«une theorie scientifique de la culture» de : bronislaw malinowski



Yüklə 143,71 Kb.
səhifə1/3
tarix06.05.2018
ölçüsü143,71 Kb.
  1   2   3

Note de synthèse sur l’ouvrage de B. Malinowski : « Une théorie scientifique de le culture » DEA 124



UFR 3ème CYCLE SCIENCES DES ORGANISATIONS

DEA 124 Comptabilité, Contrôle, Décision


NOTE DE SYNTHESE SUR L’OUVRAGE

« UNE THEORIE SCIENTIFIQUE DE LA CULTURE »

DE : BRONISLAW MALINOWSKI

Élaboré par : Anis HAMMAMI

Séminaire de : Mr Pesqueux :



Philosophie, Éthique, Comptabilité, Contrôle

PLAN DU RAPPORT


1 Présentation de l’auteur 1

2 Le courant théorique 2

3 Le mode de démonstration 3

4 Les postulats 4

5 Les hypothèses 5

6 Le résumé de l’ouvrage 6

7 Critiques des idées de l’auteur 18

8 Bibliographie 19



1Présentation de l’auteur


Bronislaw Malinowski est un anthropologue britannique d’origine polonaise qui est né à Cracovie en 1884. Il a acquis une éducation exceptionnelle puisqu’il a fait ses études en mathématiques et en physique, puis il s’est consacré aux études de l’anthropologie sociale. Il a ensuite rédigé sa thèse de doctorat sur « la famille chez les aborigènes d’Australie ».Malinowski a consacré des années dans les études de terrain rompant pratiquement tout contact avec les civilisations techniquement évoluées de manière à mieux comprendre les cultures par l’intérieur.

Il a visité ensuite les indiens Pueblo, l’Afrique du Sud, l’Afrique orientale et le Mexique. Malinowski a fait ses enquêtes dans l’île de Toulon, dans les îles Trobriand, en pidgin et en mélanésien. Lors de ses diverses expériences de terrain, il pratique la méthode de « l’observation participante ».L’un des plus grands mérites de Malinowski est d’avoir abordé l’étude des comportements sexuels à une époque où la pruderie générale des éthiques imposait un véritable tabou sur ces recherches.

Malinowski a mis vigoureusement l’accent sur l’importance des recherches anthropologiques consacrées aux relations nouées entre des cultures différentes. Son apport le plus durable consiste en la formulation d’un nouveau schéma d’intelligibilité : le fonctionnalisme. Malinowski reste un des maîtres à penser dont l’influence est encore la plus actuelle. L’interprétation fonctionnaliste a inspiré de nombreux chercheurs de l’anthropologie culturelle. L’analyse des phénomènes d’acculturation a anticipé sur les recherches qui sont menées de nos jours au niveau de la psychosociologie des contacts interculturels et du développement.

Beaucoup d'auteurs, Herskovits et Lowie en furent, ont considéré Malinowski comme celui qui aurait introduit la psychanalyse en anthropologie. Cette opinion paraît peu soutenable ou plutôt demande à être nuancée. Que Malinowski ait contribué à médiatiser les relations anthropologie et psychanalyse est évident. Ses remarquables qualifiés de conférencier, d’écrivain, son enthousiasme pour les discours, son énergie à défendre une ethnologie moderne contre l'évolutionnisme, le diffusionnisme et à promouvoir le fonctionnalisme et puis surtout sa présence sur le terrain, tout cela a signé le passage d'une ethnologie folklorique et de cabinet à une ethnologie vivante.

Il n'est pas invraisemblable de considérer que l'un des points de rencontre entre la psychanalyse et le fonctionnalisme de Malinowski ait été l'importance du corps. Le fonctionnalisme (le sien) serait « la théorie de la transformation des besoins organiques - c'est à dire individuels - en impératifs sociaux découlant de ces besoins. En maniant collectivement l'appareil de conditionnement, la société fait de l'individu une personnalité sociale ».

L’ouvrage le plus important de Malinowski, rédigé dans un style vivant et alerte, Les Argonautes du Pacifique occidental (1922), rend compte de "cette vaste institution organisée" qui, en soi, formait une entité, à tel point, confia-t-il, qu’il lui avait fallu "se reporter sans cesse à l’organisation sociale, à l’empire de la magie, au folklore, et en fait, parler de ces autres domaines culturels autant que de celui qui constitue le sujet principal".


2 Le courant théorique


Plusieurs théories se sont développées sur la culture, chacune a pris la charge de développer la notion de la culture et de la définir sur des observations et d’après des hypothèses différentes et parfois divergentes et ce ci peut être dû à la contextualité des notions et leur émergence dans des époques plus ou moins éloignées.
B. Malinowski développe l’idée suivante : dans une culture chaque élément a une fonction, comparable à celle d’un organe dans un corps vivant, et répond à un besoin.

Il a entre autres réagit contre l’évolutionnisme et le diffusionnisme et a été déterminant pour promouvoir le fonctionnalisme.


Dans la plupart de ses études, Malinowski a employé une approche holistique et a traité la culture avec une vision de système d’habitudes collectives.

Malinowski est allé pour une visée qui argumente en quelques sortes l’approche positiviste lorsqu’il sentait un désir scientifique de comprendre la culture comme totalité à travers l’étude comparée des espèces.


Les travaux sur la culture comparée ont posé les jalons d’une théorie scientifique de la conduite humaine que Malinowski était le fondateur. Il a utilisé sa théorie fonctionnelle pour définir la culture. Ce courant résulte de la croyance de Malinowski que toutes les composantes de la société enclenchent pour former un système bien équilibré.

L’originalité de l’étude de la culture de Malinowski est qu’il a montré que la psychologie individuelle dépend du contexte culturel.


L’analyse culturelle doit être considérée comme un préalable à l’action administrative. Il y a effectivement un paradoxe à confier la décision à des autorités « officielles » qui n’ont, des sociétés dont elles ont la responsabilité, qu’une connaissance imparfaite, acquise de l’extérieur ; l’anthropologie dit éclairer l’administration sur les conditions de l’intervention du pouvoir.
La culture représente tout ce qui est acquis à l’individu par la société et tout ce qui est transmis lors du processus de socialisation. C’est un tout complexe, une totalité qui inclut les connaissances, les croyances, l’art, la morale, les lois, les coutumes, les ustensiles, les biens de consommation, les chartes organiques régulant les groupements sociaux et toute autre habitude acquise par l’homme en tant que membre de la société dans laquelle il vie.
En plus, la culture désigne tous les éléments qui font qu’une personne peut être dite cultivée, elle propose aux membres de la société des manières de penser, des métaphores, des valeurs, des normes et prescriptions qui sont des ressources ou des entraves pour l’invention et la négociation dans cette société.

La théorie de Malinowski soutient le fait que chaque élément culturel n’a de raison d’être que par rapport aux éléments voisins et en définitive à la société toute entière.


Cette définition de la culture se situe dans l’analyse fonctionnelle, analyse qui définit la fonction comme étant la satisfaction d’un besoin au moyen d’une activité.

La culture est vue comme un tout indivisible où entrent des institutions qui sont autonomes et qui communiquent, ces institutions qui sont des accords naturels sur un ensemble de valeurs traditionnelles qui rassemblent les êtres humains.






Dostları ilə paylaş:
  1   2   3


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©genderi.org 2019
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə