Maxime Felder Ch de Bethléem 6



Yüklə 302,96 Kb.

səhifə1/10
tarix19.07.2018
ölçüsü302,96 Kb.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10


11 mai 2010

Maxime Felder

Ch. de Bethléem 6

1700 Fribourg

maxime.felder@unifr.ch

Les critiques de l'évolutionnisme de L. H. Morgan 

de la fin du XIXe au début du XXe siècle et leur 

lien avec le marxisme

Travail écrit du séminaire « l'évolutionnisme revisité » du Professeur F. Ruegg

Semestre de printemps 2010




Table des matières

Introduction..................................................................................................................... 3

 1 L. H. Morgan, un pionnier...........................................................................................4

 1.1 Éléments biographiques.....................................................................................4

 1.2 Les apports théoriques de Morgan...................................................................5

 1.2.1 Sur les systèmes de parenté....................................................................... 6

 1.2.2 Au sujet de l'évolution................................................................................. 7

 2 Les critiques et leur origine...................................................................................... 10

 2.1 Une théorie immorale....................................................................................... 11

 2.2 La collusion avec le communisme................................................................. 12

 3 Le matérialisme historique, une forme  d'évolutionnisme...................................14

 3.1 Le matérialisme historique ou la philosophie marxiste de l'histoire.............15

 3.2 Marx et le colonialisme.....................................................................................17

Conclusion.....................................................................................................................19

Bibliographie................................................................................................................. 23

Maxime Felder

maxime.felder@unifr.ch

 

2



INTRODUCTION

Le nom de Lewis Henry Morgan évoque souvent deux choses pour les étudiants en 

anthropologie : les prémisses de la discipline et l'évolutionnisme. Le nom de Morgan, 

souvent associé à celui de E. B. Tylor, apparait généralement au chapitre premier des 

manuels. Il est – entre autres monuments – le père fondateur de l'anthropologie. Mais 

c'est souvent là que s'arrête le mérite qui lui est accordé. Car malgré ses efforts, certes 

considérables, il a aussi fondé l'évolutionnisme : l'impasse,  l'erreur de débutant, « le 

péché originel de la discipline »

1

. Selon A. Testart, il en est ainsi pour la plupart des 



mythologies,   les   fondateurs   sont   accusés   de   « crimes   abominables ».   Ainsi,   les 

Malinovski, Boas, Lowie, Radcliffe-Brown et Lévi-Strauss sont salués pour avoir réparé 

l'erreur des anciens Morgan, Tylor et Frazer. L'évolutionnisme est unanimement rejeté et 

le   qualificatif   « évolutionniste »   est   devenu   presque   insultant.   Mais   parmi   les 

évolutionnistes, le cas de Morgan est particulier. Ce n'est pas tant ses erreurs théoriques 

qui lui ont coûté tant de critiques, mais les auteurs qu'il a inspiré. Pour avoir eu du 

succès auprès de Marx et d'Engels, Morgan a volontairement été ignoré. R. Makarius, 

dans  sa   préface   à   Ancient   Society   de   Morgan,   parle   même   de   « conspiration   du 

silence » tant l'apport théorique énorme de Morgan a été passé sous silence durant 

des décennies. Même les maitres de l'anthropologie de l'anthropologie, F. Boas et A. 

Radcliffe-Brown, auraient participé à l'anathème

2

. Tout aurait été fait, affirme Makarius, 



pour   pousser   l'oeuvre   de   Morgan   dans   l'oubli.   Mais   pour   quelles   raisons?   Et   quels 

arguments   mobilise-t-on   contre   cette   théorie?   Dans   son   texte   « La   question   de 

l'évolutionnisme dans l'anthropologie sociale », Alain Testart pose cette question. Un 

constat  s'impose très vite, les arguments utilisés contre l'évolutionnisme ne sont  pas 

toujours d'ordre scientifique, loin de là. Dans ce travail dont le but est d'analyser les 

critiques dirigées contre les théories de L. H. Morgan de la fin du XIX

ème

  au début du 



XX

ème


, nous verrons qu'il est plus souvent question de morale et de politique que de 

science à proprement parler. Bien avant qu'on accuse ses théories d'avoir justifié le 

colonialisme   ou   de   prôner   la   suprématie   de   la   civilisation   occidentale,   on   leur   a 

reproché   successivement   d'être   contraires   à   la   religion   catholique   puis   d'être 

communistes.

Après un bref regard sur la vie de L. H. Morgan, puis sur ses apport concernant les 

systèmes de parenté et l'évolution des sociétés humaines, nous nous pencherons sur les 

critiques formulées à l'égard de ses théories. Il est intéressant de découvrir la nature des 

première critiques contre l'évolutionnisme, souvent diamétralement opposées à celles 

que l'on entend aujourd'hui. Pour comprendre le rejet quasi immédiat qu'on provoqué 

les théories de L. H. Morgan, il est nécessaire de se remémorer le contexte dans lequel 

elles   sont   apparues.   Nous   nous   pencherons   ensuite   sur   le   lien   ambigüe   qui   lie 

l'évolutionnisme   de   Morgan   avec   le   matérialisme   historique   de   Marx   et   d'Engels   – 

doctrine fondamentale du communisme –. Cette relation – platonique pourrait-on dire 

1 T

ESTAR


, A., « La question de l'évolutionnisme dans l'anthropologie sociale », Revue française de 

sociologie, Vol. 33, No. 2, 1992, p. 155.

2 M


AKARIUS

, R., Présentation et introduction à M

ORGAN

, L. H., La société archaïque, Paris, Éditions 



Anthropos, 1971.

Maxime Felder

maxime.felder@unifr.ch

 

3




Dostları ilə paylaş:
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©genderi.org 2019
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə