A la memoire des 1 500 000 victimes armeniennes



Yüklə 387,24 Kb.
səhifə1/6
tarix11.07.2018
ölçüsü387,24 Kb.
  1   2   3   4   5   6


A LA MEMOIRE DES 1 500 000 VICTIMES ARMENIENNES

24 Avril 2012 : 97ème anniversaire du génocide arménien de 1915

perpétré par le gouvernement Jeune-Turc

97 ans de déni : ça suffit !

-------------------------------------------------------------------




    1. VEILLE MEDIA


Lundi 03 septembre 2012



Retrouvez les informations sur notre site :

http://www.collectifvan.org

Rubrique Info Collectif VAN : http://www.collectifvan.org/rubrique.php?r=0&page=1

et Rubrique News (Revue de Presse) :
http://www.collectifvan.org/rubrique.php?r=4&page=1


    1. SOMMAIRE


Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] vous propose une revue de presse des informations parues dans la presse francophone, sur les thèmes concernant la Turquie, le génocide arménien, la Shoah, le génocide des Tutsi, le Darfour, le négationnisme, l'Union européenne, Chypre, etc... Nous vous suggérons également de prendre le temps de lire ou de relire les informations et traductions mises en ligne dans notre rubrique http://www.collectifvan.org/rubrique.php?r=0&page=1. Par ailleurs, certains articles en anglais, allemand, turc, etc, ne sont disponibles que dans la newsletter Word que nous générons chaque jour. Pour la recevoir, abonnez-vous à la Veille-Média : c'est gratuit ! Vous recevrez le document du lundi au vendredi dans votre boîte email. Bonne lecture.

Turquie : « les enfants d’apostats arméniens »
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org – « Un député accomplissant son deuxième mandat au Parlement, représentant le parti au pouvoir, a utilisé l’expression « enfants d’apostats arméniens » clairement comme une insulte, avec mépris. Reconnaissons qu’utiliser le fait qu’une personne soit d’origine arménienne pour la diffamer est l’un de ces réflexes qui doivent encore être surmontés dans les codes cognitifs d’un très vaste segment de la culture sociale de la Turquie.» Le Collectif VAN vous livre la traduction d’un article en anglais paru sur le site turc Hurriyet Daily News le 25 août 2012.

Affaire Safarov: manifestation devant l’ambassade de Hongrie à Paris
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org – Le Collectif VAN vous propose cette information publiée sur le site du CCAF (Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France) le 2 septembre 2012. "Le transfèrement en Azerbaïdjan et la libération immédiate du monstre Ramil Safarov, condamné en 2006 à la perpétuité avec une peine incompressible de 30 ans par la justice hongroise, constituent non seulement un encouragement à la barbarie, mais aussi une violation de toutes les règles du droit international en la matière, en particulier la convention de Strasbourg".

Azerbaïdjan : des journalistes en danger dans les prisons
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org – Le Collectif VAN vous invite à lire cette information publiée sur le site des Reporters Sans Frontières le 31 août 2012. "Reporters sans frontières fait part de sa profonde inquiétude pour deux journalistes arbitrairement emprisonnés depuis plusieurs mois, Avaz Zeynalli et Hilal Mammedov. « Les journalistes incarcérés en Azerbaïdjan sont soumis à une double peine : à la privation de liberté viennent s’ajouter des mauvais traitements, des mesures vexatoires et des privations de toutes sortes. Ce faisant, Bakou bafoue le droit azerbaïdjanais et ses obligations internationales. Nous demandons à l’administration pénitentiaire de garantir immédiatement la jouissance de leurs droits les plus élémentaires à Hilal Mammedov et Avaz Zeynalli, ainsi qu’à tous les autres journalistes actuellement détenus. Avaz Zeynalli doit pouvoir bénéficier de tous les soins dont il a besoin, hors de l’enceinte de la prison si nécessaire. Toute autre démarche serait criminelle. Nous tenons les autorités pour responsables du sort des détenus », a déclaré l’organisation".

Presse arménienne : Revue du 31 août 2012
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org – Le Collectif VAN vous présente cette Revue de Presse parue sur le site de l'Ambassade de France en Arménie le 31 août 2012. "Manoeuvres militaires « sans précédent » en octobre en Arménie/ Les quotidiens relèvent, citant le Ministère de la Défense, qu’en octobre des exercices militaires impliquant des milliers de soldats et des réservistes auront lieu en Arménie. Ces exercices feront suite aux manoeuvres militaires des forces de réaction rapide de l’OTSC du 15 au 19 septembre. D’après le porte-parole du Ministère, ces exercices seront sans précédent compte tenu de la participation des réservistes de moins de 58 ans".

Collectif VAN : l'éphéméride du 3 septembre
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org – La rubrique "Ephéméride" du Collectif VAN a été lancée le 6 décembre 2010. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). "3 septembre 1941 -- Première Aktion sur une grande échelle contre les juifs de Dzialoszyce (province de Cracovie) : 1 000 juifs sont tués sur place. 2 convois avec 8 000 déportés partent pour le camp d'extermination de Belzec. 1 000 autres juifs sont envoyés au camp de concentration de Plaszow, près de Cracovie. La résistance juive commence à s'organiser à Dzialoszyce. Des juifs y vivent depuis le XVIIIe siècle. Au moment de l'invasion allemande, la communauté compte 7 000 membres, soit 80 % de la population de la ville".

« Le racisme n’est pas une opinion mais un délit ! »
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org – Le Collectif VAN vous invite à lire cette information publiée sur le site de la Licra. "A l’occasion de la célébration des 40 ans de la loi du 1er juillet 1972, dite « Loi Pleven », à l’origine du régime juridique contre le racisme, la Licra articulera ses Universités d’été autour du thème « Le racisme n’est pas une opinion mais un délit ! ». Avec pour objectif affiché de faire de cet évènement plus qu’un anniversaire, la Licra proposera, pendant trois jours et dans un cadre festif et convivial, des conférences publiques et des ateliers professionnels".

L’Arménie suspend ses relations diplomatiques avec la Hongrie
La Hongrie met “de l’huile sur le feu”, alors qu’il était loin d‘être éteint entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Plusieurs dizaines d’Arméniens ont protesté vendredi devant l’ambassade de Hongrie à Erevan. Ils ont jeté des tomates sur le bâtiment, et piétiné le portrait d’un soldat azerbaïdjanais, condamné en avril 2006 à Budapest pour avoir décapité un officier arménien lors d’une formation de l’OTAN.

Affaire Safarov : monstruosité à tous les étages
Rarement une affaire politicojudiciaire n’aura réuni un tel cumul d’abjections que celle liée au nom du monstre Ramil Safarov, officier de l’armée azerbaïdjanaise rendu à son pays le 31 août. Tout d’abord l’atrocité des faits dont ce monstre s’est rendu coupable : l’assassinat de sang froid, à coups de hache, durant son sommeil, du lieutenant Kourken Markarian, un conscrit arménien de 20 ans venu comme lui assisté à un stage de formation de l’OTAN à Budapest en février 2004.

La Hongrie présente une protestation à l’Azerbaïdjan
La décision sur la rémission Ramil Safarov, condamné par la justice hongroise à perpétuité pour avoir tué un officier arménien est inacceptable, stipule le communiqué des autorités hongroises publié sur le site du ministère des Affaires étrangères.

Turquie: les députés kurdes menacés de levée d’immunité
Le gouvernement turc menace les députés du principal parti kurde BDP de levée d’immunité, tandis que la Cour de cassation a également lancé une procédure contre ce parti. Plus de 560 demandes de levé d’immunité ont été déposée contre les députés kurdes.

L’argent derrière extradition par la Hongrie d’un officier azéri emprisonné pour le meurtre sauvage d’un arménien
La Hongrie a extradé vers Bakou un officier de l’armée azerbaïdjanaise, qui a été condamné à la prison à vie pour le meurtre prémédité à la hache d’un lieutenant arménien alors qu’il assistait à un cours de formation de l’OTAN à Budapest en 2004.

Turquie: 9 policiers tués dans des affrontements avec les rebelles kurdes
Des heurts entre les forces de l'ordre et les rebelles kurdes dans le sud-est de la Turquie ont fait au moins neuf morts et huit blessés parmi les policiers, annoncent lundi les autorités locales.

Wikileaks à propos des syndicats turcs : « mettez en garde, arrêtez et punissez tous les membres du KESK »
Les fuites de câbles diplomatiques publiées par Wikileaks en novembre 2010, ont offert une opportunité unique d’entrapercevoir les communications diplomatiques des ambassades et des consulats américains au sujet des syndicats de travailleurs turcs.

Combats meurtriers entre les forces turques et le PKK
Neuf soldats et policiers turcs ont été tués dans des combats avec des rebelles kurdes dans la province de Sirnak, dans le sud-est du pays, ont annoncé lundi des sources internes aux services de sécurité.

Les fans de l’équipe de football de Hongrie vont protester contre l’extradition de Ramil Safarov
Le groupe officiel des fans de l’équipe de Hongrie de football, le Carpathian Brigade s’apprêterait à protester contre le gouvernement Hongrois pour exprimer son mécontentement de la libération de l’assassin Azéri Ramil Safarov.

Bruxelles reconnait son rôle dans la déportation de juifs et s'excuse
A l'initiative de l'association pour la mémoire de la Shoah, la cérémonie de reconnaissance officielle de l'implication des autorités de la ville de Bruxelles en place pendant la Seconde Guerre mondiale dans la déportation de Juifs, s'est tenue, ce dimanche, à 11 heures, à l'hôtel de ville.

Quand la Turquie défie les tabous nationalistes
En Turquie, l’identité nationale est un tabou opiniâtre. Le concept de « défense de la turquicité » a permis pendant des décennies de minimiser les atrocités commises sur le peuple arménien et la répression de la seconde communauté du pays, les Kurdes. Pourtant contre le nationalisme et le silence imposé aux minorités ethniques, des artistes, écrivains, cinéastes et universitaires essaient de raconter une histoire différente à travers le langage de l’art et de la culture, loin de la version nationaliste officielle.

Erevan va accueillir un forum consacré au 100ème anniversaire du génocide arménien
Du 4 au 6 septembre, le Ministère arménien de Diaspora tiendra le 6ème Forum Pan-arménien des Journalistes consacré au 100ème anniversaire du génocide arménien. L’événement est ouvert aux responsables des agences de presse et des journaux d’Arménie et de la diaspora.

Bruxelles reconnaît officiellement son rôle dans la déportation de juifs
A l'initiative de l'association pour la mémoire de la Shoah, la cérémonie de reconnaissance officielle de l'implication des autorités de la ville de Bruxelles en place pendant la Seconde Guerre mondiale dans la déportation de Juifs, s'est tenue, dimanche, à 11 heures, à l'hôtel de ville. L'ambassadeur d'Israël, de nombreux élus de la ville et la vice-Première ministre Joëlle Milquet (cdH) faisaient partie des 650 personnes assistant à la cérémonie.

Affaire Safarov: Washington demande à Budapest de s'expliquer
Washington a demandé à Budapest des explications suite à l'extradition vers l'Azerbaïdjan de Ramil Safarov, condamné par la justice hongroise à perpétuité pour avoir tué un officier arménien, a annoncé samedi soir le porte-parole du Conseil de la sécurité nationale des USA Tommy Vietor.

L'Arménie n'a pas peur de la guerre avec l'Azerbaïdjan
Le président arménien Serge Sargsian a fait une déclaration dans le cadre de la libération en Azerbaïdjan du soldat reconnu coupable d'assassiner de l'officier arménien .« Nous ne voulons pas la guerre, mais si elle nous serait imposée, nous allons nous battre et vaincrons » a déclaré Sargsian.

Dépêche de l'APA [ 30 août 2012 13:15 ] - Agence de Presse d'Azerbaïdjan
Le Collectif VAN vous propose un article de l'APA (Agence de presse azérie) daté du 30 août 2012. Les articles de ce site (écrits généralement dans un français rudimentaire) ne sont pas commentés de notre part. Ils peuvent contenir des propos négationnistes envers le génocide arménien ou d'autres informations à prendre sous toute réserve. "La loi pénalisant la négation du soi-disant génocide arménien sera lancée en automne au parlement français, a indiqué le chef du Bureau de parti Dashnaktsutyun en France, Gracia Varjapetyan, selon les médiaux arméniens."

France : Les manuels scolaires et la question du génocide arménien
L'annonce du nouveau programme des 3e en France a enclenché une levée de barricades des officiels Turcs, contre l'enseignement du génocide arménien (1915) à l'école. Un geste de l'ancien gouvernement qui pourrait une nouvelle fois bouleverser les relations avec la Turquie, qui avait bon espoir de reconstruire des relations alors tendues avec Paris après l'élection du nouveau président.

L'Arménie suspend ses relations diplomatiques avec la Hongrie
L'Arménie suspend ses relations diplomatiques avec la Hongrie, a annoncé vendredi le président arménien Serge Sargsian lors d'une rencontre convoquée d'urgence avec les diplomates étrangers en poste à Erevan.

Syrie : Les erreurs de calcul de la Turquie
Quand la Turquie s’est préparée à son rôle de « Directeur Régional pour la Recolonisation » en tant que « puissance néo-ottomane» ou « califat islamique moderne », elle a cru que son chemin serait sans encombres étant donné l’absence de stratégie arabe, l’isolement de l’Iran, et l’évolution des conditions régionales ayant rendu Israël incapable de tenir son propre rôle consistant, selon les théories de Shimon Peres, à promouvoir l’idée d’un « Nouveau ou Grand Moyen-Orient » fondée sur « la pensée sioniste » et « l’argent arabe ».

Wen Jiabao rencontre le vice-Premier ministre turc
Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a appelé dimanche la Chine et la Turquie à continuer à se soutenir mutuellement sur les questions majeures concernant la souveraineté et l'intégrité territoriale.

Serge Sarkissian devant les ambassadeurs : « l’Arménie ne le pardonnera jamais. »
Intervention du Président de la République d’Arménie, M. Serge Sarkissian, devant les Ambassadeurs accrédités en Arménie : Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs : Il s’agit malheureusement d’une occasion hors normes que celle qui nous a nous a amenée aujourd’hui à vous inviter à la Présidence. Comme vous devez le savoir, un officier de l’armée azérie qui avait assassiné l’officier arménien Gurgen Margaryan, a été extradé par la Hongrie vers l’Azerbaïdjan.

Le Maroc et la Turquie soulignent à New York leur concordance de vue sur la crise syrienne
Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Saad Eddine El Otmani, et son homologue turc, Ahmet Davutoglu, ont souligné, jeudi à New York, la convergence de vue entre Rabat et Ankara s’agissant de questions internationales et régionales, notamment concernant la crise syrienne.

Turquie : à Istanbul ouverture d’une ligne d’urgence contre les violences policières
L’Association des Avocats Progressistes vient de lancer une ligne d’urgence téléphonique pour les victimes de violence policière appelé « Imdat Polis » (SOS Police) à cause de l’augmentation préoccupante du nombre de cas de brutalités policières signalés. Le numéro de cette « hotline » est le 444 155 9, il s’ inspire du numéro d’urgence de la police en Turquie, le 155.

Pakistan : Deux meurtres au sein de communautés chrétiennes ; « épisodes isolés mais la pression sur les croyants demeure forte »
Un jeune catholique assassiné à Faisalabad et un agriculteur chrétien tué à Kasur : c’est ainsi que le Punjab, cœur économique, social et culturel du Pakistan, se confirme « une terre inhospitalière » pour la communauté chrétienne.

L’Arménie prépare des exercices militaires sans précédent
L’Arménie organisera en octobre ce que son ministère de la Défense a décrit jeudi comme des exercices militaires sans précédent impliquant des milliers de soldats et des réservistes de l’armée.

Arménie 1915: un génocide exemplaire
C’est un livre difficile, paru en sa première édition en 1975, que nous recommandons aujourd’hui puisqu’il traite du génocide arménien, perpétré de 1915à 1917 par ce qui était alors l’empire ottoman.

Dormez braves gens, l’islam avance : des musulmans réclament un État islamique autonome à Oslo
Un groupe de musulmans norvégiens menace d’une attaque terroriste s’ils n’obtiennent pas l’Etat islamique qu’ils réclament sur une partie d’Oslo qui ressemble à Saint Denis en banlieue parisienne.

Ganira Pashayeva : les pays turcophones doivent résister à la campagne française sur le génocide arménien
La députée azérie Ganira Pashayeva a recommandé vivement aux journalistes des pays turcophones d’entrer en contact avec leurs collègues français et européens pour arrêter la campagne des médias française de promouvoir le « prétendu génocide arménien ».

En Turquie, le procureur a confirmé que les villageois pouvaient être discernés sur les images du drone prises avant le massacre de Roboski
Le Bureau du Procureur de Diyarbakır a confirmé que les villageois pouvaient qui sont morts l’année dernière dans le massacre de Roboski étaient clairement identifiables par les images obtenues d’un drone. 34 villageois avaient perdu la vie dans un bombardement mortel qui s’était produit dans la province sud est de Şırnak.

    1. INFOS COLLECTIF VAN

Turquie : « les enfants d’apostats arméniens »

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « Un député accomplissant son deuxième mandat au Parlement, représentant le parti au pouvoir, a utilisé l’expression « enfants d’apostats arméniens » clairement comme une insulte, avec mépris. Reconnaissons qu’utiliser le fait qu’une personne soit d’origine arménienne pour la diffamer est l’un de ces réflexes qui doivent encore être surmontés dans les codes cognitifs d’un très vaste segment de la culture sociale de la Turquie.» Le Collectif VAN vous livre la traduction d’un article en anglais paru sur le site turc Hurriyet Daily News le 25 août 2012.

Hurriyet Daily News



Est-ce un crime d’être arménien ?

La suggestion que le terme “butés” aurait dû être utilisé à la place de “rendus inefficaces”, en référence aux terroristes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui sont tués, a suscité plusieurs réactions. C’est le député d’Erzurum, Muhyettin Aksak, du parti au pouvoir AKP, (Parti de la justice et du développement) qui a fait cette suggestion lors des sessions du bayram mardi dernier, dans la province orientale d’Erzurum.

Mais Aksak a fait d’autres déclarations problématiques pendant la même session. Il a aussi dit, après avoir affirmé : « Nos frères kurdes et les membres du PKK ne devraient pas être mis sur le même plan » : « Nous devons faire une distinction entre nos frères Kurdes et eux. Quand nous les regardons (le PKK), ils ne sont rien de plus que des gens (à qui ont a fait un lavage de cerveau), ou les enfants d’apostats arméniens, ou des lâches de Syrie ou d’Iran qui ont infiltré notre pays. »

Les codes de la culture sociale

Un député accomplissant son deuxième mandat au Parlement, représentant le parti au pouvoir, a utilisé l’expression « enfants d’apostats arméniens » clairement comme une insulte, avec mépris.

Reconnaissons qu’utiliser le fait qu’une personne soit d’origine arménienne pour la diffamer est l’un de ces réflexes qui doivent encore être surmontés dans les codes cognitifs d’un très vaste segment de la culture sociale de la Turquie.

Ceci peut aussi survenir fréquemment dans la presse. L’exemple frappant le plus récent d’utilisation des origines arméniennes comme insulte est à trouver dans la campagne de diffamation qui a frappé l’auteur Ali Bayramoglu en juin dernier, dans le quotidien Yeni Şafak.

Un article paru sur le site Internet habervaktim.com, qui sert de site au journal fondamentaliste Vakit, prétendait que Bayramoglu avait des origines arméniennes et que donc il « agissait avec la motivation de sa vraie identité (cachée) » en ce qui concerne les questions kurde et arménienne.

‘Si tu es juif, tu es déjà coupable’

Les personnes ciblées par ce comportement ne sont pas seulement les Arméniens. Il est général et dirigé à l’encontre de toutes les minorités, les Grecs et particulièrement les juifs.


Ainsi, quand la professeure Büsra Ersanli a été arrêtée l’année dernière dans le cadre de l’opération contre le KCK, le journal Vakit a pu considérer que le fait que son ex-mari, le professeur Cem Behar était juif, comme un des facteurs négatifs ayant mené à son arrestation.

Des exemples semblables peuvent vous frapper souvent au quotidien dans notre pays, que nos hommes d’État vantent comme étant une terre de tolérance. Le problème est qu’un tel comportement n’est pas considéré moralement comme un problème dans la vie sociale, et ce, encore une fois pour un vaste segment de la population.

C’est l’une des facettes les plus honteuses du racisme, que des gens qui devraient être reconnus comme des citoyens égaux, tant en ce qui concerne les considérations humaines qu’à un niveau formel, soient méprisés en raison de leur identité ethnique, ou bien que leur identité soit utilisée comme une insulte.

La nécessité d’une loi contre l’incitation à la haine raciale

Ces comportements constituent des délits appelés « incitations à la haine raciale » dans le monde civilisé d’aujourd’hui et ils ont des conséquences sérieuses. De tels délits sont des actes par lesquels une personne ou un groupe est attaqué verbalement ou physiquement en raison de son identité ou de son appartenance à un groupe et ils ont des conséquences différentes d’autres catégories de crimes.

La différence est que lorsqu’une personne est insultée en raison de son appartenance sociale ou de son identité, la victimisation n’est pas limitée à la personne ciblée. « L'effet multiplicateur » produit pas l’élément « haine du raciale » du délit fait que toute personne appartenant au groupe se sent attaquée.

Par exemple, quand un député insulte le PKK en traitant ses membres d’ « enfants d’apostats arméniens », tout Arménien vivant en Turquie se sent insulté. Quand le fait que la professeure Ersanli a eu un mari juif est cité comme une raison de son arrestation, alors tout juif vivant dans ce pays est rabaissé.

Ces exemples, que nous rencontrons fréquemment, offrent un tableau très pessimiste de la distance qu’il nous reste à parcourir dans le combat contre les délits racistes en Turquie. Si une loi sur l’incitation à la haine raciale avait été adoptée en Turquie, alors les auteurs des exemples cités ci-dessus auraient probablement subi de graves conséquences. Si aucune loi ne se profile, il serait au moins approprié que le parti dirigeant fasse un geste pour rassurer les citoyens arméniens vivant dans ce pays, et indique qu’il n’accepte pas les mots de son député d’Erzurum, particulièrement directement après la Fête de Ramadan au cours duquel nous soulignons souvent la valeur de la fraternité.

*Sedat Ergin est journaliste pour le journal Hürriyet, dans lequel cet article a été publié le 24 août. Il a été traduit en anglais par l’équipe du Daily News.

25 août 2012


©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 03 septembre – 07:00 - www.collectifvan.org



http://www.hurriyetdailynews.com/is-it-a-crime-to-be-an-armenian-.aspx?pageID=238&nID=28557&NewsCatID=428

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=66738

Lire le texte original dans la rubrique en anglais



« Le racisme n’est pas une opinion mais un délit ! »

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous invite à lire cette information publiée sur le site de la Licra.

A l’occasion de la célébration des 40 ans de la loi du 1er juillet 1972, dite « Loi Pleven », à l’origine du régime juridique contre le racisme, la Licra articulera ses Universités d’été autour du thème « Le racisme n’est pas une opinion mais un délit ! ».

Avec pour objectif affiché de faire de cet évènement plus qu’un anniversaire, la Licra proposera, pendant trois jours et dans un cadre festif et convivial, des conférences publiques et des ateliers professionnels. Ces rencontres nous donneront l’opportunité de revenir sur l’adoption de ce texte fondateur dans la lutte contre le racisme, mais aussi de dresser un constat exhaustif de son application au cours des 40 dernières années.

Nos débats, en présence des Gardes des Sceaux ayant exercés depuis 1972, viseront également à élaborer de nouvelles perspectives en matière de lutte contre les propos haineux dans les discours publics.

L’ensemble des travaux des Universités d’été se dérouleront au Pasino du Havre : Place Jules Ferry – Tel : 02.35.26.00.00


Le programme

Vendredi 7 septembre 2012



18h30-19h : Accueil des participants

19h-19h15 : Ouverture des Universités d’été

19h15-20h45 : Conférence-débat : Pourquoi le racisme n’est pas une opinion mais un délit

Présentation du sondage réalisé sur ce thème par Opinion Way pour la Licra



INTERVENANTS

- Emmanuel Debono, professeur d’histoire, auteur d’une thèse sur l’histoire de la Licra.

- Me Henri Hajdenberg, avocat, contributeur actif à la rédaction de la loi Pleven de 1972 qui a représenté la Licra, aux côtés de Me Robert Badinter, dans le premier procès intenté sur le fondement de cette loi.

- Bruno Jeanbart, directeur des études politiques de l’institut de sondage Opinion Way

- Me Alain Terrenoire, plus jeune député de l’Assemblée Nationale à l’âge de 25 ans, avocat et Président de l’Union Pan-européenne Internationale. Membre de la Commission des Lois puis des Affaires étrangères, il a été l’auteur et le rapporteur de la proposition de Loi sur le racisme et l’antisémitisme, dites « Loi Pleven », adoptée à l’unanimité par les députés en 1972.

20h30 : Cocktail dînatoire

Samedi 8 septembre 2012

9h-9h30 : Accueil des participants



9h30-12h30 : Les apports de la loi de 1972 en matière de droit de la presse - Actualisation et droit comparé

Atelier gratuit réservé aux professionnels du droit, validant au titre de la formation continue des avocats et des magistrats, et animé par Me Mario Pierre Stasi, Président de la Commission juridique de la Licra.



INTERVENANTS

- Me Basile Ader, avocat spécialisé en droit de la presse, membre du Conseil de l’Ordre et directeur de la rédaction de Legipresse,

- Nicolas Bonnal, Premier Vice-président du TGI de Bobigny et ancien Président de la 17ème chambre du TGI de Paris,

- Me Christian Charrière-Bournazel, avocat, Président du Conseil National des Barreaux et ancien Bâtonnier du Barreau de Paris,

- Me Marc Leyenberger, avocat, membre de la CNCDH et président de sa sous-commission « Racisme-Xénophobie », membre de la Commission Européenne contre le Racisme et l’Intolérance du Conseil de l’Europe (ECRI),

- Jean-Yves Monfort, Conseiller à la Cour de cassation, membre de la CNCDH et de la Commission de protection des droits, et ancien Président de la 17ème chambre du TGI de Paris.



9h30-12h30 : Sensibilisation juridique à l’accueil des victimes - Formation réservée aux militants Licra

10h-12h : Visite du Havre - Ouvert à l’ensemble des inscrits aux Universités d’été

Trois parcours de visite, au départ de la Maison du Patrimoine :

La ville d’Auguste Perret : Le centre reconstruit du Havre est inscrit depuis 2005 sur la Liste du patrimoine mondial par l’UNESCO pour son caractère représentatif de la Reconstruction après la Seconde Guerre mondiale. Partez ici à la rencontre des édifices majeurs de la ville monumentale construite sous l’égide d’Auguste Perret.

Eglise St Joseph : Dans les réussites architecturales du Havre, l’église Saint Joseph figure en bonne place du fait de la qualité et de l’originalité de sa construction. Auguste Perret a signé là, avec l’active complicité du Maitre-verrier Marguerite Huré, un chef d’œuvre d’audacieuse simplicité au service de la spiritualité. La tour-clocher de 107 mètres domine la ville et sert de point de repère aux navigateurs en approche du port.

L’appartement témoin Perret : Après une rapide présentation extérieure des logements reconstruits, visitez un appartement réalisé suivant les doctrines de l’Atelier Perret. Situé dans les Immeubles Sans Affectation Individuelle (ISAI), place de l’Hôtel-de-Ville, vous y trouverez des meubles de René Gabriel et de Marcel Gascoin, et milles autres détails de la vie quotidienne des années 1950.

12h30-14h30 : Cocktail déjeunatoire

14h30-16h30 : La Liberté d’expression à l’épreuve de la loi de 1972 - Conférence publique

INTERVENANTS :

- Sophia Aram, humoriste et chroniqueuse,

- Fabrice Arfi, journaliste d’investigation au service Enquêtes de Mediapart,

- Charb, directeur de la rédaction de Charlie Hebdo,

- Thierry Guerrier, Rédacteur en chef et éditorialiste politique à Europe 1

- Jean-Yves Monfort, Conseiller à la Cour de cassation, membre de la CNCDH et de la Commission de protection des droits, et ancien Président de la 17ème chambre du TGI de Paris.



18h30 : Cocktail dînatoire à la Mairie

20h30 : Anne – le Musical

Anne Franck, Hier et Aujourd’hui. Une adaptation originale et musicale du journal d’Anne Franck



Dimanche 9 septembre 2012

10h-10h30 : Accueil des participants

10h30-12h15 : Quelles perspectives pour la loi de 1972 ?

Invités : Gardes des Sceaux ayant exercé depuis 1972, en présence notamment de :

- Michel Vauzelle

Garde des Sceaux du 2 avril 1992 au 29 mars 1993.

Président socialiste du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur depuis 1998 et président de l’Eurorégion Alpes-Méditerranée.

Député de la 16ème circonscription des Bouches-du-Rhône.

- Jacques Toubon

Garde des Sceaux du 18 mai 1995 au 4 juin 1997.

Président du conseil d’orientation de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, membre de la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet (HADOPI).

- Élisabeth Guigou

Garde des Sceaux du 4 juin 1997 au 18 octobre 2000.

Députée de la 6ème circonscription de la Seine-Saint-Denis.

- Dominique Perben

Garde des Sceaux du 7 mai 2002 au 2 juin 2005.

Député de la 4ème circonscription du Rhône jusque juin 2012.

- Pascal Clément

Garde des Sceaux du 2 juin 2005 au 18 mai 2007.

Député de la 6ème circonscription de la Loire jusque juin 2012.

- Michèle Alliot-Marie

Garde des Sceaux du 23 juin 2009 au 14 novembre 2010

Vice-présidente du Conseil national de l’UMP

- Michel Mercier

Garde des Sceaux du 14 novembre 2010 au 10 mai 2012.

Président du conseil général du Rhône.

Prendront également part au débat Dominique Baudis, Défenseur des Droits, et Régis Guyot, Délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

12h15-12h45 : Clôture des Universités d’été

12h45-14h : Rafraichissements


TÉLÉCHARGER :
 Le Programme

http://www.collectifvan.org/pdf/02-44-06-3-09-12.pdf



http://www.licra.org/fr/d%C3%A9couvrir-toutes-infos

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=66779

Affaire Safarov: manifestation devant l’ambassade de Hongrie à Paris

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous propose cette information publiée sur le site du CCAF (Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France) le 2 septembre 2012.

CCAF


Manifestation jeudi 6 septembre à 18h30 devant l’ambassade de Hongrie à Paris

Le transfèrement en Azerbaïdjan et la libération immédiate du monstre Ramil Safarov, condamné en 2006 à la perpétuité avec une peine incompressible de 30 ans par la justice hongroise, constituent non seulement un encouragement à la barbarie, mais aussi une violation de toutes les règles du droit international en la matière, en particulier la convention de Strasbourg.

Le CCAF qui a déjà exprimé sa consternation quant à tournure scandaleuse prise par cette affaire, ne saurait la considérer comme sa conclusion définitive. Il appelle en particulier les autorités hongroises, qui ont dans le meilleur des cas agi avec une extrême légèreté dans ce dossier, à faire respecter leur propre décision de justice. Il leur appartient en particulier d’exiger de l’Azerbaïdjan, pour le moins, la mise sous les verrous de ce monstre qui s’était rendu coupable de l’assassinat à coups de hache, durant son sommeil, de l’officier Kourken Markarian, dans un stage de l’OTAN à Budapest.

La communauté arménienne de France, comme l’ensemble de la nation, qu’elle soit sur le sol national ou en diaspora, ne peut tolérer qu’à l’approche du centième anniversaire du génocide de 1915, le panturquisme continue à promouvoir aussi ouvertement l’entreprise d’extermination en oeuvrant pour l’impunité des crimes racistes commis contre les Arméniens.

La libération de Ramil Samirof est un déni de justice envers le lieutenant Kourken Markarian.

Elle est une violation du droit international.

Elle est un défi au droit à l’existence et à la liberté du peuple arménien.

Elle est une provocation à la récidive.

Il faut dénoncer cette situation honteuse et contraire à toutes les valeurs du Conseil de l’Europe, auquel appartiennent la Hongrie comme l’Azerbaïdjan.

Il faut exiger la réincarcération de Ramil Samirof et la poursuite de sa peine sous contrôle international.



Manifestation devant l’ambassade de Hongrie,
78 avenue Foch
jeudi 6 septembre à 18h30
Métro Porte Dauphine

CCAF
Paris le 2 Septembre 2012



http://www.ccaf.info/item.php?r=0&id=567

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=66759

Azerbaïdjan : des journalistes en danger dans les prisons

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous invite à lire cette information publiée sur le site des Reporters Sans Frontières le 31 août 2012.

Reporters Sans Frontières

Azerbaïdjan

Publié le vendredi 31 août 2012.

Reporters sans frontières fait part de sa profonde inquiétude pour deux journalistes arbitrairement emprisonnés depuis plusieurs mois, Avaz Zeynalli et Hilal Mammedov.

« Les journalistes incarcérés en Azerbaïdjan sont soumis à une double peine : à la privation de liberté viennent s’ajouter des mauvais traitements, des mesures vexatoires et des privations de toutes sortes. Ce faisant, Bakou bafoue le droit azerbaïdjanais et ses obligations internationales. Nous demandons à l’administration pénitentiaire de garantir immédiatement la jouissance de leurs droits les plus élémentaires à Hilal Mammedov et Avaz Zeynalli, ainsi qu’à tous les autres journalistes actuellement détenus. Avaz Zeynalli doit pouvoir bénéficier de tous les soins dont il a besoin, hors de l’enceinte de la prison si nécessaire. Toute autre démarche serait criminelle. Nous tenons les autorités pour responsables du sort des détenus », a déclaré l’organisation.

« Nous réitérons notre appel à la libération inconditionnelle de ces deux journalistes, qui n’auraient jamais dû se retrouver derrière les barreaux », a-t-elle conclu.

Bien qu’il soit traité à l’hôpital du centre de détention préventive de Bakou, l’état de santé d’Avaz Zeynalli reste très préoccupant. Le département sanitaire de l’administration pénitentiaire a informé sa famille que le journaliste souffrait de calculs rénaux, de radiculite névralgique, de rhinite chronique et de trois autres affections sérieuses. En outre, selon le rédacteur en chef de Khural, Nizami Hasanov, son collègue souffre d’un grain de beauté au dos, qui a enflé et s’est infecté.

Dans une lettre adressée au médiateur pour les droits de l’homme (ombudswoman), Elmira Suleymanova, Avaz Zeynalli s’est plaint de ne pouvoir recevoir de visites de sa famille qu’en échange de pots de vin de 50 à 100 manats (équivalent à environ autant en euros). L’administration pénitentiaire décline également les demandes de visites déposées par des représentants d’organisations internationales, dont l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Elle empêche régulièrement le journaliste de parler avec son avocat seul à seul. Avaz Zeynalli ne peut recevoir de journaux, et les employés de la prison lisent systématiquement son courrier. Reporters sans frontières se joint à la demande du journaliste, qui prie l’ombudswoman d’effectuer une visite inopinée à la prison.

L’organisation rappelle qu’Avaz Zeynalli, arrêté le 28 octobre 2011, est maintenu en détention provisoire en attente de son jugement, dans une affaire montée de toutes pièces contre lui.

Hilal Mammedov, arrêté le 21 juin 2012 pour « possession de drogues » puis inculpé pour « haute trahison » et « incitation à la haine et à la discrimination ethnique », se trouve lui aussi dans des conditions de détention déplorables. Le procès intenté par le journaliste à l’administration pénitentiaire pour « traitement inhumain » s’est tenu à huis clos, le 29 août 2012, au sous-sol du tribunal du district de Nasimi à Bakou. Les débats n’ont duré qu’une demi-heure, mais le verdict s’est fait attendre durant trois heures. Sans surprise, les juges ont finalement rejeté la plainte de Hilal Mammedov, qui affirmait notamment qu’il avait été privé de nourriture et d’eau durant ses deux premiers jours de détention.

Son prédécesseur à la tête du journal Tolishi Sado, Novruzali Mamedov, était mort en détention, en 2009, sans avoir pu bénéficier de soins adéquats.



D’après les informations recueillies par Reporters sans frontières, aucune évolution n’est intervenue dans les conditions de détention de Zaur Guliyev, incarcéré arbitrairement depuis le 13 mars 2012. En avril dernier, l’organisation avait appris que le rédacteur en chef de Khayal TV était victime de mauvais traitements et d’humiliations de la part de ses geôliers, et faisait l’objet de fortes pressions psychologiques s’apparentant à de la torture.
http://fr.rsf.org/azerbaidjan-des-journalistes-en-danger-dans-31-08-2012,43309.html

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=66740

Collectif VAN : l'éphéméride du 3 septembre

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée).Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:

Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)
http://www.collectifvan.org/article.php?r=3&id=51673
Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)
http://collectifvan.org/article.php?r=3&id=55304

Ça s’est passé un 3 septembre (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


3 septembre 1189 -- Lors du couronnement du roi Richard Ier Cœur de Lion d'Angleterre, qui a lieu à Londres, les notables juifs venus offrir leurs vœux et faire acte d'allégeance sont maltraités et empêchés d'entrer dans le palais. La foule excitée attaque le quartier juif, en incendie les maisons et massacre une trentaine de ses habitants.

Israelvivra.com

http://israelvivra.com/calendseptembre.htm#03
3 septembre 1914 -- Empire ottoman : lorsque, par un malheureux contretemps, le parti Dachnaksoutioun tint, en juillet 1914, son huitième congrès à Erzeroum, les délégués, apprenant le déclenchement de la guerre en Europe, interrompirent l'ordre du jour et examinèrent l'attitude que devait adopter leur parti si la Turquie entrait Abdul en guerre. Les dirigeants dachnak recommandèrent à tous les membres et organismes du parti de rester des sujets loyaux de leurs pays respectifs et de remplir leurs devoirs civiques. Le congrès était terminé lorsqu'arrivèrent deux délégués de l'lttihad, Behaeddine Chakir et Omer Naji, accompagnés d'agents caucasiens venus d'Azerbaïdjan et de Géorgie. Ces agents avaient pour mission d'organiser la propagande anti-russe au Caucase, dans le Nord iranien et dans les provinces orientales de l'Empire ottoman. Chakir et Naji venaient solliciter la collaboration du parti Dachnaktsoutioun. En échange, ils promettaient la création, de chaque côté de la frontière, d'un Etat autonome arménien. Ce projet s'inscrivait dans le vaste plan pangermaniste visant à expulser la Russie de Transcaucasie et à la ramener en deça du Caucase. Les délégués turcs furent catégoriques : les Arméniens n'avaient pas d'autre choix que de s'unir à eux. Les dirigeants dachnak exposèrent les conclusions de leur congrès. Leur refus de collaborer referma sur le peuple arménien le piège diabolique tendu par Chakir. Quelques semaines plus tard, le 3 septembre 1914, Chakir ordonne à ses hommes de tendre une embuscade aux délégués arméniens qui quittent Erzeroum.

Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989



Imprescriptible : Les architectes du génocide

http://www.imprescriptible.fr/ternon/3_chapitre3

3 septembre 1915 -- Empire ottoman : Les ordres de massacre de Talaat adressés à la préfecture d’Alep

«Nous vous recommandons de soumettre les femmes et les enfants aux mêmes ordonnances que celles qui vous sont déjà prescrites pour la population masculine des personnes connues et de désigner des fonctionnaires dignes de foi pour ces besognes».



Le Ministre de l’Intérieur Talaat

Imprescriptible : Arménie 1915, témoignage d'un officier allemand

http://www.imprescriptible.fr/documents/vierbucher/ordres

3 septembre 1915 -- Empire ottoman : Le chemin de fer de Bagdad. Journal d'un résident étranger de la ville de B. {Tarsus} sur une section de la ligne, édité par William Walter Rockwell Esq. Ph. D. et publié par le Comité Américain de Secours aux Arméniens et aux Syriens. (1916)

La situation empire de jour en jour.

Mr... est venu me voir la nuit dernière et me dit qu'il a vu un télégramme de U. Pacha disant : « Ne permettez pas aux Américains, aux Consuls d'aider les déportés ou de se montrer à leurs côtés aux stations et aux endroits publics. »

Imprescriptible : Le livre bleu du gouvernement britannique concernant le traitement des Arméniens dans l'Empire ottoman

http://www.imprescriptible.fr/documents/livre-bleu/d46.htm

Mi-août au 3 septembre 1915 – Empire ottoman/Adana : 5 000 familles (20 000 âmes) sont déportées en huit convois à destination de la Syrie sous la supervision d’Ali Münîf, adjoint du ministre de l’Intérieur Talât et député d’Adana, et du directeur de la police, Adıl bey.

** (Kévorkian, 2006 :737-738).



Mass violence : Chronologie de l’extermination des Arméniens de l’Empire ottoman par le régime jeune-turc (1915-1916)

http://www.massviolence.org/IMG/pdf/Chronologie-de-l-extermination-des-Armeniens-de-l-Empire-ottoman-par-le-regime-jeune-turc-1915-1916.pdf

3 septembre 1916 -- Empire ottoman : une commission de cinq membres de Turcs arrive dans le district de Hauran pour convertir les déportés arméniens à l'islam.

Chronology of the Armenian Genocide -- 1916 (July-December)

http://www.armenian-genocide.org/1916-2.html

3 septembre 1919 -- 4 juifs sont massacrés et de nombreux autres blessés lors d'un pogrome déclenché à Tzibulev, près de Kiev, par des unités commandées par l'ataman Sokolov, allié de l'Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura.

Israelvivra.com

http://israelvivra.com/calendseptembre.htm#03

3 septembre 1939 -- 3 juifs sont assassinés par les nazis à Rekszowice (district de Czestochowa, Pologne).

80 juifs sont fusillés par la Wehrmacht (l'armée régulière allemande) au cours d'une Aktion de deux jours à Zloczev (district de Sieradz, Pologne).

Les nazis assassinent 4 juifs à Lelow (district de Wloszczowa, Pologne).

150 juifs sont assassinés par la Wehrmacht à Czestochowa, près de Varsovie.



Israelvivra.com

http://israelvivra.com/calendseptembre.htm#03

3 septembre 1939 -- L'armée allemande entre dans la ville de Biala le 3 septembre 1939 et c’est immédiatement la terreur: Le 13 septembre 1939, le jour de Rosh Hashanah, des deux synagogues de Bielsko sont incendiées, et Les deux de Biala le sont quelques jours plus tard ; ses Juifs orthodoxes sont forcés de jeter les livres saints dans le feu.

BS Encyclopédie : Les petits ghettos polonais

http://www.encyclopedie.bseditions.fr/article_complet.php?pArticleId=64&articleLib=Les+petits+ghettos+polonais+%28Nazisme+-+2i%E8me+guerre+mondiale%29

3 septembre 1941 -- un document fait état des instructions données à la Police de Sécurité en Lituanie : « Liquider tous les Juifs ».

PHDN : L’extermination au jour le jour dans les documents contemporains

http://www.phdn.org/negation/documents/nazisdoc.html

3 septembre 1941 -- Début de l'internement des juifs de Sarajevo (Bosnie-Herzégovine, Yougoslavie centrale). 3 000 juifs environ sont conduits aux camps de Jasenovac, Loborgrad et Djakovo, où ils sont assassinés en même temps que les juifs des villages voisins.

Premier gazage exécuté au camp d'extermination d'Auschwitz.

Première Aktion sur une grande échelle contre les juifs de Dzialoszyce (province de Cracovie) : 1 000 juifs sont tués sur place. 2 convois avec 8 000 déportés partent pour le camp d'extermination de Belzec. 1 000 autres juifs sont envoyés au camp de concentration de Plaszow, près de Cracovie. La résistance juive commence à s'organiser à Dzialoszyce. Des juifs y vivent depuis le XVIIIe siècle. Au moment de l'invasion allemande, la communauté compte 7 000 membres, soit 80 % de la population de la ville.

500 juifs de Brzozdovce (R.S.S. d'Ukraine), 4 000 juifs de Dzialoszyn (district de Kielce, Pologne) et 2 000 juifs de Bolechov (R.S.S. d'Ukraine) sont déportés par les SS et les policiers ukrainiens au camp d'extermination de Belzec (Pologne).

Les SS assassinent 1 400 juifs à Lachva (Polésie, R.S.S. de Biélorussie).

Israelvivra.com

http://israelvivra.com/calendseptembre.htm#03

3 septembre 1943 -- Un convoi de 3 000 juifs quitte le ghetto de Bochnia (Pologne) pour le camp d'extermination d'Auschwitz, où les déportés sont tués dès leur arrivée.

Israelvivra.com

http://israelvivra.com/calendseptembre.htm#03

3 septembre 1944 -- 1 019 internés juifs du camp de regroupement de Westerbork sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.

Israelvivra.com

http://israelvivra.com/calendseptembre.htm#03

Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org

Presse arménienne : Revue du 31 août 2012

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous présente cette Revue de Presse parue sur le site de l'Ambassade de France en Arménie le 31 août 2012.

Ambassade de France en Arménie



Revue de la presse arménienne du 31 août 2012

I. Politique intérieure

1. Manoeuvres militaires « sans précédent » en octobre en Arménie/ Les quotidiens relèvent, citant le Ministère de la Défense, qu’en octobre des exercices militaires impliquant des milliers de soldats et des réservistes auront lieu en Arménie. Ces exercices feront suite aux manoeuvres militaires des forces de réaction rapide de l’OTSC du 15 au 19 septembre. D’après le porte-parole du Ministère, ces exercices seront sans précédent compte tenu de la participation des réservistes de moins de 58 ans. « Nous sommes dans une situation où nos réserves doivent toujours être prêtes à soutenir nos forces militaires. Leur potentiel doit être régulièrement testé », a-t-il déclaré, invitant à ne pas se livrer à des spéculations déplacées sur les motifs de ces exercices planifiés. Les quotidiens relèvent par ailleurs que les 28 et 29 août, le Ministre de la Défense a visité les positions au sud-ouest du pays (limitrophes du Nakhitchevan) où il a inspecté les travaux de fortifications. / Hayastani Hanrapetoutioun



2. Scénario de film d’action/ C’est ainsi que Haykakan Jamanak qualifie les incidents qui se sont produits dans une ville de la région de Lori, Akhtala, dont les habitants doivent élire un nouveau maire le 9 septembre. La maison du maire sortant, Haykaz Khatchikian, également candidat à ce scrutin, a été attaquée par un groupe, qui a renversé et détruit son mobilier. Les proches du maire sortant ont ensuite fait irruption chez le malfaiteur présumé et agressé les membres de sa famille. Ceux-ci auraient été hospitalisés avec différentes blessures. Une enquête est en cours. Il s’agirait d’escarmouches en vue des élections locales.

Sur cette campagne électorale Haykakan Jamanak, Aravot, Hraparak et Joxovurd rapportent que le fils du maire de Gumri, recherché par la police pour avoir provoqué une rixe en vue des élections locales, aurait fui le pays. Haykakan Jamanak s’étonne de l’inaction des organes judiciaires qui laissent une personne recherchée franchir la frontière du pays.



II. Questions régionales

1. La famille syrienne bloquée à l’aéroport de Zvartnots pendant trois jours a été refoulée en Turquie/ La famille syrienne de 9 personnes (4 femmes et 5 enfants), restée bloquée dans la zone neutre de l’aéroport Zvartnots du fait de l’absence de documents certifiant leur origine, a été renvoyée à Istanbul (cf. la revue du 30.08). Le porte-parole du Service de sécurité nationale (SSN) a indiqué aux médias que les membres de cette famille, d’origine assyrienne, ont tenté de franchir la frontière arménienne sans avoir les documents requis ni les autorisations nécessaires. Ils auraient eu comme objectif, selon le porte-parole, de partir in fine dans un pays tiers, avec le concours d’un passeur des migrants illégaux, en utilisant le territoire arménien comme une zone de transit. Leurs tentatives de partir en Europe depuis Istanbul, avant de se rendre en Arménie, avaient précédemment échoué. Les parents de la famille habitant Erevan ont récusé ces explications du SSN, affirmant que la famille a bien une origine arménienne et qu’elle a quitté la Syrie en hâte sans document d’identité. Selon Haykakan Jamanak les femmes et les enfants ont été accueillis à Istanbul par un groupe de journalistes qui ont souligné dans leurs reportages que « l’Arménie expulse les Arméniens, tandis que la Turquie les abrite ».

Par ailleurs, le porte-parole du MAE, Tigran Balayan, a indiqué que l’information sur l’assassinat d’une famille arménienne de six personnes à Damas n’est pas confirmée à cette heure (cf. la revue du 30.08).

2. Le Ministère arménien de la Défense dément avoir eu des pertes humaines/ Le Ministère arménien de la Défense a démenti les informations publiées dans les médias azerbaïdjanais le 30 août, faisant état d’une attaque des forces arméniennes près de la région de Fizouli qui aurait fait deux morts et quelques blessés arméniens. Selon le Ministère arménien, il ne s’agit que d’une manipulation azerbaïdjanaise. / Hayots Achkhar

III. Relations extérieures

1. Le Secrétaire général de l’OTAN à Erevan les 5 et 6 septembre dans le cadre d’une visite régionale/ Anders Fogh Rasmussen aura des entretiens avec le Chef de l’Etat arménien, les Ministres des AE et de la Défense./ Rapporté par l’ensemble de la presse

Rédaction : Merie Hakobian

http://www.ambafrance-am.org/IMG/pdf/20120831.pdf

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=66739




    1. Dostları ilə paylaş:
  1   2   3   4   5   6


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©genderi.org 2019
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə