Jean Pic de la Mirandole ou les amphibologies de l’humanisme



Yüklə 13.83 Kb.
tarix25.07.2018
ölçüsü13.83 Kb.

Jean Pic de la Mirandole ou les amphibologies de l’humanisme

La relation originaire Homme-Nature entre liberté, culture et normativité
(extraits)
par Raffaele Carbone
Le Discours sur la dignité de l’homme : l’exigence relationnelle originaire entre le cosmos et son contemplateur
Penser la question de l’humanisme avec Pic de la Mirandole revient à se confronter à un auteur à la personnalité complexe, aux intérêts multiples et protéiformes, à des ouvrages différents les uns des autres de par leur occasion de composition, leur enjeu, le développement de leur sujet. Aussi considérerons-nous essentiellement la célèbre Oratio de dignitate hominis et l’Heptaplus. Le premier ouvrage a été écrit au cours de l’année 1486 : ce préambule était destiné à présenter les Conclusiones nongentae, un ensemble d’aphorismes concernant des questions philosophiques et théologiques que Pic souhaitait discuter en janvier 1487 à Rome avec les intellectuels de son époque. Toutefois à cause de l’opposition papale, ces thèses ne furent pas débattues publiquement. D’ailleurs si l’Oratio introductive ne fut pas prononcée, il n’avait jamais été question non plus pour l’auteur de la publier. À la lumière de ces circonstances, il faut noter que le texte qui a été proclamé comme l’expression la plus vigoureuse de l’esprit de la Renaissance a vécu une étrange aventure (1). Il constitue une introduction géniale à une discussion qui n’a jamais eu lieu, il vit de la tension entre ce qui a le caractère du préambule, du renvoi à quelque chose d’autre, et un rendez-vous raté.
Lorsque le comte de la Mirandole interroge la nature de l’homme, il conjugue deux orientations théorétiques. Il tient compte des plus intéressantes interprétations de l’humain proposées par des traditions philosophiques diverses, il énonce une intuition originaire qui sous-tend et nourrit le développement de sa réflexion : tout discours sur l’homme est possible à partir de l’horizon de la nature. D’autre part, l’interprétation de l’homme est d’abord un aperçu intellectuel, une expression et une appropriation philosophique du rapport de l’homme à la nature. Les sédimentations théoriques provenant des courants philosophiques qu’il discute, critique ou intègre dans sa méditation confirment que tout questionnement sur l’homme demande de le situer par rapport à un horizon naturel préalable. Nous croyons que la dualité de l’homme et du monde, de l’intelligence et de la nature, est maintenue chez Pic, sans se cristalliser toutefois en un dualisme absolu comme celui de la scolastique médiévale (2). Le rapport homme-cosmos constitue une polarité originaire qui requiert d’être éclaircie par la pensée philosophique.
Au début du Discours sur la dignité de l’homme, Pic rappelle qu’Abdallah le Sarrasin soutenait que dans cette sorte de théâtre qu’est le monde l’homme est certainement le spectacle le plus digne d’admiration (3). Il énonce ensuite ces sentences qu’il a méditées, même s’il n’en est pas satisfait : l’homme est un truchement (« internuntium ») entre les créatures, il est l’interprète de la nature (« naturae interpretem ») grâce à la perspicacité de ses sens, à l’enquête de la raison, à la lumière de son intelligence, intervalle, intermédiaire entre l’éternité stable et l’écoulement du temps (« stabilis evi et fluxi temporis interstitium »), union, et même hymen du monde (« mundi copulam, immo hymeneum »), et enfin de peu inférieur aux anges (« ab angelis… paulo deminitum ») (4). Ces arguments, pour Pic, sont certes importants (« magna ») mais non prépondérants (« sed non principalia »), dans la mesure où ils ne permettent pas de légitimer le privilège de la plus haute admiration, qui pourrait être accordé aussi bien aux anges qu’aux bienheureux (5). Ils impliquent pourtant l’idée que tout discours sur l’homme ne peut se dessiner qu’à partir de sa situation particulière dans la nature, de sa position privilégiée dans la hiérarchie et l’ordre des étants.
L’idée que l’homme est un miracle, qu’il est le plus heureux des êtres vivants constitue l’héritage spéculatif retenu par le comte de la Mirandole lorsqu’il exprime son point de vue sur cette question. Il ne discute pas cette thèse et son implication fondamentale – penser l’homme, c’est le penser en rapport à l’espace pluriel des créatures dans lequel il est situé –, mais il se propose de la sonder et de présenter l’argumentation décisive qui permet de la valider. Il prône une démarche spéculative capable de suspendre l’ankylose intellectuelle qui se produit lorsque nous sommes ravis par l’admiration pour l’homme et de comprendre rationnellement la condition qui lui a été donné dans l’ordre de l’univers par le Créateur (6). Les Écritures, les Pères, les Arabes nous font contempler l’homme par une attitude imprégnée d’admiration, d’enivrement, presque extatique (« Res supra fidem et mira ») (7), et de ce fait nous ne sortons pas d’une tautologie paralysante (l’homme est un miracle, l’homme est digne d’admiration), attestée dans la récurrence des termes afférents à la même sphère sémantique (« admiratione », « mira », « miraculum », « admirandum »), qui cache enfin l’ambivalence intrinsèque à l’homme. À cet égard, Pic requiert une attitude philosophique apte à questionner les racines de cette admiration diffuse.
(extraits)


Notes


1/ Pour les questions historiques et conceptuelles concernant la rédaction de ce texte, voir Pier Cesare Bori, Pluralità delle vie. Alle origini del Discorso sulla dignità umana di Pico della Mirandola, Milano, Feltrinelli, 2000, pp. 11-94 ; Louis Valcke et Roland Galibois, Le périple intellectuel de Jean Pic de la Mirandole. Suivi du Discours de la dignité de l’homme et du traité De l’être et de l’un, Sherbrooke (Canada), Les presses de l’université Laval, 1994, pp. 75-116. Pour un bilan des interprétations de l’Oratio et de la pensée de Pic, cf. le livre toujours utile de William G. Craven, Giovanni Pico della Mirandola. Symbol of his Age. Modern Interpretations of a Renaissance Philosopher, Genève, Librairie Droz, 1981 ; Pico della Mirandola. Un caso storiografico, tr. it. par Alfonso Prandi, Bologna, Il Mulino, 1984, particulièrement pp. 7-47, 49-98.

2/ « […] la différence entre les deux pôles – pour emprunter une formule de Ernst Cassirer qui nous semble encore partageable aujourd’hui – n’est possible et concevable que dans la mesure où elle implique en même temps une relation réciproque entre eux.» (E. Cassirer, Individuum und Kosmos in der Philosophie der Renaissance, Leipzig, 1927 ; Individu et cosmos dans la philosophie de la Renaissance, tr. fr. par M. de Gandillac et Pierre Quillet, Paris, éditions de Minuit, 1983, p. 114).

3/ Jean Pic de la Mirandole, Sur la dignité de l’homme, in Œuvres philosophiques, texte latin, traduction et notes par Olivier Boulnois et Giuseppe Tognon, Paris, PUF, 1993, p. 2.

4/ Ibidem.

5/ Ibid.

6/ 6« Finalement j’ai cru comprendre pourquoi l’homme est le plus heureux des êtres vivants – et par conséquent le plus digne d’admiration –, et quelle est précisément la condition que lui a donnée le sort dans l’ordre de l’univers (conditio quam in universi serie sortitus sit), condition qu’envieraient non seulement les animaux, mais encore les astres et les esprits au-delà du monde. Chose incroyable et étonnante ! Et comment ne le serait-elle pas ? C’est à cause d’elle que l’homme est à juste titre estimé un grand miracle (magnum miraculum), et proclamé vraiment admirable. – Mais quelle est cette condition ? Ecoutez, Pères, et prêtez-moi pour ce discours une oreille indulgente, conforme à votre humanité » (Ibidem, pp. 3-5).

7/ Ibid., p. 4.

Dostları ilə paylaş:


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©genderi.org 2017
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə