L'afp photo persona non grata au fn



Yüklə 10.08 Kb.
tarix08.11.2018
ölçüsü10.08 Kb.

L'AFP photo persona non grata au FN
Marine Le Pen a jugé plusieurs photos "trop laides"
Par Laure Daussy le 01/01/1970

Editer le vite-dit ici ou dans un nouvel onglet

L'AFP indésirable aux conférences de presse de Marine Le Pen, pour photos jugés "trop laides". Un photographe de l'Agence France-Presse a été refoulé vendredi matin d'une conférence de presse de Marine Le Pen, au siège du Front national à Nanterre, rapporte l'AFP. La directrice de cabinet de la patronne du FN, Charlotte Soula, estime en effet que les images de Marine Le Pen diffusées par l'agence étaient "laides" et "aberrantes", tellement laides qu'elles frisent l'insulte" dit-elle. "Ce n'est pas un truc de midinette. On a l'impression que c'est délibéré", a ajouté Soula.

De quel photographe et de quelles photos s'agit-il ? Contrairement à ce qui a pu paraître dans la presse, ici ou , le photographe refoulé n'est pas l'auteur des photos qui dérangent la patronne du FN. Il a été refusé en tant que photo-reporter travaillant pour l'AFP. C'est l'Agence, (dans sa partie photo), qui est inscrite, jusqu'à nouvel ordre, sur la liste noire du FN. Depuis quelques mois, plusieurs photos ont en effet suscité l'ire du FN. Le staff de Marine Le Pen ne manquait pas d'appeler à chaque fois le service photo de l'AFP pour se plaindre. Ce n'est pas, selon nos informations, le seul parti à le faire, mais c'est le seul à refouler ensuite un photographe. Parmi les photos contestées, une de Marine le Pen publiée dans la Voix du Nord dans laquelle elle avait le bras tendu, ce qui aurait pu laisser penser à un salut nazi. Nous n'avons pas retrouvé cette photo.


Une autre photo, prise le 16 novembre à Carpentras par le bureau de l'AFP de Marseille, a suscité les foudres du staff de Le Pen. On y voit une Marine le Pen prise en contre-plongée, bouche ouverte, l'air assez dur, un bras tendu, à côté de Marion Maréchal Le Pen, souriante, qui applaudit. Il semble que cette photo ait déplu parce que Marine le Pen y paraît, avec l'utilisation du grand angle, en surpoids par rapport à Marion Maréchal le Pen.

La photo avait été publiée dans le Figaro le 27 novembre




> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Interviewée à ce sujet ce lundi sur LCI (interview retranscrite sur le Lab d'Europe 1), la présidente du FN a estimé que le photographe "déforme" ses photos pour mieux "les vendre" - en associant à tort le photographe exclu de la conférence de presse et l'auteur de la photo. "Je considère que ces gens font de l’argent sur notre image, puisqu’ils vendent les photos qu’ils prennent. (...) Ce n’est pas la liberté de la presse, c’est une entreprise commerciale. Vous faites de l’argent bien souvent avant de faire de l’information, c’est en tout cas le cas de ce photographe qui prend un malin plaisir à déformer des photos, ce qui ne me paraît pas très professionnel, pour pouvoir les vendre. Donc j’ai dit stop."

La direction de l'AFP "récuse les accusations portées contre le photographe mis en cause auquel elle apporte tout son soutien". Elle tient également à souligner que ses photographes "appliquent comme tous les journalistes de l'agence les règles d'impartialité qui sont l'un des fondements de la mission de l'AFP".

Comment l'AFP choisit-elle les photos mises en ligne à disposition de ses journaux clients ? La rédaction photo explique qu'elle supprime les photos montrant une "attitude dégradante" (au choix, une personne en train de se mettre les doigts dans le nez, ou encore de baver...) et qu'elle fait confiance aux choix des photo-journalistes, tous titulaires de la carte de presse. Pour chaque événement, une quinzaine de photos sont envoyées sur le fil AFP. C'est ensuite les journaux qui choisissent les photos qui seront publiées. Pour la photo ci-dessus, c'est donc le choix du Figaro. Quant à ce bras tendu, qui pourrait passer pour un salut nazi, il n'est pas exclusif de Marine Le Pen. Il arrive que d'autres politiques soient photographiés dans la même attitude, lors d'un meeting, nous assure la rédaction photo. Mais le geste n'est pas interprété de la même façon, et souvent ce ne sont pas ces photos qui sont choisies par les journaux. Précisons encore que Marine Le Pen demande aux photographes de ne pas la prendre en photo en train de fumer, ce qui est respecté par les photographes AFP.  "Ce n'est pas une info", nous explique-t-on à l'AFP.



> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

 

A regarder les photos publiées sur ce site de photos de l'AFP, qui rassemble toutes les photos mises à disposition de la presse,



Marine le Pen ne semble pas particulièrement maltraitée (il suffit de taper Marine le Pen dans la barre de recherche, pour en juger par vous-mêmes).



Dostları ilə paylaş:


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©genderi.org 2017
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə