNAC qui l'avait, à l'aide des radars parfaitement repéré, volant dans le couloir aérien civil qui passe pour les décollages ou les atterrissages au dessus de l'usine GRANDE PAROISSE.

Le juge Le Monnyer ignore apparemment les méthodes des hélicoptères Ecureuil de la DST basés à Blagnac qui volent souvent sans le moindre suivi par Blagnac et qui peuvent également voler en couple avec couverture radar de l’un par rapport à l’autre lors de navette sécurisée. Le SPRJ a également été incapable de récupérer l’ensemble de toutes les traces radars des vols de cette matinée et donc le juge Le Monnyer ne peut étayer son affirmation. Le simple exemple de Thierry Chapelier ne suffit donc pas à sa démonstration.
Le survol du site de la SNPE par un hélicoptère lourd de transport de troupe dans ce couloir aérien est radicalement dénué de tout fondement.

Un débat s'est ouvert sur l'origine du son enregistré sur le film tourné par l'équipe de France 3, dont les experts nous disent qu'il s'agit du moteur d'un hélicoptère en mouvement :


Globalement les experts judiciaires et les techniciens de la défense, M. NAYLOR, professeur à l'Imperial collège de Londres, présenté comme le spécialiste acoustique britannique travaillant comme expert notamment pour la justice de ce pays, s'accordent pour déterminer que le son enregistré est celui du moteur d'un hélicoptère de type Puma;
La déposition du commandant HEITZ a permis de préciser qu'en FRANCE seule l'armée disposait d'appareils de ce type. Il faut préciser que parfois EDF-RTE utilise des pumas de l’armée estampillé « RTE » pour des opérations avec objets lourds.
Le film a été présenté au tribunal par l'expert PLANTIN de HUGUES. Compte tenu de la localisation du collège par rapport à l'usine, situé plein ouest, à la vision que l'on a du panache de fumée s'élevant dans le ciel et de l'angle pris par la caméra en direction du son, on peut déterminer que la source de celui-ci provient de la zone sud en direction de laquelle se trouve l'aérodrome militaire de Francazal où atterrissait au moment de la catastrophe le Puma du commandant HEITZ aucune preuve fournie pour cette assertion et d’ailleurs Le Monnyer ne fait appel à aucun argument dans ce sens dans les rapports d’expertise.
Le Monnyer omet de décrire ce qu’il s’est passé au procès avec le commandant Heitz lors de la vision de la vidéo de France 3. Ce dernier s’est énormément troublé et a affirmé spontanément que la version sonore qu’il entendait n’était pas du tout celle qu’il avait écouté lors de son audition avec le SRPJ. Après avoir interrogé l’OPJ Jean-Pierre Bellaval qui n’avait présenté que la partie audio au témoin lors de cette audition, M. Heitz eu droit à une seconde tentative d’écoute quelques minutes plus tard. Cette tentative fut sans image, histoire de changer les conditions et de justifier bien entendu un miraculeux revirement de son témoignage à la barre. Le commandant Heitz n’était plus troublé et confirmait que le son était bien celui du Puma qu’il avait posé à Francazal. Aucun des avocats présents ne dénonça ces manœuvres. Un vrai cinéma à la sauce des procès staliniens !
Le juge d'instruction a considéré, raisonnablement, dans l'ordonnance de renvoi que la caméra avait enregistré le son de cet aéronef M. NAYLOR a présenté les travaux de grande envergure qu'il a mené à la demande de la défense en Ecosse, tendant à démontrer qu'il était impossible, en temps normal, d'entendre le bruit de cet appareil au-delà d'une distance de l'ordre de 1,8 km. L'aérodrome de Francazal étant éloigné du collège Bellefontaine d'environ 3 km, il en déduit qu'il était matériellement impossible pour l'équipe de télévision d'enregistrer cet aéronef ; selon ce scientifique, il conviendrait de considérer qu'un deuxième appareil de même type était alors en vol au moment de la catastrophe.
Se prévalant des termes de ce rapport, la défense et certaines parties civiles considèrent acquis au débat le survol de la zone chimique par un hélicoptère militaire et échafaudent différents scénarios, aussi improbables les uns que les autres, allant du refus incompréhensible, sauf bien évidemment à ce qu'ils aient mené une mission secrète en lien avec la catastrophe, des pilotes de l'appareil de révéler spontanément à l'institution judiciaire ce qu'ils avaient pu observer, à la bavure militaire (le tir d'un missile a été évoqué par le conseil de la défense) autant d'hypothèses présentant probablement dans l'esprit de la défense le mérite d'alimenter la théorie du complot, laquelle a d'autant plus de succès auprès de certains que cette théorie présente le grand avantage de ne pouvoir être démentie par l'examen objectif des faits, de faire supporter la responsabilité de l'événement à des inconnus, et enfin d'apporter une réponse à la hauteur de l'événement, l'ampleur de la catastrophe ne pouvant résulter ainsi que l'explique le juge d'instruction, d'une simple opération de manutention mal maîtrisée.

Le tribunal, en préparant le dossier et à la lumière d'éléments débattus en audience publique, s'est interrogé sur le point de savoir si l'on pouvait considérer que l'on se trouvait dans les instants suivant la catastrophe, à proximité proche par opposition à une proximité lointaine ? de l'épicentre, ainsi que le démontre l'ampleur du son enregistré par la caméra de télévision, dans une situation que l'on pourrait qualifier de "normale" ou si l'on ne pouvait pas estimer que la propagation des sons pouvaient être influée par les phénomènes de pression et de dépression décrits par les experts détoniciens. Charabia


L'apport de ces techniciens permet de comprendre que consécutivement au passage de l'onde de choc, laquelle s'est développée à partir d'une centaine de mètres de distance de l'épicentre l’onde de choc s’était résolue en onde de pression bien avant et jusqu'à plusieurs kilomètres de manière hémisphérique, s'est produit un phénomène de dépression capable, compte tenu de la masse d'explosif impliqué et de la puissance de la détonation, de déplacer des vestiges (a été évoqué le déversement d'une cuve en direction du cratère, la question du transbordeur) en direction de l'épicentre.
L'examen de la carte et des plans révèle que le collège Bellefontaine, sans être dans l'axe allant de l'épicentre à la piste de l'aérodrome de Francazal, était approximativement à équidistance de ces deux points.
Après avoir fait visualiser cette situation à l'aide d'un plan, le tribunal s'est interrogé sur le point suivant : le phénomène de dépression aurait-il pu renvoyer vers l'épicentre le bruit de l'hélicoptère qui aurait été en quelque sorte "capté" par le passage de l'onde de choc, observations faites d'une part que nous savons que cette onde de choc est parvenue jusqu'à l'aérodrome militaire grâce au témoignage du gendarme CHAPELIER et des militaires se trouvant dans l'aéronef en mouvement, et d'autre part que nul n'a observé cet aéronef en vol ni dans les instants précédant la catastrophe ni dans les instants suivants celle-ci alors même que le Puma, ce point est parfaitement confirmé par les travaux de l'expert de la défense, est un appareil lourd de transport, dont le passage ou le survol d'une zone chimique où se trouvaient de très nombreux salariés ne pouvait passer inaperçu.
À aucun moment lors de sa présentation, M. NAYLOR n'évoquera spontanément ce point.
Le tribunal, à l'issue de son exposé, sollicitait les observations du spécialiste... À la grande surprise du tribunal au regard de la présentation qui avait précédé (empreinte de certitude toute scientifique), M. NAYLOR indiquait au tribunal qu'il s'était lui-même posé la question de l'interaction du phénomène de dépression consécutive à cette explosion de très grande ampleur dans le déplacement de l'onde sonore de l'hélicoptère. Il ajoutait néanmoins n'avoir entrepris aucun travail de recherche sur ce point et s'être contenté de l'avis d'un confrère américain, dont nous ignorons tout, pour rejeter cette possibilité d'explication.
Cette réponse conduit le tribunal à s'interroger sérieusement sur les conditions dans lesquelles ce scientifique a mené ses travaux et l'objectivité que l'on était en droit d'attendre d'un grand scientifique. Et pan sur le bec de l’Imperial Collège ! En effet, force est de relever que ces travaux de recherches qui ne sont pas complets ont été présenté de manière fallacieuse dans ce sens où le technicien qui omet de faire part de ses propres interrogations, présente, sous couvert d'une étude scientifique, comme certain ce qui est affecté d'une grande part d'incertitude, le tribunal renvoyant, par ailleurs, à la question de l'hétérogénéité de l'atmosphère et de la méconnaissance des déplacements d'onde à distance rappelés par M. COUDRIEAU ou évoqués par M. GRENIER dans un de ses rapports. Cela est écrit comme si les experts de l’autre partie avaient démontré une objectivité à toute épreuve dans leurs travaux !
Dans ces conditions, ces travaux ne sauraient s'inscrire dans ce que l'exploitant a proclamé, à savoir la manifestation de la vérité, objectif légal d'une information judiciaire. Non probants, ils sont en conséquence écartés. Si ces travaux ne sont pas probants, que dire des autres ?
LE MONNYER est persuadé que la phase de dépression de très courte durée qui suit la phase d’onde de pression a pu faire revenir le son du Puma présent à Francazal vers l’Ecole Bellefontaine et donc à diminuer l’impact de la forte distance incompatible avec la bonne qualité sonore de l’enregistrement. Vu la durée d’un tel phénomène de dépression et son intensité extrêmement faible à ce type de distance au cratère, cette possible influence est bien entendu complètement négligeable par apport aux 3,5 km de distance totale. Le Monnyer est un âne et la réponse polie de M. Naylor lors du procès qui faisait référence à une subtilité toute britannique était effectivement là pour suggérer que Le Monnyer était effectivement loin des réalités techniques. Le Monnyer ne l’a pas compris comme tel et s’est permis par la suite de carrément insulter cet expert, le croyant même réticent à analyser cette invention technique de son propre cru. Aucun autre expert n’a osé suggéré cette idée idiote. Le Monnyer semble cette fois-ci s’être attaché seul à défendre une théorie scientifiquement débile et a tenu à le retranscrire dans cette note. Il faut préciser aussi que les experts du BEA ont rejeté aussi l’hypothèse du Puma de Francazal lors du procès. Le monnyer omet de le dire… mais ceci explique aussi cela. Ce juge a montré un engagement encore plus prononcé que l’ensemble des experts judiciaires réunis pour soutenir des thèses scientifique ineptes ! A part l’avis très changeant du pilote Heitz, seul l’avis technique ridicule de Le Monnyer conforte la théorie selon laquelle le Puma de Francazal est à l’origine du bruit d’hélicoptère entendu à 3,5 km sur la vidéo. Aucun expert n’a pu cautionner cet avis. L’enregistrement de France 3 prouve bien la présence d’un hélicoptère non identifié officiellement quelques secondes après l’explosion.

Le dossier judiciaire possède aussi deux photographies d’un avion survolant Toulouse Sud quelques secondes après l’explosion. Ces photos ont été faites depuis le quartier de la Faourette par le témoin Léon Caillaux (cote D 5209) et n’ont subi aucune analyse, aucune expertise. Passées entièrement sous-silence, elles confirment pourtant d’autres témoignages déposés (cotes D 1268, D 4048, D 4820 et D 6550) qui mentionnent la vision de cet avion allant du Sud-Est vers le Nord-Ouest juste avant et juste après l’explosion.
II-5-1-3 : l'analyse des experts judiciaires :
Après avoir passé en revue toutes les armes susceptibles d'être employées (grenade, lance-roquettes, missile anti-char etc...) ou moyen pyrotechniques (anfo) les experts judiciaires considèrent que le seul moyen viable ?? pour faire détonner le tas de nitrate était l'emploi d'un explosif placé à cœur de l'ensemble et présentant une surface suffisante pour emporter la détonation du nitrate. Là nous sommes priés d’admirer les vrais grands scientifiques que sont les experts judiciaires. Ils sont seuls, en effet, à maîtriser le concept novateur de « la surface qui emporte une détonation ». Les humbles techniciens en sont restés aux notions dépassées d’énergie libérée par l’amorce et de vitesse d’éjection des produits issus de sa propre détonation
S'appuyant sur les travaux des universitaires canadiens, ils vont considérer que l'hypothétique terroriste aurait dû avoir de bonnes connaissances en pyrotechnie et mettre en œuvre une masse de TNT de plusieurs dizaines de kilos ; celle-ci devant être placée à cœur, l'intéressé aurait dû manipuler le tas pour enfouir sa charge et assurer à un diamètre critique « assurer à un diamètre » est également une opération que seule l’élite peut comprendre qui est évalué pour le NAA à environ un mètre ou plus puis amorcer correctement celle-ci avec un dispositif pyrotechnique.
Compte tenu de l'ensemble de ces éléments, de la configuration des lieux, des entrées inopinées des membres du personnel de l'usine ou des sous-traitants, les experts judiciaires considèrent qu'un tel acte intentionnel est inenvisageable.
Les deux éléments majeurs de leur analyse pour écarter cette piste reposent sur la quantité d'explosif nécessaire et la nécessité de la placer à cœur ce qui, concrètement, le chouleur n'étant pas laissé à disposition dans ce bâtiment mais constamment utilisé par un opérateur TMG, interpelle. Plus clairement, les experts judiciaires rejettent cette thèse parce qu’elle est incompatible avec un amorçage dans le sas dont le contenu était trop fréquemment manipulé.
Néanmoins, sur ces deux points, le tribunal n'est pas convaincu par l'avis des experts judiciaires.
La cohérence qui doit présider à la réflexion de ce dossier conduit à considérer que si les travaux des universitaires canadiens fixent à 25 kilos la quantité d'explosif donnée ?? pour faire détonner un tas de 8 tonnes de NAA (de densité équivalente au NAA commercialisé par GP), il convient de tenir compte non seulement de la capacité particulière de la production de NAA de GP Toulouse à détonner, du fait que celui-ci ne présente pas la granulométrie exigée ?? (ce qui le rend plus sensible) et que le tas est composé d'une part non négligeable de NAI qui renforce la sensibilité de l'ensemble. Ressassage : les légères augmentations de sensibilité en cause ne changent rien à l’extrême difficulté d’amorcer le produit.
Ces éléments conduisent le tribunal à considérer que la quantité de TNT nécessaire pour faire exploser ce tas devrait logiquement être moins importante. Nous sommes au Collège de France. L’éminent professeur LE MONNYER va démontrer qu’il est personnellement plus compétent que tous les experts cités, qu’il renvoie à leurs chères études. Le nitrate est ainsi devenu facile à amorcer car le terroriste éventuel aurait facilement repéré dans les tas de nitrate du NAI, « facile » à amorcer, donc ne nécessitant aucun enfouissement au cœur du tas. La possibilité d’un amorçage dans le sas est ainsi sauvegardée. Tout cela est aussitôt suivi du constat que la thèse de l’attentat n’est pas « incarnée », comme le dirait un théologien. Tout le verbiage qui précède (et qui suit) n’a donc servi à rien… S'agissant du volume nécessaire de l' amorce au regard du diamètre critique de la matière explosible placée à son contact, là aussi le tribunal considère que le souci de cohérence commande de ne pas exclure que l'hypothétique terroriste ait placé sa charge au contact non pas de NAA mais à un endroit où se trouve placé du NAI ce qui là aussi doit permettre de réduire la quantité de la charge et d'utiliser le NAI, comme dans l'hypothèse de l'accident chimique, comme "booster".
Enfin, s'agissant de la question de l'enfouissement de la charge, au vu de la configuration retenue par les experts judiciaires de la chaîne pyrotechnique involontaire qui se serait constituée au pied du tas situé dans le box, le tribunal considère au vu de la reconstitution imaginée par les experts judiciaires que la détonation de l'ensemble n'imposait pas un enfouissement à cœur du dispositif, mais qu'un enfouissement au bord du tas pouvait suffire.
En sorte que le tribunal, devant l'absence de valeur probante des vaines recherches entreprises de traces d'explosifs ou du dispositif pyrotechnique (détonateur.) et de l'analyse des conditions matérielles requises pour faire détoner le tas de nitrate considère que cette hypothèse peu vraisemblable à l'examen de l'ensemble des éléments (aucun signe d'agression, hypothèse "désincarnée", défaut de revendication, caractère aléatoire de la mise en détonation d'un tas de NA...) ne peut pour autant être exclue formellement.
En conclusion, à l'examen des éléments figurant au dossier et au terme des débats, le tribunal considère qu'aucun élément objectif ne vient étayer la piste d'un acte intentionnel, hormis le fait que l'emploi d'un explosif était de nature à rendre possible la détonation du nitrate, et ce alors même que la police judiciaire a, d'une manière diligente, procédé aux investigations qui s'imposaient ; la certitude est que, nonobstant les efforts déployés par la défense et malgré des investigations diligentes et approfondies, cette piste demeure une hypothèse non "incarnée".
Pour autant, les vaines analyses tendant à trouver les traces de l'explosif impliqué dans le détonateur ou le booster de la chaîne pyrotechnique, que l'on se place dans le cadre d'une chaîne intentionnelle ou accidentelle, et les événements qui se sont déroulés, hasard du calendrier à Béziers le 1° septembre 2001, sans lien avec la catastrophe de l'usine AZF, à savoir l'emploi d'armes de guerre (lance roquette et fusil mitrailleur) contre les forces de police et l'assassinat de M. Farret, par un individu agissant seul, sur qui seront saisis des explosifs et détonateurs (une gomme de dynamite, 13 pains de tolite, 18 détonateurs et 5 mètres de mèches lente) dans le cadre d'une motivation non élucidée ("coup de folie", action terroriste ?) ne permettent pas au tribunal d'exclure formellement une hypothétique action terroriste. Dans l'affaire de BEZIERS, il était indiqué par les enquêteurs (cote D 6669) en conclusions de leur rapport que :
"Si l'enquête n'a pas permis de déterminer la façon dont l'intéressé s'est procuré les armes, munitions et substances explosives, il convient d'admettre qu'il est communément acquis qu'il est aisé de nos jours de se procurer un tel arsenal, tant les conflits des Balkans et le démantèlement de l'armée Russe et des pays anciennement sous sa coupe ont pu induire un considérable marché parallèle de ce genre de matériel, facilité grandement par la perméabilité des frontières"

Ni les paroles de M . BONNET, professeur de chimie: "j 'ai très tôt déclaré que si ce n'était pas un acte intentionnel, il fallait craindre que l'on ne trouve jamais la cause de la détonation... ", ni le caractère, paradoxalement, rassurant que pourrait présenter l'hypothèse terroriste dans la mesure où elle présenterait l'avantage pour les pouvoirs publics, l'opinion et les industriels de ne pas s'interroger sur les questions qu'un tel événement devrait en toute logique susciter s'agissant de la dangerosité du NA, de la limitation du taux d'azote des engrais, du maintien de stockages en vrac, l'application de la législation des explosifs au NAI etc... ne sauraient conduire certaines parties et notamment la défense à refuser le débat relativement à un éventuel accident chimique au motif que la thèse terroriste serait plus simple à concevoir et aurait le grand mérite d'imputer la plus grande catastrophe industrielle depuis 1945 à d'autres, des "étrangers barbus".




Dostları ilə paylaş:
1   ...   35   36   37   38   39   40   41   42   ...   47


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©genderi.org 2019
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə