Extrait des minutes secrétariat greffe du Tribunal de grande instance de toulouse



Yüklə 2,18 Mb.
səhifə43/47
tarix27.12.2017
ölçüsü2,18 Mb.
1   ...   39   40   41   42   43   44   45   46   47

Le Juge reprend les arguments selon lesquels que, même avec 1% d'eau, cela fonctionne car la réaction produit plus d'eau qu'elle n'en consomme (50% de plus). Et pourquoi 1% et pas 0.5% et même 0.1% ?

Avec un tel raisonnement, qui est une nouvelle imposture scientifique , il n'y a aucune raison de se limiter à 1%. Les experts, et le Juge, oublient que, en dessous de 9%, il est impossible d'obtenir expérimentalement une explosion : même Mr BARAT l'a prouvé (c'est dans son premier rapport) en réalisant des mélanges intimes; son affirmation n'a jamais été remise en cause: elle a même été confortée. La réaction se faisant à l'interface (points de contact) entre deux solides, la réaction s'arrête quand les réactants sont épuisés à l'interface : l'augmentation locale (aux points de contact) de la quantité d'eau ne permet pas d'aller solubiliser des réactants à l'intérieur des solides et de les "ramener" à l'interface pour que la réaction se poursuive. SME a très bien montré cela par une expérimentation rigoureuse : on voit très bien le rendement de réaction qui va vers une asymptote, montrant l'épuisement des réactants aux points de contact: pour relancer la réaction SME remue l'enceinte pour renouveler le points de contact. L'affirmation des experts, reprise par le Juge, nie toute l'expérimentation existante. Il ne faut pas oublier que Mr BERGUES a choisi 10.7% après des essais en DSC (mesure de la chaleur dégagée par la réaction), expliquant que c'est avec 10.7% qu'il avait un optimum. Il a donc choisi cette valeur pour son tir N°24 et par la suite on décrètera que le NA du sol du box avait cette valeur. Pourquoi Mr BERGUES n'a t'il pas fait d'essai avec 1 ou 2% d'eau, même simplement avec 9%: le TNO l'a fait: évidemment on n'arrive pas à l'explosion, on en est même loin.
On appréciera le terme "pouvait" pour parler de la teneur en eau du NA sur le sol du box et en affirmant que le vent d'Autan en était la cause : faut-il encore rappeler que des essais ont été réalisés avec les conditions connues : le jour de la reconstitution, l'air était saturé en eau (il pleuvait) : on n'a jamais dépassé 1.2% ! comment peut-on affirmer de telles valeurs (10.7%) en contradiction avec toutes les expérimentations ?
Si du NA a une humidité élevée et qu'on l'écrase, il va constituer un bloc et non des "fines". (pour fabriquer des morceaux de sucre, on humidifie des cristaux et l'on compacte).
Le Juge défend la réflexion de Mr BERGUES de mettre en œuvre trois couches superposées , et il admet que cette configuration n'est pas extraordinaire. Mais alors, que l'on nous montre un seul essai de déversement qui va dans le sens de cette configuration. Par quel miracle le DCCNa (composé de surfaces planes, angulaires, génératrices de forces de frottement, donc ne favorisant pas le glissement sur une surface) va-t-il descendre plus vite que le NA (qui est sous forme de billes qui roulent bien), s'étaler de façon uniforme sur le sol, être recouvert de NA sans perturbation (l'ensemble tombe de beaucoup plus que dans le Tir N°24) de la couche de DCCNa ? Comment peut-on accorder la moindre crédibilité à une hypothèse de configuration qui va à l'encontre de la Mécanique des Solides et sans la moindre expérimentation, d’ailleurs très facile à réaliser ? Là encore, le Juge acquiesce à cette nouvelle imposture scientifique.
Selon le Juge, le NA est recouvert d'un agent hydrophobe qui empêcherait de "pomper" l'eau du sol. Mais alors pourquoi est-il capable de "pomper" l'eau d'un air humide. En fait, le NA est enrobé d'un anti-mottant qui freine l'agglomération des grains entre eux.

5- Transmission de la détonation par sympathie entre le sas et le tas principal. La détonation du tas se trouvant dans le box se transmet au tas principal, soit directement, soit plus vraisemblablement par sympathie notamment à cause de la masse de nitrates déversée entre 8h30 et 9 h par Gilles FAURE, qui s'est écoulée dans le passage permettant l'accès à la partie principale du bâtiment.


Le Collège Principal des Experts relève que Didier BERGUES n'exclut pas cependant que les trois modes de transmission envisageables : transmission directe de la détonation, transmission de la détonation par onde de choc, transmission de la détonation par projection aient pu se produire de concert de manière simultanée ainsi que par effet synergique et rendre alors inévitable la transmission de la détonation entre les tas très proches.
Lors des débats, M. BERGUES a privilégié ce dernier mode de transmission, corroboré par les travaux de simulation réalisés par le laboratoire du CNRS de Poitiers, conservés secret par la société Grande Paroisse qui soulignaient le rôle que pouvait avoir la projection des éclats du mur dans la facilitation de la propagation de la détonation du tas se trouvant à son opposé ; M. BERGUES a également souligné qu'en application des règles de sécurité pyrotechnique

prescrites par la réglementation, même dans le cas où le tas principal aurait été éloigné du pied du muret, la puissance de la détonation du tas du box était en état de se propager à ce tas principal.


Le tribunal ajoute, sur ce dernier point que les photographies, certes de mauvaise qualité, du tir de 8 tonnes de nitrate agricole, soit une quantité inférieure à celle se trouvant dans le box le 21 septembre, joint par les universitaires canadiens (BAUER et autres) à leur rapport, sont édifiantes quant à la puissance d'une telle détonation (cote D 2943).
6- Propagation de la détonation à l'ensemble du tas principal ;
La détonation se propage à une vitesse de 3500 m/s du sas vers le tas principal, c'est à dire d'est en ouest ; M. BERGUES retient que les grandes dimensions de ce tas ont permis cette propagation à son ensemble bien que le nitrate stocké (76% d'ammonitrate et 24% de nitrate d'ammonium industriel) ait été assez pur et en deçà du seuil de 0,2% de carbone organique à partir duquel le produit est classé parmi les explosifs.

La présence des 24% de nitrate d'ammonium industriel, produit micro poreux utilisé pour la fabrication de l'explosif ANFO a également été un facteur favorable à la propagation qui s'est produite essentiellement au cœur du tas en entraînant la détonation de la semelle de nitrate d'ammonium confinée par la masse de celui ci.


- II-5-2-1-4 : Les objections scientifiques de la défense :
- L'absence de répétibilité des tirs :
M. BERGUES a souligné qu'isoler le tir 24 des 23 précédents n'avait pas de sens ; il s'agit d'une expérimentation qui reflète l'évolution de sa réflexion sur les facteurs influençant la réactivité du milieu, réflexion qui s'est enrichie des échecs, l'a conduit à envisager l'importance de la surface réactionnelle pour obtenir l'élévation de la température jusqu'au niveau critique de 93°, qu'il a partagé avec les membres du collège d'experts et notamment de M. Barat qui l'a conduit à expérimenter à la configuration en trois couches.
A ce titre, le tir 24 s'inscrit parfaitement dans la logique des 5 tirs précédents, quatre détonations et un échec, l'expert ayant réalisé le rôle du volume réactionnel et la nécessité d'accroître la surface en passant de tubes de 20 cm de diamètre à 30 cm puis à des caisses de 30 x30 cm.
Cette critique n'est donc pas fondée et on ne saurait sérieusement envisager une expérience avec encore plus de matière, comme le sollicite Mme Mauzac, eu égard au principe de similitude appliquée régulièrement en matière de détonique. Le tribunal retient en outre l'observation présentée par M. BERGUES selon laquelle le tir 24 ne pouvait disposer par ailleurs de l'effet de masse, mis en valeur par les travaux des universitaires canadiens(BAUER et autres), et d'un diamètre critique satisfaisant pour la part de nitrate agricole qui se trouvait au contact de la zone réactionnelle, la faible dimension (relative) de l'édifice n'ayant pas favoriser la propagation de la détonation à l'ensemble et assurer sa stabilité.
Les incertitudes imputables à GP sur le milieu réactionnel ne pouvant être élucidées par aucune investigation technique, le tribunal ne doute pas un instant qu'à supposer qu'une telle reconstitution soit ordonnée par le tribunal, sa réussite n'emporterait pas la conviction des sceptiques.

Il convient de souligner en outre, qu'alors qu'elle développera des moyens considérables tout au long de l'information, la société GP ne procédera pas à une nouvelle expérimentation; elle préférera interrompre les travaux confiés à SEMENOV, ne pas donner suite aux recommandations de TNO et enfin financer deux campagnes de tirs en république tchèque en employant des détonateurs et booster distincts de ceux appliqués au tir 24, sans jamais reproduire la détonation qui nous intéresse, à savoir celle initiée par le trichlorure d'azote.


- Le prétendu confinement de la surface réactionnelle :
L'ensemble des détoniciens s'accordent à ne reconnaître aucun confinement au sens détonique du terme à la boîte utilisée par le technicien. Il s'agit d'un dispositif couramment employé par ces techniciens.
Il convient de rappeler que cette boîte est ouverte sur le dessus et que son emploi est indispensable :
- afin de maintenir une certaine configuration aux produits conforme à l'idée que l'on peut se faire du déversement d'une certaine quantité, entre 150 et 500 kgs de produits au pied d'un tas;
- pour visualiser la réaction.
S'il n'y a pas de confinement au sens détonique, certaines parties civiles et la défense ont considéré que liquide et gaz produits par la réaction seraient en quelque sorte "piégés" par les panneaux latéraux de la boîte qui favoriseraient l'élévation de la température ; M. BERGUES a répondu à ces objections en indiquant que la réaction très exothermique du milieu va conduire les gazs chauds à s'élever par l'effet de la convection puis à se refroidir au contact du NAI plus frais qui le recouvre, à imprégner celui-ci cette réaction se poursuivant jusqu'à l'obtention de la température de 93° dans le milieu réactionnel qui provoque l'explosion du gaz, laquelle entraîne non pas l'explosion en direct du solide NA, mais le NCL3 liquide, très sensible au choc, puis en cascade le NAI enrichi de NCL3 et enfin le NAI qui sert de booster dans cette chaîne pyrotechnique.
Le tribunal ajoute à ces explications convaincantes le fait que la présentation de l'expérimentation établit clairement que le milieu réactionnel (d'une surface de 30 cm x 30 cm) qui n'est réalisé qu'à une extrémité de la boîte (de dimension 30 cm x 1 mètre), n'occupe donc qu'une partie de sa surface. Or, le film de l'expérimentation démontre de manière catégorique et alors qu'AUCUNE paroi n'empêche la translation de la réaction vers la partie droite du montage, que celle-ci, qui est très visible avec sa couleur caractéristique jaune citron, reste concentrée au niveau du croisement des produits et ne se propage ou ne s'écoule pas latéralement : ce fait confirme visuellement que cette réaction conserve une certaine homogénéité.
- La durée d'attente entre le versement du DCCNA et le NAI:

Tout ce qui suit contribue à masquer un problème essentiel et simple. Il concerne ce qu’il s’est réellement passé dans le sas. Il est, en effet, strictement impossible que le déversement, dans ce sas, d’une benne contenant diverses qualités de nitrate et quelques kg de DCCNa puisse entraîner l’écoulement sélectif du DCCNa, qui constituerait alors une couche surmontant une couche de nitrate préalablement déposée, suivi du déversement sélectif d’une autre couche de nitrate. Le tir n° 24, comme il a été préparé, ne peut donc simuler quoi que ce soit de représentatif d’une quelconque réalité. En lisant BERGUES à ce sujet, on se rend bien compte qu’il invente des scénarios pour les faire coller successivement à ses interminables tâtonnements expérimentaux.
Ce délai, d'une dizaine de secondes, est dû, selon l'expert, à la nécessité pour l'opérateur de pouvoir mettre en contact les produits en sécurité : contrairement à toutes les autres expériences menées jusqu'alors par l'ensemble des instituts, ce tir se réalise en plein air et implique une quantité de matière explosive conséquente d'une centaine de kilos qui de fait a engendré une explosion considérable. Incontestablement, le bon sens commande de considérer que ce délai est peu conforme à l'idée raisonnable que l'on se fait du déversement d'une benne.
La défense et Mme MAUZAC y voient là une manipulation des experts judiciaires tendant à favoriser la réaction, sans pour autant expliciter en quoi, sur le plan scientifique, ce délai pouvait avoir une influence concrète sur la détonation finale.
Au cours de l'audience, et de manière assez théâtrale, la défense a cru utile de soutenir qu'elle avait, par une reconstitution du tir 24, démontré le caractère très influant de ce délai dans l'évolution de la réaction, puisque lors de cette expérimentation TNO n'était pas parvenu à une explosion.
L'analyse de la pseudo reconstitution (cote D 7039) tourne à la déconfiture de la défense: il résulte très clairement de ce document que la défense a commandé des travaux dont elle savait pertinemment par les consignes d' exécution qu' elle imposait que la réaction ne pouvait parvenir à la détonation.
En effet, la société Grande Paroisse commande, après le dépôt du rapport de M. BERGUES, une série de quatre tirs à la société TNO. Il résulte clairement de la présentation par le laboratoire des tests que l'exploitant a imposé au laboratoire les modalités précises de configuration des tirs : de manière tout à fait singulière GP imposait pour cette "reconstitution" (et non pour les trois autres tirs de la série) la réduction de la surface réactionnelle et l'utilisation d'une caisse aux dimensions de 20 x 20 cm, alors qu'elle ne pouvait ignorer, à la présentation détaillée que faisait l'expert dans son rapport, de sa réflexion l'ayant conduit à augmenter la surface du milieu réactionnel, qu'une telle dimension de l'édifice ne permettrait pas une élévation suffisante de la température du milieu réactionnel et donc l'obtention de la détonation
Mieux, elle ne donnait manifestement pas suite aux suggestions de l'opérateur qui soulignait l'opportunité de ne pas en rester là et proposait d'envisager l'élargissement de la surface.
En d'autres termes, l'expert judiciaire ayant souligné dans son rapport le facteur déterminant de la surface réactionnelle, GP, en fixant un cahier des charges plus stricts que les autres tirs au niveau de la surface, connaissait par avance le résultat qui ne pouvait être que négatif (lors de cette expérience, et comme pour les derniers tirs de M. BERGUES, TNO enregistrait une très forte élévation de la température laquelle stagnait à un peu moins de 60° : le déversement simultané des deux produits n'avait donc manifestement nullement altéré le caractère fortement exothermique de la réaction).
De manière étonnante, M. HECQUET, conseiller scientifique de la défense, qui, tout au long de l'information donnera des leçons de méthodologie aux experts judiciaires s'abstiendra dans son commentaire (cote D 7039) de la moindre observation sur la réduction opportune de la surface de contact des deux produits. Totalement faux. Il a très clairement justifié sa propre méthodologie. Il commentera ce point bien mieux que je ne puis le faire.
Non seulement pas par cette manœuvre grossière il est facile, pour un juge, d’insulter impunément un témoin qu’il veut déconsidérer. Mais je doute que ce genre de pratique fasse bon effet en appel ou en cassation les chimistes de la société Grande Paroisse ou de la CEI lesquels ? S’il s’agit de Gérard Hecquet, il n’a jamais fait partie ni de la CEI ni de GP ont cherché à tromper la religion du tribunal, démontrant, là encore un parti pris fort éloigné de la recherche de la vérité, mais en outre signe, s'il en était besoin, a contrario, la conviction de ces scientifiques que M. BERGUES, à Gramat, était parvenu à démontrer la faisabilité de l'accident chimique : grâce aux travaux de l'expert judiciaire, nous passions d'une piste purement théorique à une réalité concrète.
Ce tir, dit de "reconstitution" selon les conseils de la défense, relève purement et simplement de la tromperie.
Pour le tir N°24, il était facile pour Mr BERGUES de mettre en place un dispositif permettant le dépôt simultané du DCCNa et du NA : le TNO l'a fait sans aucun problème. Les 14 sec de dépôt du DCCNa sur un NA à 10.7% d'eau ne sont pas anodines. Le DCCNa a le temps de se mettre en solution dans la partie liquide, sans être perturbé par l'arrivée de NA sec. Il est bien sûr difficile de quantifier cette phase en l'absence d'un essai adéquat, mais balayer ce problème relève une nouvelle fois d'un manque d'analyse scientifique.
Le Juge revient pour la troisième fois sur le fait qu'au TNO on a utilisé une section de 20 x 20 cm à la place de 30 x 30 cm: il continue à dire que l'augmentation de surface se traduit par une augmentation de l'élévation de température : faut-il que cet essai soit gênant pour avancer un argument qui est une absurdité au niveau scientifique: les experts ne pouvaient pas montrer mieux leur mauvaise foi ou leur inculture scientifique.
Mr BERGUES a sacrifié l'ensemble de la surface du NA à 10.7% d'eau : là encore il a augmenté vraisemblablement d'un facteur 2 l'interface de contact entre le NA humidifié et le DCCNa, augmentant par là-même la production de DCCNa de ce même facteur. Or quand des engins roule sur un tel sol, ils compactent le sol, et donc réduisent fortement la surface de contact: la surface laissée par les stries est faible par rapport à la surface plane compactée : Mr BERGUES a là encore utilisé un artifice pour améliorer la production de NCl3.
Manifestement, le Juge ne sait ce qu'est une solution saturée ou une solution solide :
-Une solution saturée est une solution sans particule solide : tout est solubilisé, mais on est au maximum de ce que peut solubiliser le liquide : au-delà il y aurait mélange de solution saturée et de solide.
-Une solution solide est un composé entièrement solide : il n'y a rien de liquide. C'est un solide cristallin dans lequel on peut substituer un atome par un autre et cela de façon aléatoire (comme dans un liquide, d'où le terme utilisé) , tout en restant solide. Ce terme était utilisé, à tord d'un point de vue scientifique, chez GP, car les personnes y devinaient une représentation physique.
Le terme "soupe" utilisé est bien sûr trivial, mais il donne une bonne représentation d'un NA à plus de 10% d'eau : c'est le même terme que l'on utilise pour de la neige fondante, quand on a un mélange de solide et de liquide : c'est quand même plus imagé que le terme scientifique : système biphasique solide-liquide.

On ne peut qu'être surpris de ce genre de critique de la part du Juge, alors qu'il passe sous silence l'invraisemblable multitude d'énormités scientifiques des experts judiciaires en chimie. on ne peut ressentir là qu'une volonté de décrédibiliser ceux qui ne partagent pas le point de vue des experts judiciaires qui ,eux, ont montré tout au long de l'instruction et du procès leur incompétence en chimie: c'est le point de vue de tout chimiste ayant lu leurs travaux.
Une quatrième fois, le Juge revient sur l'essai fait en 20 x 20 cm au TNO. Bien sûr cet essai allait montrer de façon indubitable qu'il ne pouvait y avoir d'explosion, non pas parce-que l'on a diminué la section (on a vu que cela ne change en rien la valeur de l'élévation de température), mais parce-que surtout on utilise un NA à 9% d'eau (donc encore un solide) plutôt que 10.7% (un mélange de solide et de liquide: une "soupe" épaisse) et que la surface est plus conforme à celle où des engins ont roulé et où un racleur est passé avant l'explosion (analogie au chasse-neige qui laisse une petite couche compacte: cet élément a été totalement passé sous silence). Le résultat est particulièrement probant. Le Juge écrit que l'on atteint une température un peu inférieure à 60°C: non, on est plus près de 50°C que de 60°C: on atteint au maximum 53°C ! La température initiale étant de 19°C, l'élévation de température a été de 34°C, alors qu'il aurait fallu qu'elle soit de 74°C pour avoir une explosion: comme l'élévation de température est directement proportionnelle à la production de NCl3, il apparait clairement que l'on n'a même pas fait la moitié du chemin: voilà pourquoi cet essai gêne tant ! Mr BERGUES s'est mis pour le Tir N°24 dans des conditions extrêmes qui n'ont aucune chance d'avoir existé.
Le Juge parle de leçon de méthodologie: les experts en chimie ont fait toujours preuve d'une incapacité à conduire une étude de cinétique. Quant à l'essai en 20 x 20 cm au TNO, on trouve à la page 20 du rapport final de G. HECQUET les raisons et justifications : fallait-il encore les comprendre ou vouloir les comprendre !
Le Juge parle de manœuvre grossière et de tromperie, bien sûr en s'appuyant sur l'essai fait en 20 x 20 cm: quand on voit que l'argumentation basée sur le fait que la diminution de section amène une diminution de l'élévation de température, et que c'est une imposture scientifique que tout chimiste connaissant un peu de thermique (niveau Bac ou 1ère année de Licence) confirmera, on reste pantois. Que dire alors des différents artifices utilisés dans le Tir N°24 , de toutes les erreurs basiques de chimie et du mensonge sous serment de Mr Van Schendel (Note N°1 donnée au Juge et à la Défense par Mme Baux et passée sous silence).

- La scarification du sol :


L'opérateur a effectivement légèrement scarifié le sol, ce qui par l'augmentation de la surface de contact est susceptible de faciliter la réaction ; pour autant, cette scarification légère ne constitue pas pour le tribunal un élément majeur ; en effet, il convient de relever que les passages de multiples engins dans ce box pouvaient parfaitement et de manière involontaire marquer la couche de nitrates et favoriser ainsi la réaction chimique.
Cet élément de critique est non pertinent.
- La composition de l'édifice lors du déversement :
La défense considère que l'expertise est limitée dans sa démonstration aux données retenues à savoir:
- un sol composé de NAI humidifié à 10% ce qui permet d'assurer l'acidité nécessaire à la réaction,

- une couche uniforme de DCCNA,

- une troisième couche de NAI.

S'agissant du sol, l'expert considère que sa composition est indifférente ; à l'évidence le sol du box est constitué d'une couche hétérogène mêlant NAA et NAI tassé broyé, pour lesquels l'enrobant ne joue plus aucun rôle, en sorte que la capacité d'absorption de l'humidité ne le transforme pas en une soupe comme M. HECQUET l'a prétendu mais en une "solution solide" selon l'expression de M. Biechlin ou solution saturée selon l'étude de dangers de I4.


En effet, la projection des photos p rises lors de la préparation des tirs 21 et 24 de l'humidification de la couche de nitrate (censée représenter le sol du box) par M. BERGUES va parfaitement éclairer la question du comportement fort distinct du NAA (sous couche du tir 21) et du NAI (sous couche du tir 24) au contact de l'humidité : le premier qui est préparé afin de résister dans les champs aux conditions climatiques va résister à la prise d'humidité qui le fera baigner dans un "bain", le second lui est préparé afin de faciliter l'absorption d'un liquide, il absorbe l'eau et une couche déliquescente se forme à sa surface que M. BIECHLIN nomme "solution liquide" : cette surface est effectivement très favorable à l'interaction de ce produit et du DCCNA, comme le soulignait dès 1995 l'étude de dangers concernant le bâtiment I4.
Il est invoqué la nécessité d'un milieu acide pour favoriser le développement de la production de trichlorure d'azote : quel pouvait être le taux d'acidité de la couche de nitrate au sol ?
D'une manière générale, il convient d'observer, liminairement à l'examen des résultats d'analyse des taux de PH des productions GP de NAI et NAA (figurant aux scellés) que ceux-ci pouvaient varier en fonction des campagnes, qu'il est certain en outre que cette couche était partiellement constituée de NAI plus acide que le NAA et, enfin, que l'on peut s'interroger si, l'acide cyanurique qui a pu se trouver dans la benne, n'a pas pu participer à l'acidité du milieu réactionnel ; il ne s'agit bien là que d'hypothèses qu'impose la situation d'hétérogénéité d'un milieu dont seul l'exploitant peut-être tenu responsable : l'absence de tout élément probant contraire apporté par GP qui, en sa qualité d'exploitant, aurait dû être en mesure de nous renseigner utilement, conduit le tribunal à ne pas exclure que les conditions étaient réunies le 21/09/2001.
La couche uniforme du DCCNA n'appelle aucun commentaire, le tribunal soulignant le caractère limité mais indispensable à la détonation de la surface réactionnelle : 30 centimètres sur 30 centimètres.
La présence du NAI dans la benne renvoie toujours à cette éternelle interrogation de savoir ce qu'elle contenait et comment a-t-on pu en arriver à déverser une benne sur du nitrate humide sans s'interroger. Seule GP était en mesure d'y répondre utilement...
- La transmission de la détonation du box au tas principal :
Nous avons déjà vu comment de manière surprenante et inattendue, la société GP, propriétaire et exploitante d'un bâtiment qu'elle avait récemment, avec l'aide de ses propres techniciens, aménagé, avait subitement réalisé que les plans communiqués aux enquêteurs qui leur avaient permis, avec l'aide de M. SOMPAYRAC, d'établir une image de synthèse en 3d, n'étaient soi-disant pas conformes à la réalité.
A cette même audience, plusieurs témoins faisaient reculer le tas principal de plusieurs mètres du muret ... au regard de l'analyse détonique développée par la défense, les constats de terrains infirment une telle configuration.
Ce que le tribunal et les parties ignoraient jusqu'à la comparution de M. PRESLES devant le tribunal, c'est qu'en réalité la défense était embarrassée par les résultats d'une étude confiée au laboratoire de Poitiers tendant à simuler la capacité de la détonation du box à emporter celle du tas principal ; un peu contre toute attente, pour le non initié, l'étude menée par ce laboratoire dont l'une des spécialités réside dans ce travail de numérisation, allait souligner que le muret renforcé construit par GP n'était pas un élément utile à stopper la propagation de l'onde de choc, mais facilitait, au contraire la mise en détonation du tas situé

derrière, dans la mesure où les nitrates étant placés dans le box contre ce muret, la détonation prenait en quelque sorte appui contre ce mur pour choquer le tas situé dans la partie centrale, alors que sans mur de séparation et sous réserves d'un certain éloignement, le tas de nitrate dans la partie centrale aurait été soufflée et non pas choquer.


Le ministère public ayant décidé de faire citer le directeur de ce laboratoire a ainsi permis à la juridiction d'être pleinement informée des travaux menés par la société Grande Paroisse qui, une nouvelle fois a été prise en défaut au regard de sa prétendue recherche de vérité.


Dostları ilə paylaş:
1   ...   39   40   41   42   43   44   45   46   47


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©genderi.org 2019
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə