«prelat accompli», d evant port-royal et le jansenism e



Yüklə 1,24 Mb.
Pdf görüntüsü
tarix27.10.2018
ölçüsü1,24 Mb.
#75829


PHILIPPE  COSPEAU,

  « 

PRELAT  ACCOMPLI

  » ,  

D EVANT  PORT-ROYAL  ET  LE  JANSENISM E

p a r  Emile  JACQUES

Bien  qu ’en  France  le  nom   de  Philippe  Cospeau  (dit 

Cospéan)  soit  assez  fréquem m ent  cité  pour  son  rôle  dans 

l’histoire  religieuse  de  la  prem ière  moitié  du  XVIIe  siècle,  le 

détail  de  sa  vie  reste  encore  m al  connu.  Certes,  quelques 

historiens  lui  ont  consacré  des  notices  ou  des  articles,  m ais 

ceux-ci  p résen ten t  des  lacunes  et  parfois  m êm e  des  erreurs.

Le  personnage  est  cependant  attach an t.  Mme  de  Motte- 

ville,  qui  l’a  observé  de  près,  ne  l’appelle-t-elle  pas,  dans  ses 



Mémoires,

 

« le  saint  de  la  Cour »  ?  Sainte  Jean n e  de  C hantal 

le  considérait  comme  « une  âm e  sainte  et  innocente ».  De  nos 

jours,  l’abbé  H.  Bremond  a   été  jusqu’à  le  qualifier  de  « F ran ­

çois  de  Sales  flam and».  En  a tte n d an t  l’avènem ent  de  l’étude 

que  nous  préparons  à  son  sujet,  nous  considérerons  ici  un  as­

pect particu lier de sa biographie, à savoir son attitude à  l’égard 

du m onastère  de  Port-Royal et du jansénism e  à   ses  débuts.

Voici,  a u   préalable,  quelques  repères  qui  jalonnent  sa 

carrière.  Philippe  Cospeau  est  né  le  15  février  1571,  à  Mons, 

capitale  du  H ainaut,  dans  les  Pays-Bas  espagnols.  Son  père 

était  m édecin  et  av ait  enseigné  p en d an t  quelque  tem ps  à 

l’université  de  Douai,  à  laquelle  était  égalem ent  attaché  un 

de  ses  oncles,  professeur  de  langue  grecque.  T ant  du  côté 

m atern el  que  p a r  son  ascendance  paternelle,  il  ap p arten ait 

à   la  bonne  bourgeoisie  de  la   cité  hennuyère.  Un  tra it  curieux 

que  personne  ne  semble  avoir  rem arqué,  c’est  que  m aître 

Louis  Cospeau,  son  père,  fu t  compromis  avec  les  rebelles 

protestants  lorsque,  en  1572,  le  comte  Louis  de  Nassau,  frère

136



du  prince  d ’O range,  s’em p ara  passagèrem ent  de  Mons.  La 

ville  a y an t  été  reprise  p a r  le  duc  d’Albe,  les  biens  du  m énage 

Cospeau  fu ren t  saisis  et  vendus.  Mais  en  1574,  le  médecin 

bénéficia  d ’une  am nistie  générale ;  il  retro u v a  dans  la  suite 

son  ra n g   parm i  les  catholiques  montois.

Après  avoir  fait  ses  hum anités  au   collège  de  Houdain, 

en  sa  ville  natale,  Philippe  y  reçu t  une  prébende  canoniale 

en  la   collégiale  Saint-G erm ain  (1588).  Il  p a rtit  pour  l’u n i­

versité  de  Louvain,  où  il  rem p o rta  brillam m ent  le  titre  de 

m aître  ès  arts.  Il  enseigna  pen d an t  quelque  tem ps  la  philo­

sophie  à  la  faculté  des  A rts  de  cette  ville,  qui  se  relevait  péni­

blem ent  des  ravages  causés  p a r  les  récents  troubles  religieux 

et  sociaux ;  m ais  il  n ’e n tra   pas  à   la  faculté  de  Théologie.  Il 

suivit,  en  élève  libre,  les  cours  de  l’hum aniste  Juste  Lipse  et 

l’enseignem ent  théologique  du  jésuite  Léonard  Lessius.  En 

1598,  pro fitan t  de  la  paix  de  Vervins,  qui  venait  de  réconci­

lier  la  France  et  l’Espagne,  il  se  ren d it  à  Paris  et  y  fréq u en ta 

la  faculté  de  Théologie.  Il  y  p rit  le  grade  de  bachelier,  exerça 

en  1603  les  fonctions  de  « p rieu r  de  Sorbonne »  et  fu t  prom u 

licencié  en  1604  (il  fu t  le  deuxièm e  d’une  prom otion  de  q u a­

rante-deux  étu d ia n ts).  Enfin,  il  reçu t  le  bonnet  de  docteur  en 

théologie  dans  le  cou ran t  de  la  m êm e  année.  Dans  l’in te r­

valle,  tout  en  poursuivant  ses  études,  il  s’était  acquis  la  ré p u ­

tation  d’un  excellent  prédicateur.  Sa  notoriété  au g m en ta  en ­

core  lorsqu’il  enseigna  à   Paris  la  philosophie  et  certaines 

m atières  théologiques.  Il  se  créa  ainsi  de  hautes  relations, 

civiles  et  ecclésiastiques  (les  Gondi,  les  Ram bouillet,  le  duc 

d’E pem on...),  qui  allaien t  favoriser  sa  carrière.  En  1605,  il 

en tra  comme  chanoine  au  chapitre  m étropolitain  de  C am ­

brai.  En  1607,  grâce  à  d ’Epem on  et  sans  doute  après  s’être 

fait  naturaliser,  il  devint  évêque  d ’Aire-sur-Adour,  en  G as­

cogne.  De  1614  à  1616,  il  ad m in istra  l’archevêché  de  Toulouse 

à  la  place  du  fu tu r  cardinal  de  La  Valette,  fils  du  duc  d ’Eper- 

non.  Il  q u itta  son  diocèse  en  1621  po u r  passer  à   la   tête  de 

celui  de  Nantes.  En  1636,  il  ab an d o n n a  ce  dern ier  po u r  occu­

per  le  siège  épiscopal  de  Lisieux.  Il  m ourut  en  1646,  au   ch â­

teau  des  Loges,  non  loin  de  cette  ville,  et  fu t  en terré  à   Paris, 

chez  les  Bénédictines  du  Calvaire,  dont  il  était  le  supérieur 

et  le  protecteur.

Cospeau  fut,  ju sq u ’à  un  certain  point,  un  « évêque  de

137



cour »,  m ais  dans  le  bon  sens  de  cette  expression :  sans  négli­

ger  ses  obligations  diocésaines,  il  ren d it  d ’appréciables  ser­

vices  au   sein  de  la  h au te  société  réunie  au to u r  des  souverains 

français.  On  le  trouve  d ’abord  aum ônier  principal  de  la   reine 

M arguerite  de  N avarre,  et  adm is  dans  l’entourage  im m édiat 

d ’H enri  IV,  dont,  en  1610,  il  prononcera  l’oraison  funèbre  à 

Notre-Dame  de  Paris.  Dans  la  suite,  préd icateu r  et  conseiller 

du  roi,  il  p rê te ra   son  aide  spirituelle  à   A nne  d ’A utriche  lors 

de  son  p rem ier  accouchem ent  (il  vit  donc  n aître  Louis  XIV), 

et  sera  un  des  ecclésiastiques  qui  assisteront  Louis  XIII  en 

ses  derniers  moments.  Richelieu,  après  avoir  été  son  élève,  lui 

avait  accordé  son  estime,  mais  il  se  m éfiait  quelque  peu  de 

sa  franchise.  M embre  du  Conseil  de  conscience  pen d an t  la 

Régence,  Cospeau  déplut  à  M azarin,  qui  craig n ait  le  p a rti  des 

dévots  et la  coterie  des  « Im portants ».  Le  m inistre  passa  outre 

aux  regrets  d ’Anne  d ’A utriche  et  s’a rra n g e a   pour  faire  re n ­

tre r  dans  son  diocèse  ce  p rélat  trop  intègre  et  aussi  trop 

attach é  à  la  m aison  de  Vendôme.  A  Lisieux,  Cospeau,  proche 

du  term e  de  sa  vie,  pu t  se  rem ém orer  les  relations  q u ’il  av ait 

nouées  avec  des  personnalités  exceptionnelles :  sain t  V incent 

de  Paul,  sainte  Jean n e  de  Chantal,  saint  François  de  Sales, 

sain t  Jean   Eudes,  les  cardinaux  du  Perron,  de  Richelieu,  de 

Bérulle,  de  La  Rochefoucauld,  de  Retz,  de  La  Valette,  l’évêque 

Jean-P ierre  Camus,  dont  il  fut,  dit-on,  « l’ange  g ard ien » ,  le 

Père  Joseph  de  Paris  (l’Em inence  grise),  et  aussi  divers 

hom m es  de  lettres  (Guez  de  Balzac,  Théophile  de  Viau,  Saint- 

Amant,  Voiture...).

Certains,  tel  l’abbé  R ohrbacher  dans  son  Histoire  univer­



selle  de  l’Eglise  (1848-1849),  ont  accusé  Cospeau  d'avoir  été 

« l’un  des  prem iers  fau teu rs  de  la  triste  hérésie  du  jansénis­

me».   Nous  nous  abstiendrons  ici  de  p o rter  un  jugem ent  sur 

le  m ouvem ent,  si  complexe,  d ’idées  et  de  sentim ents  que 

couvre  le  m ot  de  jansénism e.  Nous  exam inerons  plutôt  dans 

quelle  m esure  notre  p rélat  fu t  tém oin  de  la  naissance  et  du 

développem ent  de  ce  m ouvem ent  et  quel  degré  d ’adhésion 

ou  de  refus  il  lui  apporta.

Les  historiens  s’accordent  pour  dire  que  l’ancêtre  du 

jansénism e  fu t  le  baianism e.  Michel  de  Bay  (Baius),  né  en 

H ain au t  (à  une  douzaine  de  kilom ètres  de  Mons),  en  1513, 

professeur  à  la  faculté  de  Théologie  de  Louvain,  g ran d   lec-



138


te u r  de  saint  Augustin,  s’était  engagé  dans  les  difficiles  pro­

blèmes  de  la  n a tu re   et  de  la  grâce,  du  libre  arbitre,  de  la 

justification  et  de  la  prédestination.  A  côté  d’adhérents,  ses 

opinions  avaient  rencontré  des  adversaires  qui  lui  rep ro ­

ch èren t  des  propositions  aventureuses.  Celles-ci  fu ren t 

condam nées  p a r  la  bulle  Ex  om nibus  afflictionibus,  signée 

p a r  Pie  V  le  1"  octore  1567.  A près  diverses  péripéties,  qui 

d u rè re n t  jusqu’en  1580,  Baius  s’était  incliné.  Il  m o u ru t  en 

1589.  Mais  le  feu  couvait  sous  la  cendre.

A rrivé  à  Louvain  vers  1588,  Cospeau  eut  certainem ent 

connaissance  de  ces  controverses,  dans  lesquelles  intervint 

en  outre  un  disciple  de  Baius,  le  professeur  Jansonius  ( +  

1625).  Il  fu t  aussi,  sans  nul  doute,  inform é  d’une  a u tre   polé­

m ique  qui,  cette  fois,  av ait  opposé  la  faculté  de  Théologie 

aux  PP.  Léonard  Lessius  et  Jea n   Hamélius,  deux  m em bres  de 

la  Compagnie  de  Jésus,  contre  laquelle,  comme  d ’au tres  un i­

versités,  celle  de  Louvain  se  tro u v ait  alors  obligée  de  défendre 

son  monopole  d ’enseignem ent,  g a ra n ti  p a r  ses  statuts.  Ces 

deux  religieux  av aien t  enseigné,  dans  les  m atières  de  la 

grâce,  du  libre  a rb itre  et  de  la  prédestination,  des  conceptions 

que  ne  pouvaient  approuver  les  professeurs  de  la  Faculté. 

Ceux-ci  reprochaient  aux  jésuites  d’accorder  trop  d ’autono­

mie  à  la  liberté  hum aine,  de  réduire  le  rôle  de  la  grâce  divine 

(les  docteurs  louvanistes  l’estim aient  efficace  p a r  elle-même), 

de  s’é carter  de  la  doctrine  de  sain t  A ugustin  et  de  tom ber 

dans  le  pélagianism e.  Ils  cen su rèren t  une  bonne  tren tain e  de 

propositions  soutenues  p a r  Lessius  (1587)  et  obtinrent  le  m ê­

me  jugem ent  de  la  faculté  de  Théologie  de  Douai  (1588).  Ce 

litige  alarm a  le  Saint-Siège,  qui  im posa  le  silence  aux  deux 

parties,  tout  en  les  laissant  libres  de  conserver  chacune  son 

opinion  q u an t  à  l’objet  de  leurs  débats.

De  quel  côté  Cospeau  se  rangea-t-il  à   ce  m om ent ?  Elève 

de  Lessius,  disciple  de  Ju ste  Lipse,  qui  était  fort  lié  avec  les 

jésuites  et  particulièrem ent  avec  ce  théologien,  il  devait,  peut- 

on  supposer,  pencher  vers  la  Compagnie.  A  côté  de  cette  p ré­

somption  d’ordre  purem ent  psychologique,  il  en  est  une  autre, 

qui,  orientée  dans  le  m êm e  sens,  résulte  d’une  lettre  que 

Cospeau,  alors  évêque  depuis  pas  m al  d’années,  ad ressa  à 

Lessius  à  l’occasion  d’une  controverse  relative  au   cardinal 

de  Bérulle :  il  term in ait  cette  missive  p a r  des  form ules  de

139



respect  où  il  se  félicitait  de  l'avoir  eu  pour  m aître  in  theolo- 

gicis.

 

Mais  peut-être  n ’était-ce  là  qu ’un  fait  personnel  et 

limité.

En  to u t  é ta t  de  cause,  il  a p p araît  que  Cospeau  fut,  à   peu 



de  chose  près,  tém oin  des  antécédents  du  jansénism e ;  aux 

Pays-Bas,  dans  le  même  ordre  d ’idées,  il  fut  contem porain 

des  discussions  De  auxiliis,

 

qui,  pen d an t  ses  études  en  Sor­

bonne,  opposèrent  les  dom inicains  et  les  jésuites,  toujours 

su r  les  arides  problèm es  de  la  liberté,  de  la  grâce  et  de  la 

prédestination.

Un  au tre  tra it  vient  s’ajouter  ici  et  précise  un  peu  la 

position  doctrinale  du  jeune  théologien  ;  dans  une  lettre 

adressée  à  Scaliger  le  14  novem bre  1602,  Jacques  Gillot, 

conseiller  a u   G rand  Conseil  et  l’un  des  a u teu rs  de  la  Satire 

Ménippée,

 

écrivait :  « Il  y  a  ici  un  Flam and  nom m é  Cospeau, 

docteur  en  théologie  (sic),

 

écolier  de  M.  Lipse,  qui  a   grande 

réputation,  homme  de  bonne  façon,  grande  mém oire  et  fo rt 

versé  dans  saint  A ugustin».  L’augustinism e,  comme  à  la 

faculté  de  Théologie  de  Louvain,  comme  à  celle  de  Paris, 

av ait  donc  la  fav eu r  de  Cospeau.  C’est  ce  q u ’attesten t  aussi 

les  éditeurs  des  M émoires

 

de  Lancelot  qui,  dans  une  note, 

font  allusion  aux  « excellentes  prédications »  où  le  fu tu r 

p rélat  « faisait  p a ra ître   q u ’il  av ait  beaucoup  lu  saint  A ugus­

tin».  Il  semble  aussi  avoir  beaucoup  pratiqué  saint  Paul,  car 

ses  écrits  contiennent  de  fréquentes  références  à  cet  apôtre.

On  ne  p eut  cependant  perdre  de  vue  qu ’au   cours  de  ses 

études  —  d’abord  auprès  de  Lessius,  à  Louvain,  puis  à   Paris, 

avec  des  professurs  tels  que  Philippe  de  G am aches  et  A ndré 

Du  Val  —  il  s’était  sérieusem ent  initié  à  la  théologie  de  sain t 

Thom as  d ’Aquin,  dont  la  Som m e

 

tendait  finalem ent  à   se 

substituer  aux  Livres  des  Sentences

 

de  Pierre  Lombard.  Mais 

il  est  vraisem blable  que,  chez  Cospeau,  la  ra id e u r  scolas­

tique  était  m itigée  non  seulem ent  p a r  l’effet  de  son  heureux 

caractère,  m ais  encore  p a r  l’esprit  augustinien  et  aussi  p a r 

les  conseils  de  son  prem ier m aître,  Lessius,  pour  qui  « la  théo­

logie  ne  prétend  pas  seulem ent  ren d re  sav an t  et  habile  à  la 

dispute ;  p a r  la  contem plation  assidue  des  m ystères  divins, 

elle  veut nous  ren d re  sages  et  saints  et  supérieurs  aux  choses 

hum aines ».

Les  affaires  du  siècle,  Cospeau  dut  s ’en  occuper  attenti-

140



vem ent  p en d an t  les  années  q u ’il  passa  à   gérer,  d’une  part, 

son  prem ier  diocèse,  celui  d ’Aire-sur-Adour,  troublé  p a r  les 

protestants,  et  d ’au tre   part,  p en d an t  deux  ans,  l’archevêché 

de  Toulouse.  A  cela  s’ajouta  la  p rép aratio n   de  l’assemblée  du 

clergé  de  1617,  a u   cours  de  laquelle  il  prononça  devant  le  roi 

une  Rem ontrance  du   Clergé  de  France,  fort  rem arquée,  qui 

le  plaça  d’emblée  parm i  les  prom oteurs  de  la  Réforme  catho­

lique.  En  m êm e  temps,  il  se  g ard ait  de  perdre  de  vue  son 

protecteur,  le  duc  d ’Epem on,  gouverneur  de  la   Guyenne,  et 

ses  relations  de  Paris.  Celles-ci  com prenaient,  outre  des  p er­

sonnes  de  h au te  condition  déjà  citées  (les  Gondi,  les  Angennes 

de  Rambouillet...),  des  universitaires  et  des  ecclésiastiques, 

dont  certains  allaient  g ra n d ir  en  réputation,  tels  V incent  de 

Paul  et  Nicolas  Coeffeteau,  eux  aussi  aum ôniers  de  la  reine 

M arguerite,  ou  encore  Pierre  de  Bérulle  et  ses  O ratoriens.

AVEC  SAINT-CYRAN  ET  BERULLE

A  la   fin  de  son  séjour  à   Aire  et  peu  après  son  tran sfère­

m ent  à  l ’évêché  de  N antes  (1621-1622),  Cospeau,  devenu  une 

personne  en  vue,  se  tro u v a  mêlé  à   quelques  épisodes  qui 

p résen ten t  de  l’im portance  p o u r  le  sujet  tra ité   ici.  La  chrono­

logie  de  ces  événem ents  e t  leurs  rap p o rts  m utuels  sont  p a r­

fois  difficiles  à  préciser  en  détail.  Aussi  nous  bornerons-nous 

à  les  dessiner  à   grands  traits,  en  nous  lim itant,  po u r  l’ins­

tant,  à   l’approche  et  au  début  de  la   décennie  de  1620-1630.

R em arquons to u t d ’abord q u ’en  septem bre  1620,  Louis  XIII 

et  son  arm ée  é ta n t  de  passage  à   Bordeaux,  où  ils  p ré p a raien t 

la   soumission  du  Béarn,  Cospeau  vint  saluer  le  souverain  et 

la   Cour ;  il  fit  ainsi  la  connaissance  de  R obert  A m au ld   d ’An- 

dilly,  jeune  courtisan  am bitieux,  et  lui  tém oigna  une  sym pa­

thie  paternelle,  dont  les  lettres  du  second  conservent  la  m é­

moire.  Pour  le  surplus,  le  duc  d’Epem on,  protecteur  de  Cos­

peau,  et  son  fils,  le  cardinal  de  La  Valette,  étaien t  en  très 

bons  term es  avec  d’Andilly.

Celui-ci,  très  rép an d u   dans  le  monde,  collectionnait  les 

amitiés.  Parm i  ses  m eilleures  relations,  il  com ptait  Sébastien 

Bouthillier,  doyen  du  chapitre  de  Luçon,  dont  l ’évêque  était 

alors  A rm and  du  Plessis,  le  fu tu r  cardinal  de  Richelieu.  O r

141



Bouthillier  fréq u en tait  depuis  longtem ps  Jea n   D uvergier  de 

H auranne,  qui  devint  abbé  de  Saint-Cyran  en  juin  1620.  C’est 

lui  qui  présen ta  ce  d ern ier  à  A rnauld  d ’Andilly  dans  le  cou­

ra n t  de  cette  année,  favorisant  ainsi  des  liens  qui  allaient 

d u rer  jusqu’à  la  m ort  de  Saint-Cyran.

A  son  tour,  A rnauld  d’Andilly  profita  du  séjour  de  Cos- 

peau  à  Paris,  en  1622,  pour  lui  faire  connaître  D uvergier  de 

H auranne.  « Ce  fut,  dit  le  P.  Rapin,  à   cause  de  sa  profonde 

érudition  que  Saint-Cyran  s’insinua  dans  son  amitié,  car  ce 

p rélat  aim ait  les  savants  et  les  gens  de  lettres. »  En  vérité, 

il  v au d rait  mieux  dire  que  le  nouvel  évêque  de  N antes  renoua 

avec  D uvergier  car  celui-ci  av ait  suivi  les  leçons  de  Cospeau 

à la M ontagne  Sainte-Geneviève,  lorsque,  rev en an t de  Louvain 

en  1604,  il  av ait  étudié  à  la  faculté  de  Théologie  de  Paris.  Le 

m aître  et  l’élève  avaient  en  commun  d ’avoir  été  disciples  de 

Lessius  et  d’avoir  bénéficié  des  encouragem ents  de  Juste 

Lipse.

Ajoutons  que  Cospeau  connut  aussi,  et  fort  bien,  Sébas­



tien  Bouthillier,  qui  lui  succéda  à   la  tête  du  diocèse  d ’Aire- 

sur-Adour,  et  qui  lui  p o rtait  une  profonde  estime.

Saint-C yran  et,  dans  une  m oindre  m esure,  Bouthillier, 

étaien t  liés  avec  Corneille  Jansénius,  professeur  à  l’U niver­

sité  de  Louvain.  Le  fu tu r  évêque  d ’Ypres  connaissait  Cospeau ; 

on  trouve  m ention  de  ce  dernier,  en  novem bre  1621,  dans  la 

correspondance  de  Jansénius.

Comme  le  fait  re m a rq u e r  Lancelot  dans  ses  M émoires,  le 

réseau   dont  nous  venons  de  soulever  quelques  m ailles  en 

com prenait  pas  m al  d ’autres.  Ainsi,  on  sait  que  Robert 

A rnauld  d ’Andilly  était  le  frère  aîné  de  la  M ère  A ngélique  de 

Sainte-M adeleine,  la  réform atrice  de  Port-Royal,  et  que  p a r 

là  s’explique  l’intervention  de  Saint-C yran  dans  l’histoire  du 

m onastère.  Sans  doute  est-ce  p a r  la  m êm e  voie  que  Cospeau 

fu t  am ené  à  prononcer  à   Port-Royal  des  Cham ps,  au   p rin ­

tem ps  de  1621,  neu f  serm ons  que,  dans  une  lettre  à   Robert, 

la  M ère  A ngélique  disait  « adm irables ».  La  correspondance 

de  cette  religieuse  nous  ap p ren d   qu ’en  1623  et  1624,  elle,  son 

frère  et  Cospeau  (qu’elle  appelait  « le  bon  M onseigneur  de 

N an tes» )  continuèrent  d ’en treten ir  des  rap p o rts  amicaux.

C’est  une  au tre  figure  rem arquable,  le  P.  de  Bérulle,  qui, 

vers  le  m êm e  m oment,  e n tra   dans  la  vie  de  Cospeau.  Certes,



142


ils  devaient  se  connaître  depuis  un   certain  temps,  car  ils 

cultivaient  des  relations  communes,  tels  V incent  de  Paul, 

A ndré  Du  Val,  Eustache  de  Saint-Paul  Asseline,  A rnauld 

d ’Andilly,  Sébastien  Bouthillier ;  de  plus,  ils  fréq u en taien t 

l’un  et  l’autre,  le  salon  de  Mme  Acarie,  qui  accueillait  des 

ecclésiastiques  et  était  cousine  de  Bérulle.  Une  prem ière 

form ation  hum aniste  et  un  m êm e  attach em en t  à  l’augusti­

nism e  étaient  de  n a tu re   à  les  rapprocher.  Mais  c’est  à  la  suite 

de  circonstances  fortuites  que  Cospeau  fu t  am ené  à  prendre 

publiquem ent  p arti  po u r  le  fon d ateu r  de  l ’O ratoire,  engagé 

avec  les  deux  carm es  dans  la   querelle  des  vœ ux  de  servitude 

à   Jésus  et  M arie ;  il  en  vint  ainsi  à   s’élever  vigoureusem ent 

contre  les  jésuites  de  Bordeaux  et  diverses  personnes,  dont 

son  ancien  m aître  Lessius  et  le  professeur  Du  Val.  Il  poussa 

m ême  ses  dém arches  en  fav eu r  de  Bérulle  jusqu’au   cardinal 

Bentivoglio,  protecteur  de  la  France  à   Rome.

Parallèlem ent,  Saint-Cyran,  que  le  P.  de  Condren  avait 

présenté  à  Bérulle  en  1620,  m it  to u t  son  zèle  à   aid er  ce  d er­

n ie r  dans  le  conflit.  Il  convainquit  son  am i  Corneille  Jansé- 

nius  de  p rê te r  une  égale  assistance  au  G énéral  de  l’Oratoire. 

Ainsi,  ce  professeur  de  Louvain  rép an d it  au to u r  de  lui 

’Epitre  de  Cospeau  a u   cardinal  Bentivoglio,  lettre  qui  av ait 

été  publiée  en  latin  et  en  français  (1622).  Cet  écrit  po rtait 

plusieurs  approbations,  dont  celle  de  l’évêque  de  Poitiers, 

H enri  C hateignier  de  La  Rocheposay ;  il  est  probable  qu ’elle 

fu t  obtenue  p a r  l’entrem ise  de  Saint-Cyran,  étroitem ent  uni 

avec  ce  prélat.  Enfin,  un  des  effets  de  cet  épisode  agité  fu t 

de  fam iliariser  l’évêque  de  N antes  avec  la  Congrégation  de 

l’O ratoire,  dont  les  m aisons  se  m ultipliaient  en  France  et 

suscitaient  l ’anim osité  des  jésuites.

Im itant  A lexandre  Dumas,  nous  ferons  m ain ten an t  un 

bond  dans  le  temps,  pour  rep ren d re  les  choses  vingt  ans 

après.  Voyons  som m airem ent  la  suite  des  événem ents.  Sébas­

tien  Bouthillier  est  m ort  p rém atu rém en t  en  1625.  Bérulle, 

devenu  cardinal  en  1627,  s’est  éteint  en  1629.  Cospeau  a   été 

nom m é  évêque  de  Lisieux  en  1635.  Corneille  Jansénius  est 

décédé  à   Ypres  en  1638.  Son  livre,  l’A u g u stin u s,  est  publié  à 

Louvain  en  1640  p a r  ses  am is  Calénus  et  Froidmont.  Il  est 

réim prim é  en  France  en  1641,  et  ne  cesse  de  susciter  des 

polémiques.  Richelieu  a y an t  fait  em prisonner  Saint-Cyran

143



pour  des  raisons  mi-politiques  m i-religieuses  (mai  1638), 

A m au ld   d ’Andilly,  le  modèle  des  amis,  en trep ren d   des  dé­

m arches  pour  le  délivrer.  Il  s’adresse  notam m ent  à   Cospeau, 

qui  réside  souvent  à   Paris  et  dont  il  connaît  le  crédit  auprès 

du  cardinal.  L’évêque  de  Lisieux  se  joint  à   plusieurs  de  ses 

confrères  et  à  diverses  personnalités  po u r  te n te r  de  fléchir  le 

tout-puissant  m inistre ;  m ais  celui-ci  résiste  et  ne  tolère  que 

quelques  adoucissem ents  du  régim e  d ’incarcération.  Riche­

lieu  m eu rt  le  4  décem bre  1642.  Saint-Cyran  est  libéré  le  6  fé­

v rier  1643,  et  une  de  ses  prem ières  visites  le  conduit  à   Port- 

Royal  de  Paris.  Mais  il  succombe  le  11  octobre  de  la  m êm e 

année.


Ce  fu t  enfin  au   to u r  de  Cospeau  de  ferm er  les  yeux  en 

son  diocèse  de  Lisieux  où,  nous  l’avons  dit,  il  se  tro u v ait  en 

quelque  sorte  relégué,  comme  l’av ait  été  à   Beauvais  l’évêque 

A ugustin  Potier,  au tre   m em bre  du  Conseil  de  conscience,  que 

M azarin  av ait  écarté  à  cause  de  son  attitu d e  projanséniste. 

Cospeau  laissait  une  grande  réputation,  dont  tém oignent  son 

épitaphe  (chez  les  C alvairiennes  de  Paris)  et  certains  livres 

de  peu  postérieurs,  tel  celui  du  cordelier  René  Le  Mée,  Le 



Prélat  accomply...

 

(Saum ur,  1646)  ;  cet  éloge  du  défunt  av ait 

été  composé  à  la   dem ande  d ’une  fille  natu relle  d ’H enri  IV, 

Jean n e  de  Bourbon,  abbesse  de  Fontevrault,  qui  le  vénérait.

Mais  au   cours  des  années  qui  suivirent,  cette  réputation 

eu t  à   p â tir  du  fait  que  le  rôle  passé  de  l’évêque  se  tro u v a 

mis  en  cause  dans  le  conflit  du  jansénism e  et  de  l’antijansé- 

nisme,  alors  q u ’il  n ’était  plus  là  pour  se  défendre  contre 

ceux  qui  voulaient l’inscrire,  suivant  le  cas,  dans  leu r  p a rti  ou 

dans  celui  de  leurs  adversaires.

Nous  allons  dès  lors  passer  en  revue,  en  les  soum ettant 

à   une  rapide  critique,  diverses  questions  que  la  conduite  de 

Philippe  Cospeau  soulève  en  ra p p o rt  avec  ce  conflit.

Demandons-nous,  en  prem ier  lieu,  quelle  fu t  son  attitu d e 

dev an t  l’A ugustinus.

 

En  1739  et  en  1765,  deux  historiens  bel­

ges,  am is  des  jésuites,  Jean-François  Foppens  et  Jean-N oël 

Paquot,  ont  attrib u é  à  Cospeau,  en  se  ré fé ra n t  au   tém oignage 

du  docteur  antijanséniste  Isaac  H abert,  une  réprobation  indi­

gnée  du  livre  de  Jansénius,  exprim ée  en  ces  term es :  N on  est 



A ugustinus,  sed  pestilentissim us  A u g u stin i  corruptor ;  « ce 

n ’est  pas  sain t  Augustin,  m ais  le  co rru p teu r  très  contagieux



144


de  ses  écrits ».  O r  si  l’on  se  reporte  au  livre  d ’H abert,  la  Dé­

fense  de  la  Foy  de  l’Eglise

 

(Paris,  1644),  dirigé  contre  la   p re­

m ière  Apologie  de  Jansénius,

 

d ’Antoine  A m auld,  on  constate 

que  l’a u te u r  se  borne  à  placer  ces  propos  dans  la   bouche  d ’un 

p rélat vénérable  « ta n t  en âge,  piété  que  doctrine,  très  versé  et 

intelligent  en  la  lecture  de  sain t  A ugustin »  ;  m ais  il  ne  cite 

aucun  nom.  En  fait,  l’attrib u tio n   à  Cospeau  rem onte  plus 

h a u t  que  les  deux  historiens  précités :  on  la  trouve  dans  la 

Bibliothèque  du   Richelet  ou  abrégé  de  la  vie  des  auteurs  cités 

dans  ce  dictionnaire,

 

œ uvre  de  Laurent-Josse  Le  Clerc  placée 

en  tête  du  p rem ier  tome  du  Dictionnaire  de  la  Langue  fran­

çaise

 

de  P.  Richelet  (Lyon,  1728).  Le  Clerc répète  là  l’avis  d ’un 

certain M.  de  Fourceroy,  doyen  d’O rléans  (+   1678),  qui  a u ra it 

inscrit  dans la  m arge  de  son  exem plaire  de  la Défense :  « C’est 

M.  de  Lisieux.  Ceci  n ’a  point  de  réponse. »  On  av ouera  que 

cette  attrib u tio n   repose  su r  un  bien  mince  fondem ent.  On 

pourrait,  il  est  vrai,  rap p ro ch er  l’opinion  que  l’on  p rête  ici  à 

Cospeau,  de  l’avis  de  son  gran d   am i  l’évêque  de  Belley,  Jean- 

Pierre  Cam us ;  celui-ci  se  plaig n ait  dès  1644  des  « Y priens » 

et,  dit  Antoine  Adam,  « ne  voyait  en  eux  que  des  Gom aristes 

raffinés  et  des  gens  de  peu  de  foi »...  Quoi  qu ’il  en  soit,  nous 

restons  ici  su r  n otre  faim.

Com m ent  Cospeau  réagit-il  devant  les  problèm es  de  la 

grâce,  de  la  liberté,  de  la  justification,  du  nom bre  des  élus..., 

thèm es  de  ta n t  de  discusions  sans  issue ?  Il  est  difficile  de  se 

prononcer  su r  sa  position,  car  la  p lu p a rt  de  ses  serm ons  et 

de ses écrits doctrinaux ont disparu.  D’au tre   part,  en  ses toutes 

dernières  années,  re tiré   dans  son  diocèse,  il  se  tro u v a  à   l’écart 

du  cham p  de  bataille  où  s’affro n taien t  de  nouvelles  g énéra­

tions  de  théologiens.  Tout  a u   plus  pourrait-on  invoquer  ici 

une  anecdote  rapportée  p a r  M énage.  Cospeau  a v ait  composé 

un  tra ité  théologique  en langue  latine,  et l’avait dédié  à   Riche­

lieu.  Bien  q u ’accaparé  p a r  la  politique,  le  cardinal  l’exam ina 

et  le  fit  re stitu er  à  l’évêque  avec  cette  form ule  lapidaire : 



Accepti,  legi,  probavi.

 

Le  m inistre,  qui  se  m o n tra   hostile  à  

l'Augustinus,

 

se  serait  gardé  d ’une  telle  approbation  s’il 

n ’av ait  pas  considéré  l’a u te u r  comme  p arfaitem en t  orthodoxe.

Quel  fu t  l’avis  de  Cospeau  au  sujet  de  la  fréquentation 

des  sacrem ents,  voire  dans  le  conflit  entre  l ’attritionnism e 

et  le  contritionnism e ?  Comme  V incent  de  Paul,  avec  qui  il

145



siégea  au   Conseil  de  conscience,  il  n ’accueillit  pas  favorable­

m ent le livre  d ’Antoine  A m au ld   su r la  Fréquente  C om munion, 

p a ru   en  1643.  Pour  le  surplus,  il  resso rt  d ’instructions  a n té ­

rieu res  q u ’il  a  facilité  la  pratique  du  sacrem ent  de  pénitence 

et  q u ’il  a   encouragé,  m ais  dans  une  m esure  m odérée,  la   com­

m union  fréquente.

On  a   compté  Cospeau  parm i  les  adversaires  du  clergé 

régulier.  Cependant,  outre  d ’am icales  relations  avec  divers 

m em bres  de  ce  clergé,  qui  l’estim aient,  on  doit  relever  que, 

to u t  a u   long  de  sa  carrière,  il  favorisa  l’établissem ent  et  l ’ac­

tivité  de  com m unautés  religieuses,  dont la  liste  est trop  longue 

po u r  que  nous  la   reproduisions  ici.

Quels  furent,  en  particulier,  ses  sentim ents  à  l’ég ard   des 

jésuites ?  Il  était  en  bons  term es  avec  certains  d ’entre  eux, 

tel  le  P.  Suffren.  Il  fit  l’éloge  de  leu r  Com pagnie  dans  l’orai­

son  funèbre  d ’H enri  IV  et  dans  celle  du  cardinal  de  Bérulle, 

et  se  ra n g e a   plutôt  de  leu r  côté  dans  l ’affaire  Santarelli 

(1627).  En  revanche,  nous  l’avons  dit,  lorsque  Bérulle  e n tra  

en  litige  avec  les  jésuites,  il  s’éleva  vivem ent,  lui  aussi,  contre 

leu r  conduite.  D’au tre   part,  on  ne  peut  dire  q u ’il  favorisa  leu r 

installation  à  Nantes,  sa  préférence  alla n t  aux  oratoriens,  qui 

collaboraient  à  la  restau ratio n   de  l’ordre  sacerdotal.  Il  s’est 

trouvé,  pour  ces  motifs,  exposé  ta n t  à   la  m éfiance  des  p a rti­

sans  de  la  Com pagnie  (le  P.  Rapin  le  m entionne  d ’un   ton 

aigre-doux)  q u ’aux  critiques  des  adversaires  de  celle-ci  (la 

Gallia  Christiana  s’en  est  faite  l’écho  en  se  ré fé ra n t  probable­

m en t  à   des  réserves  de  la   Sorbonne).

Com m ent  Cospeau  se  comporta-t-il  à   l ’égard  d u   Saint- 

Siège  avec  qui  les  jansém istes  se  tro u v èren t  bientôt  en  dé­

saccord ?  Son  épitaphe  dit  qu ’il  av ait  « porté  la   m itre  q u a ­

rante-deux  ans  avec  l’approbation  des  Souverains  Pontifes, 

qui  lui  ont  donné  le  titre  de  défenseur  de  l’h éritag e  de  sain t 

Pierre ».  Effectivement,  en  deux  circonstances  au  moins, 

l’évêque  p rit p a rti  pour  Rome  contre  le  gallicanism e :  en  1622, 

lorsqu’il  seconda  le  cardinal  de  La  Rochefoucauld  contre 

Edmond Richer,  et en  1625-1627,  dans l’affaire  Santarelli.  Aussi, 

le  théologien  janséniste  Nicolas  Travers  (1674-1750),  gallican 

et  richériste,  n ’a-t-il  pu  s’em pêcher  d ’exprim er,  dans  son  His­

toire  des  Evêques  de  N antes,  la   m auvaise  h u m eu r  que  lui 

in sp irait  cette  conduite.



146


LA  « CONJURATION »  DE  BOURGFONTAINE

Les  relations  personnelles  de  Cospeau  révèlent-elles  quel­

que  indice  de  ses  sym pathies  doctrinales ?  Il  arriv e  que  l ’on 

associe  son  nom   à  une  m ystérieuse  affaire,  su r  laquelle  la 

lum ière  n ’a   jam ais  été  com plètem ent  faite :  le  complot  de 

Bourgfontaine.  En  1654,  dans  l’euphorie  de  la  bulle  Cum 



occasione,  un  avocat  du  présidial  de  Poitiers,  Jea n   Filleau  de 

la  Bouchetterie,  encouragé  p a r  la  reine  mère,  publia  en  cette 

ville  une  Relation  juridique...,  dans  laquelle  il  s’en  p re n a it  a i­

grem ent  aux  jansénistes.  Il  y  ra p p o rta it  notam m ent  le  tém oi­

gnage  d ’un  ecclésiastique  qui  déclarait  avoir  assisté,  « il  y  a 

quelques  années»  (c’est-à-dire  en  1620  ou  1621),  en  la   C har­

treuse  de  B ourgfontaine  (près  de  V illers-Cotterets),  à   un 

conciliabule  où  se  trouvaient,  outre  lui-même,  six  person­

nages  désignés  sim plem ent  p a r  leurs  initiales.  Leurs  noms 

complets  ne  ta rd è re n t  pas  à  être  livrés  au  public :  c’étaient 

D uvergier  de  H auranne,  Corneille  Jansénius,  Philippe  Cos­

peau,  Pierre  Camus,  évêque  de  Belley,  Robert  A m au ld   d ’An- 

dilly  et  le  conseiller  Simon  Vigor.  L’objet  de  le u r  réunion, 

d ’après  ce  rapport,  a u ra it  été  d ’établir  le  « déisme »  (sans 

doute  une  form e  de  socinianisme)  aux  dépens  de  l ’Evangile, 

des  dogmes  (tel  celui  de  l’Incarnation)  et  des  sacrem ents 

(spécialem ent  ceux  de  Pénitence  et  d ’Eucharistie)  ;  divers 

moyens  devaient  être  mis  en  œ uvre  en  l’occurrence,  tels  une 

offensive  contre  le  Saint-Siège,  le  discrédit  du  clergé  rég u ­

lier,  une  ferm e  option  pour  la  grâce  efficace,  la  m ise  en  v a­

leu r  de  l’augustinism e...  Ce  récit a  suscité  bien  des  doutes,  des 

discussions  et  des  critiques.  Ce  ne  fu t  d ’ailleurs  pas  la   seule 

form e  que  rev êtit  l’hypothèse  d’une  conjuration.  Ainsi,  cer­

tain s  ont prétendu  q u ’en  1620  une  réunion  analogue  à   celle  de 

B ourgfontaine  se  tin t  à  Bordeaux,  avec  la  participation  de 

Cospeau  et  de  Pierre  de  Bérulle.  La  « fable  de  Bourgfontaine » 

ressuscita  à  plusieurs  reprises  au  XVIIe  et  au  XVIIIe  siècle, 

provoquant  notam m ent  les  répliques  d ’Antoine  A m au ld   au  

P.  Corneille  H azard,  et  de  Dom  Clém encet  au  P.  Sauvage... 

Cette  affaire  risq u ait  de  te rn ir  la  réputation  de  Cospeau.  Ce­

pendant,  q u ’il  s’agît  d’un  épisode  réel  ou  d ’une  pure  inven­

tion,  le  soin  que  Ton  a   pris  d ’y  introduire  cet  évêque  prouve 

sim plem ent  q u ’il  était  considéré  comme  p artisan   d ’une  réfor-

147



me  de  l’Eglise,  et  peut-être  aussi  comme  un  adversaire  des 

réguliers.  Mais  il  y  a   plus :  dans  sa  Relation,  Filleau  a   n e tte ­

m ent  dissocié  Cospeau  des  autres  participants,  car  il  dépeint 

comme  suit  son  attitu d e :  « Le  troisièm e  que  l’on  av ait  appelé 

à   dessein  de  l’engager  dans  cette  faction,  et  qui  était  g ra n ­

dem ent  versé  dans  la  lecture  de  sain t  Augustin,  ne  dit  au tre  

chose,  sinon  que  c’étaien t  des  fous  de  vouloir  faire  de  telles 

propositions,  et  de  les  vouloir  au to riser  dans  un   Royaum e 

qui  était  si  éloigné  de  telles  nouveautés,  et  que  q u an t  à  lui,  il 

ne  voulait  s’en g ag er  dans  ce  parti. »  D’au tre   part,  ceux  qui 

ont p arlé  d’une réunion  tenue  à Bordeaux  ont p rêté  à  Cospeau 

et  à   Bérulle  les  m êm es  propos  réprobateurs.  Nous  conclurons 

que  cette  histoire  ap p ren d   moins  su r  les  personnes  qu ’elle  m it 

en  cause  que  su r  les  gens  qui  l’ont  inventée,  rapportée  ou 

colportée.

Que  penser  des  années  d u ra n t  lesquelles  Cospeau  se 

tro u v a  en  relations  avec  Port-Royal ?  Le  m onastère  était  alors 

un   cham p  d’expériences  spirituelles.  Tout  au   plus  peut-on 

dire  que  l’évêque,  préoccupé  de  direction  de  conscience  et 

attach é  à   la   rég u larité  de  la   vie  m onastique,  a   dû  être  séduit 

p a r  la  volonté  réform atrice  de  la  M ère  Angélique.  Mais  il 

semble  que,  dans  la  suite,  leurs  rap p o rts  se  soient  relâchés.

Comm ent  apprécier  l’intervention  de  Cospeau  en  faveur 

de  Saint-C yran ?  En  la   sollicitant,  A m au ld   d ’Andilly  av ait 

insisté  su r  la  réunion,  chez  ce  prélat,  des  qualités  que  req u é­

ra it  le  succès  de  cette  dém arche :  « Car,  disait-il,  il  fa u t  avoir 

votre  science  pour  répondre  de  la  p u reté  de  la  doctrine  de 

M.  de  Saint-Cyran,  votre  zèle  pour  en trep ren d re  de  le  justi­

fier,  votre  accès  auprès  de  M gr  le  C ardinal  po u r  en  tro u v er 

le  tem ps  à   propos,  votre  créance  dans  son  esprit  po u r  y  pou­

voir faire im pression,  et cette  charité  que  chacun  rem arq u e  en 

vous...  »  Certes,  il  était  déjà  arriv é  à  Cospeau  de  solliciter 

l’une  ou  l’au tre  fav eu r  du  cardinal.  Il  était  m êm e  intervenu 

en  1638  auprès  de  lui  au   profit  du  duc  d ’Epem on,  relégué  à  

Villebois.  Il  lui  a rriv a   aussi  de  plaider  la  cause  de  Paul  de 

Gondi,  le  fu tu r  cardinal  de  Retz.  Mais  dans  le  cas  de  Saint- 

Cyran,  sa  responsabilité  était  au trem en t  engagée  puisque 

des  questions  de  doctrine  en traien t  en  ligne  de  compte.  N éan­

moins,  il  céda aux  instances  d ’Andilly  et  ren d it  visite  à  Riche­

lieu,  à  qui,  p a rla n t  de  Duvergier,  il  osa  dem ander :  Ergone



148


extinguetur  lucerna  in  lsraë ?  « Eteindra-t-on  donc  la  lam pe 

en  Israël ? »  Une  telle  question  p a ra ît  im pliquer  une  sym­

pathie  qui  dépasse  la   personne  et  s’étend  à  son  esprit.  Cette 

présom ption  se  transform e  presque  en  certitude  lorsqu’on 

tien t  compte  du  passage  suivant  d ’une  lettre  que  le  pro cu reu r 

général  M atthieu  Molé  adressa  à  un  secrétaire  d ’E tat  (M.  de 

Chavigny ?)  au  m om ent  où  il  était  question  de  la  libération 

de  Saint-Cyran  :  «  S’il  re stait  quelque  doute  en  l’esprit  du  roi 

de  la  doctrine  de  M.  de  Saint-Cyran,  Sa  M ajesté  p eu t  envoyer 

vers  lui  M.  l’évêque  de  Lisieux  (Cospeau)  qui  a   parlé  de  lui 

à  feu  M.  le  Cardinal.  »  Le  moins  q u ’on  puisse  dire,  c’est  que, 

négligeant  les  singularités  du  personnage,  l’évêque  discer­

n a it  ses  réels  m érites.

C ertains  ont  cru  voir  un   signe  u ltérieu r  de  réprobation 

dans  le  fait  que  Cospeau  n ’assista  pas  aux  funérailles  de 

Saint-Cyran.  Mais  nul  n ’est  renseigné  su r  les  m otifs  exacts 

de  cette  absence,  que  des  circonstances  banales  explique­

raien t  peut-être  fort  sim plem ent  chez  un  vieillard  de  soixante- 

douze  ans,  sujet  à   des  atteintes  de  goutte.

Quelle  signification  faut-il  p rê te r  à  l’am itié  de  notre 

évêque  et  d ’A m au ld   d’Andilly ?  A ntérieure  à   to u t  débat  doc­

trinal,  elle  était  née  et  s’en tre tin t  de  la   conjonction  de  deux 

aim ables  caractères.  Leur  com m un  am our  des  lettres  fit  q u ’en 

1642  Cospeau  accorda  une  approbation  aux  Stances  sur  di­



verses  Vérités  chrétiennes  composées  p a r  le  frère  de  la   Mère 

Angélique.  Mais  cet  accord  n ’était  nullem ent  com prom ettant 

puisque  ces  poèmes  ne  contenaient  rien   de  suspect.  D’ailleurs, 

Isaac  H abert  les  approuva  égalem ent.

Deux  nom s  encore  p o u rraien t  faire  dresser  l’oreille.  En 

ao û t  1639,  l’archevêque  de  Paris,  François  de  Gondi,  sacra 

évêque  d ’Alet  un  ecclésiastique  parisien,  Nicolas  Pavillon. 

Dans  cette  cérémonie,  il  fu t  assisté  p a r  Philippe  Cospeau, 

évêque  de  Lisieux,  et  H enri  Litolfi  M aroni  de  Suzarre,  évêque 

de  Bazas.  Mais  à  ce  m om ent,  personne  ne  devinait  le  rôle  que 

Pavillon  et  M aroni  joueraient  dans  l’histoire  de  Port-Royal. 

Le  rapprochem ent  que  l’on  est  tenté  de  faire  ici  n ’est  donc 

qu ’une  curiosité  du  hasard.

Nous  voilà  au   term e  de  notre  enquête.  La  nécessité  de 

reco u rir  à  des  nuances  beaucoup  plus  q u ’à   des  couleurs 

franches  est  l’une  des  difficultés  que  comporte  le  p o rtrait



149


m oral  de  Cospeau.  Tenu  à  distance  p a r  les  jansénistes,  qui  se 

sont  gardés  de  le  citer  dans  leurs  nécrologes,  considéré  avec 

m éfiance  p a r  les  jésuites,  m al  vu  des  gallicans,  il  offre  un 

exemple  du  dénigrem ent  auquel  les  m odérés  sont  exposés  de 

la   p a rt  de  contem porains  engagés  dans  des  discussions  p as­

sionnées.  Il  n ’en  reste  pas  m oins  q u ’il  s’est  acquis  des  titres 

à  l’estime  de  la  postérité  et  une  place  parm i  les  évêques  de  la 

Contre-réforme,  catholique  p a r  ses  talents  de  prédicateur, 

p a r  le  soutien  qu'il  a   accordé  aux  idées  et  aux  entreprises 

d ’un  Bérulle  ou  d’un  Jean   Eudes,  p a r  son  com bat  contre  les 

protestants  et  les  libertins,  p a r  son  zèle  pour  la  restau ratio n  

des  forces  de  l’Eglise,  p a r  sa  participation  aux  efforts  dé­

ployés  po u r  p én étrer  la  vie  sociale  de  plus  d’esprit  chrétien 

(il  lu tta   contre  les  duels  et  fu t  m em bre  de  la  Compagnie  du 

Saint-Sacrem ent),  enfin  p a r  ses  vertus  privées  et  la  profon­

d eu r  de  sa  vie  spirituelle,  dont  tém oignent  les  m eilleurs  de 



ses  contem porains.

150


Yüklə 1,24 Mb.

Dostları ilə paylaş:




Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©genderi.org 2022
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə