Extrait des minutes secrétariat greffe du Tribunal de grande instance de toulouse



Yüklə 2,18 Mb.
səhifə40/47
tarix27.12.2017
ölçüsü2,18 Mb.
1   ...   36   37   38   39   40   41   42   43   ...   47

II-5-2 : L'accident chimique :
A suivre la défense, il serait finalement saugrenu d'envisager un accident chimique sur le site de GP ; dans un contexte particulier, qualifié de "climat puant", où poindrait la volonté du pouvoir exécutif de rassurer l'opinion publique 10 jours après les attentats du 11 septembre 2001, les experts et enquêteurs auraient fait preuve d'a priori, en privilégiant sans fondement la thèse d'une réaction chimique à l'origine de la catastrophe.
La prétendue orientation exclusive de l'enquête policière ne résiste pas à l'examen (cf ci-avant paragraphe II-3-3-1-3 ).

Selon les prévenus, la perfection de l'organisation de Grande paroisse, et notamment du système de management de la sécurité, l' extrême compétence des hommes et les conditions tout à fait particulières qu'il convenait de réunir pour parvenir à une réaction exothermique rendent improbable l'explication retenue par le juge d'instruction et permettent même de l'exclure. L'intérêt que va porter, dès les premiers jours, la CEI, émanation de l'exploitant, à ce qui n'est alors qu'une hypothèse de travail est la meilleure réponse aux interrogations de certains, notamment parmi le personnel de l'usine, sur la légitimité d'envisager l'imputation de l'événement à une éventuelle réaction chimique malencontreuse. De fait, chacun des groupes de travail, qu'ils participent de l'enquête interne, de l'enquête judiciaire, du CHSCT ou de l'administration, s'est interrogé sur la possibilité d'un croisement de produits incompatibles.


Cette orientation, parmi d'autres, est examinée par les membres de la CEI dès le surlendemain de la catastrophe, consécutivement à l'audition de M. FAURE qui leur précise que la dernière entrée "matières" dans le box du 221 réside dans le contenu d'une benne contenant la "récupération de produits des sacs en plastiques divers, sacs contenant toutes sortes de produits ".
Or, il est patent, que les inspecteurs de sécurité industrielle composant cette commission, qui est saisie d'un accident majeur survenant sur un site SEVESO, dont la mission quotidienne est de lutter contre les dérives professionnelles et de s'assurer du respect des consignes d'exploitation, ne peuvent qu'être interpellés par de tels propos qui renvoient à ce que les règles élémentaires de sécurité et la directive SEVESO proscrivent avant toute chose, c'est à dire la CONFUSION et l'absence de Traçabilité.
Il n'échappe pas en outre aux enquêteurs l'émotion qui étreint alors M. FAURE qui réalise en fin d'entretien, que la manœuvre à laquelle il a procédé est peut être en relation avec la réalisation du drame. Les enquêteurs de la CEI réagissent aussitôt et vont confier à M. Panel le soin d'établir l'inventaire des sacs figurant dans le local désigné, le 335, ce qui démontre leur volonté de connaître la liste des produits susceptibles d'avoir été déversés sur le sol du box ; cette opération qui débute le 24 septembre sera reprise, les commanditaires n' étant pas satisfaits du caractère imprécis de la première étude et, certainement pour en avoir le cœur net, M. DOMENECH, inspecteur sécurité de métier, se rendra personnellement dans le bâtiment à l'issue et découvrira le 2 octobre, et non le 3 comme il l'indiquera mensongèrement aux policiers, un sac de DCCNA contenant encore des granulés sentant le chlore. Revoilà l’obsession anti DOMENECH. Il n’est évidemment pas question de rappeler que José DOMENECH a examiné le 335 aussitôt après la catastrophe et l’a trouvé totalement propre et vide. Il s’est évidemment rendu coupable d’un très grave et impardonnable mensonge en se trompant (peut-être) sur la date de sa deuxième visite, ce qui ne change évidemment rien sur le fond. LE MONNYER ne rate évidemment pas ici deux occasions de se ridiculiser. Tout d’abord, le DCCNa est pulvérulent et non granulé. Ensuite les traces de DCCNa contenues dans cet unique sac sentaient le chlore, alors que la dernière thèse accusatoire de BERGUES, retenue dans le Rapport final, stipulait que Fauré avait secoué des sacs vides de DCCNa sur l’aire de secouage des sacs de nitrate, et en avait ainsi réuni quelques kg, ce dont il ne pouvait s’apercevoir car il y en avait trop peu pour qu’il soit odoriférant.

Peut-on sérieusement considérer, comme tente de le plaider habilement la défense, qu'une piste qui paraît à ce point recevable aux enquêteurs de la CEI le 23 septembre, au point qu'ils diligentent aussitôt des investigations pour tenter d'identifier les produits déversés dans le bâtiment qui a explosé, deviendrait suspecte, à partir du lendemain soir, au motif que le responsable de l'enquête judiciaire, le procureur de la République, tient des propos inconsidérés ? Je rappelle que, dès l’origine, les experts principaux avaient lancé le mythe de l’usine poubelle et, notamment, celui d’une pollution systématique du 221 par du bois, du papier, des cadavres d’animaux et de l’huile. Le parti pris accusatoire des experts, dès leur désignation, était ainsi incontestable et PERRIQUET, première manière, ne l’a aucunement contesté lors de ma déposition du 13 janvier 2005. Je rappelle également que ces experts ignoraient au départ la réaction NA/DCCNa/H2O, qui leur a été apprise par la CEI. Ils l’ont trouvé si providentielle qu’ils ont immédiatement abandonné toute autre investigation sérieuse à son seul profit. Leur incompétence totale en matière de chimie les a ensuite conduit, pendant des années, à construire d’innombrables scénarios (contradictoires entre eux) du développement d’un double processus explosif, avant d’en arriver enfin au si contestable tir n°24 dont PERRIQUET, deuxième manière, a considéré qu’il mettait fin à l’instruction.


S'agissant par ailleurs de la note expertale du 28 septembre 2001, de MM. VAN SCHENDEL et DEHARO, si on ne la resitue pas dans son contexte et le cadre strictement judiciaire que nous avons présenté (volonté du procureur d'ouvrir une information au terme du délai de flagrance en se fondant sur un acte lui permettant de qualifier les faits et incapacité des experts de résister à une telle sollicitation) on peut être effectivement troublé par son contenu, quand on relève, à l'aune du rapport définitif, que les experts privilégient la piste accidentelle pour deux mauvaises raisons :
- la localisation de l'épicentre, qu'ils définissent alors comme étant son lieu de naissance... pratiquement au milieu du tas de nitrate, plus particulièrement en sous face pour ne pas dire à cœur fait que la thèse accidentelle est largement privilégiée, alors qu'en réalité l'analyse en détail du cratère établira le point d'initiation dans la zone est du bâtiment à proximité du muret de séparation;
- le caractère intentionnel est écarté au motif qu'il aurait fallu amorcer très correctement en plusieurs endroits et à cœur un procédé de mise à feu visant à générer l'explosion instantanément, ce qui ne sera finalement pas confirmé dans le rapport final, le positionnement d'une seule charge d'une quantité suffisante, insérée dans le tas pouvant emporter la détonation. Une évidence apparaît à la lecture du dossier : compte tenu des caractéristiques du NA ci-avant développées et notamment celles de sa stabilité et des conditions très particulières qui président à ses différents types de décomposition, excluant tout processus de décomposition ayant duré des dizaines d'années, il convenait de s'intéresser aux dernières entrées susceptibles d'être en lien avec la catastrophe : c'est ce que feront policiers et inspecteurs sécurité de la CEI, mais pas avec la même réussite :
Alors que la CEI focalise très tôt son attention sur la benne blanche litigieuse, les enquêteurs et les premiers experts portent toute leur attention sur ce qui se révélera une fausse piste : celle du "fluidiram", enrobant expérimental du NAA :
1) ignorant l'existence de la dernière benne, la CEI s'étant abstenue de communiquer aussitôt cette information aux policiers (il faut attendre un fax du 11 octobre 2001 adressé par M. PEUDPIECE à la police judiciaire pour voir ce membre de la CEI évoquer en termes voilés l'intérêt qu'elle porte aux dernières entrées matières - cote D 1249) et M. Paillas, responsable adjoint du service RCU dont dépend le 221 ayant omis (opportunément ?) d'évoquer la dernière entrée "matières" dont il ne pouvait oublier l'existence, dans la mesure où le caractère atypique de celle-ci et non prévue aux consignes de travail, avait conduit l'opérateur, M. FAURE, à solliciter son autorisation préalable, les policiers s'intéressent, au cours des premières semaines, à une entrée atypique intervenue la veille de l'explosion, à savoir le déversement d'une quantité de NAA, de l'ordre de 20 ou 30 tonnes participant d'un essai de qualification d'un nouvel

enrobant, le fluidiram. L'opérateur qui a procédé à ce transfert ayant indiqué avoir directement déposé ce nitrate dans la partie centrale du bâtiment 221, le tribunal ose croire que cela n'explique pas les indications erronées des experts, initialement saisis, sur la localisation de l'épicentre dans la partie centrale du bâtiment. Les vérifications opérées concernant le fluidiram permettront d'exclure tout rôle de cet apport dans l'initiation de la détonation.



Le 23 septembre 2001, M. PAILLAS bien qu'interrogé précisément sur les dernières entrées n'évoquera pas la benne blanche (cote D 214). Ces déclarations vont clairement égarer les enquêteurs de la police judiciaire. Lors de l'audience, M. PAILLAS mettra cet oubli, fâcheux, sur le compte de son état psychologique et de sa fatigue, sans convaincre le tribunal qui y voit là davantage le signe de son embarras (en effet, il éprouvera quelques difficultés à l'égard de la CEI pour reconnaître avoir donné son autorisation au déversement de la benne litigieuse). Le Monnyer ment sciemment et déforme volontairement les propos de G. PAILLAS. Le déversement de NA par Gilles FAURE 15 minutes avant explosion n’était pas un élément intéressant pour expliquer la catastrophe. Déposé du NA sur NA comme cela se faisait quotidiennement n’a pas été un détail méritant un tel souvenir le 23 septembre 2001 lors de sa première audition. Les questions des policiers montrent que ceux-ci n’ont pas non plus insisté auprès de G. Paillas pour qu’il se souvienne du moindre détails dans ces transferts de produit. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que cette information n’apparaissent pas dans cette déposition qui portait de plus sur plein d’autres éléments du fonctionnement de l’usine. Le souvenir de l’accord que G. PAILLAS a donné à G. FAURE pour ce déversement n’était donc pas du tout significatif et lui ai revenu plus tard. G. PAILLAS ne se souvenait pas non plus si cet accord avait été fait de vive voix ou par téléphone. Cette hésitation mineure qui n’a aucun intérêt pour les événements a été montée en épingle par les tenants de la thèse officielle pour décrédibiliser les propos de G. PAILLAS alors que des centaines d’imprécisions de ce type existent dans ce dossier. LE MONNYER participe honteusement à ce processus systématique de dénigrement des témoignages dérangeants. Dès le 23 Septembre 2001, M PAILLAS était l’un des tous premiers témoins à décrire, via le témoignage de sa femme Françoise qui habitait à moins de 1500 m du cratère le phénomène du premier bang près d’une dizaine de secondes avant l’explosion d’AZF. A cette époque les média n’en parlaient pas encore de manière précise… mais ce fait avait déjà fait réfléchir G. PAILLAS sur l’origine de l’explosion. Françoise PAILLAS sera interrogée le 26 septembre 2001 (cote D 317) et précisera qu’entre les deux explosions elle a eu le temps de faire 9 pas pour sortir de chez elle ce qui rend la thèse du bang sismique incompatible à cette distance et pourtant diffusée officiellement à la DRIRE par l’équipe de Mme Souriau de l’OMP. Le 23 Septembre 2001, le SRPJ avait donc plusieurs de ces témoignages en main et n’en a jamais tenu compte. Les policiers avaient pourtant là, dès le 23 septembre 2001 matière à vérifier dans les quartiers de Toulouse proche d’AZF la perception de ce phénomène. Dès le 22 Septembre 2001, l’audition du personnel du stade de Valmy apportaient déjà cette information. Les responsables du SRPJ ont fait volontairement obstruction dans la recherche d’explication de ce phénomène important. Et après la thèse du bang sismique annoncée officiellement, en toute hâte par Mme Souriau et le parquet de Toulouse dès le 26 septembre 2001, thèse pourtant incohérente avec une majorité de témoignages, le SRPJ ne cessera de se mettre des œillères sur ces témoignages.
2) Pendant que la police procède à de multiples vérifications concernant l'essai du fluidiram, la CEI, qui mène une réflexion semblable à celle des enquêteurs mais bénéficie d'informations de meilleure qualité, va s'intéresser, dès le 23 septembre 2001, plus particulièrement à l'opération réalisée par M. FAURE. Malheureusement pour la recherche de la vérité, les inspecteurs sécurité de Grande Paroisse et d'ATOFINA ne vont s'y intéresser qu'imparfaitement, dans la mesure où ils ne penseront pas à rechercher la benne en question aux fins de prélèvements, ni même à solliciter M. FAURE pour assister M. Panel lors de l'inventaire du local 335, alors même qu'il le gère exclusivement ; lors des débats, l'agent de la Surca s'étonnera de ce point. M. Fauré ayant affirmé dès ses premières auditions avoir transféré du NA dans cette benne, il n’est pas surprenant de voir GP ne pas donner priorité à ce transfert de produit.
A un moment où la société Grande Paroisse ne peut invoquer la moindre critique quant à l'orientation qu'aurait prise l'enquête judiciaire (le procureur de la République ne s'étant pas encore exprimé devant la presse) et n'a donc aucune raison de retenir une information à l'égard de la justice, le tribunal comprend l'amertume de l'association des familles endeuillées qui reproche à cette CEI de ne pas avoir signalé ce fait, remarquable, aussitôt à la police laquelle aurait pu d'une part entendre le témoin capital dans le détail sur les circonstances précises de la constitution de la benne et d'autre part investiguer de manière efficace pour dresser un inventaire incontestable de la sacherie usagée se trouvant dans le local 335, retrouver la benne litigieuse et procéder à des prélèvements de produits. Les pistes pour expliquer une telle détonation ne pouvaient porter sur des transferts de ce type de produits trouvés dans le benne de G. FAURE. Il est normal que des priorités aient été données pour étudier d’autres pistes bien plus crédibles. S’appuyer sur une telle déclaration de l’avocate Stella Bisseuil acharnée à défendre la thèse officielle depuis le début ne présente aucun intérêt dans le jugement et montre encore une fois la partialité du juge Le Monnyer qui oublie de mentionner que même avec cette piste de la benne blanche, les experts judiciaires ont eu un mal fou à inventer un scénario (non prouvé) un temps soit peu crédible chimiquement. A la limite, le versement discret dans cette benne d’une bombe à explosion télécommandée de 40 kg qui devait finir au H221 était l’idée la plus crédible pour impliquée à tout prix cette benne. Elle n’est pas impossible techniquement mais elle ne sera pas évoquée… les experts préférant inventer au cours de 6 années d’instruction une solution n’impliquant que le personnel d’AZF.
En effet, dans une société censée, selon les prévenus, garantir, conformément à ses obligations légales, la parfaite maîtrise de ses process, le versement entre 15 et 30 minutes avant la catastrophe d'une benne contenant des produits non identifiés provenant de divers sacs au pied d'un tas de 15 tonnes de NAA situé dans le box du 221, opération dont on apprendra qu'elle n'était pas conforme, et ce à plusieurs titres, aux règles d'exploitation normalisées de l'usine, méritait que l'on y prêta attention : c'est ce que fit la CEI. Une fois le sac de DCCNA découvert par M. DOMENECH le 2 octobre dans ce local, la CEI indiquait le 11 octobre 2001 dans un rapport d'étape :
"Le magasin 221 est géré par le service Expéditions. Son mode de gestion est décrit dans une consigne "Exploitation du bâtiment 221" enregistrée dans le système qualité (référence EXPE/COM/3/15 jointe en annexe 6). Il ne semble pas cependant qu'il y ait eu de consigne spécifique affichée dans le magasin...

- les bennes d'ammonitrate venant du silo 14 sont déchargées en vrac à même le sol, les produits arrivant ensachés (le plus souvent des NAI mais le cas échéant des ammonitrates) sont désachés et vidés au sol; les emballages et autres corps étrangers indésirables sont séparés et déposés dans une benne spéciale, à l'extérieur, pour tri et élimination ultérieure;

- les produits issus de récupérations diverses, transportés par bennes de petite taille, sont également déposés sur le sol du "box" . A ces produits s'ajoutaient ceux résultant de diverses opérations de récupération, entre autres dans le local d'entreposage des sacs "craqués" (vides) en attente d'envoi vers une filière de valorisation. (Note du tribunal : les membres de la CEI évoquent là le local 335 utilisé par M. FAURE pour entreposer la sacherie usagée dans l'attente de son enlèvement par la société forinserplast). Ces sacs provenaient principalement, mais pas uniquement, des activités de conditionnement de nitrates d'ammonium du secteur nord ; il semble que, si des produits issus d'autres fabrications du site ont pu y être présents, ce n'était qu'en quantité minime.
La suite de l'enquête devra s'efforcer d'établir une liste exhaustive des produits qui pourraient y avoir été apportés, même en quantité minime, et de leur caractéristiques "(Note du tribunal: en surgras dans le texte).
Un peu plus loin, la CEI ajoute dans ce rapport qu' elle qualifie de "point d'avancement": "Le 21 septembre au matin, 500 kg de produit ont été déposés dans le "box", en provenance du magasin 335 coté b où est entreposée la sacherie vide à éliminer. Ce produit de balayage avait été collecté le 20 septembre et stocké dans une benne prévue à cet effet. L'ensemble des sacs de ce magasin a été inventorié.

On y trouve essentiellement des emballages urée, ammonitrates et NAEO. On a égalemen tidentifié, sur un total d'environ 2 000 emballages "vides" non encore éliminés : 60 GRVS de Mélamine, 78 sacs de 25 kg de carbonate de potassium, 16 sacs de 25 kg de chlorure d'ammonium, 4 GRVS de sulfite de sodium, 3 GRVS d'acide cyanurique, 2 GRVS de dichloroisocyanurate de sodium, 2 GRVS d'alumine Pural et 1 sac de 25 kg de chaux vive.

Nous avons noté dans les sacs ayant contenu des produits cyanurés des granulés de produits (l'encadrement du service ACD nous a déclaré que les sacs sont nettoyés avant élimination).
La suite de l'enquête devra s'attacher à vérifier si du produit résiduel d'un de ces emballages aurait pu réagir de manière exothermique avec le contenu du magasin 221'.(Note du tribunal: en surgras dans le texte).
Le tribunal constate que ces conclusions claires et précises n'ont pas été communiquées aux policiers, alors même que M. PEUDPIECE a été interrogé précisément sur le point de l'enquête de la CEI. Il transmettra le 11 octobre 2001 une télécopie où ne transparaît qu'en filigrane l'intérêt que la CEI porte à la benne litigieuse (cotes D 1178 et D 1249). Dès le mois d'octobre 2001, la CEI lançait des études pour approfondir la question de l'incompatibilité connue de ces deux composés qu'elle confiait à plusieurs laboratoires européens faisant autorité dans ce domaine : à savoir le laboratoire du CNRS de Poitiers et l'Institut SEMENOV de Russie (ces deux laboratoires travaillant de concert), la société néerlandaise TNO et enfin un laboratoire interne au groupe Total de Pierre Bénite (69).
La célérité avec laquelle la commission lance ces études, le nombre et la qualité des instituts missionnés confirment s'il en était besoin l'intérêt particulier que la société Grande Paroisse place dans cette piste qu'elle qualifiera de "prioritaire" le 5 décembre 2001.
Ce n’est bien qu’à partir de ce sac de DCCNa retrouvé bien en évidence que le 2 Octobre au soir par José DOMENECH alors que le bâtiment 335 avait déjà été inspecté par plusieurs personnes avant, que la CEI s’intéresse à cette piste chimique. Sans ce sac de DCCNa, aucun indice ne montrait l’éventualité d’un transfert d’un produit pouvant impliquer une réaction chimique intéressante. Pourquoi alors reprocher à la CEI de ne pas trouvé ce qu’elle ne peut trouver avant. Aucune vérification sur des photographies et des vidéos prises dans le secteur du bât 335 par le SPRJ avant le 2 octobre 2001 ne sera menée par le SRPJ pour vérifier l’existence antérieure de ce sac bien visible. On se demande pourquoi ? La défense n’a bizarrement pas souhaité faire ces vérifications non plus !
Comme nous l'avons vu précédemment, nonobstant ses réflexions et les actions qu' elles lançaient alors, lesquelles s'inscrivaient indiscutablement dans le louable but de rechercher la vérité, conforme à son obligation réglementaire, la CEI allait pour un motif surprenant lié à la prétendue maîtrise de la gestion des déchets, le 18 mars 2002, écarter cette hypothèse de travail tout en poursuivant des études lancées sur la réaction de ces deux produits.
L'information judiciaire établit de manière parfaitement claire que l'explication privilégiée par les experts judiciaires permet de dégager une cause d'initiation conforme à l'accidentologie, à savoir la création (spontanée) d'une onde de choc qui constituera dans le cadre d'une chaîne pyrotechnique involontaire le détonateur et le relais renforçateur susceptible d' entraîner en suivant la détonation des nitrates déclassés situés à son contact ou à proximité (II-5-2-1), une chaîne causale cohérente (II-5-2-2), dont il conviendra d'apprécier au final le degré de certitude (II-5-2-3).
A titre liminaire, il convient de souligner que l'examen de la chaîne causale retenue par le juge d'instruction contraint le tribunal à examiner les agissements et décisions prises par les opérateurs et notamment de certains salariés de GP et de la SURCA qui ont pu être mis en examen et bénéficié d'un non lieu ; nonobstant ces non lieu qui s'imposent à la juridiction correctionnelle, dès lors que la responsabilité pénale de la société GP est poursuivie, il appartient au tribunal d'apprécier et de se prononcer sur certains de ces agissements qui ont pu engager la responsabilité de la personne morale. Poursuite du sous-entendu, de la suspicion nauséeuse à l’égard des déclarations des salariés d’AZF comme si ceux-ci avaient les compétences pour deviner les réactions chimiques originales que les experts judiciaires ont eu un mal fou à démontrer dans des conditions idéales irréalistes… et empêcher la justice de trouver de tels schémas complexes.
II-5-2-1 : la simplicité du processus explosif :
Pour apprécier l'explication des experts judiciaires, reprise par le magistrat instructeur, il paraît nécessaire de rappeler dans un premier temps de quelles informations les experts disposaient, d'évoquer l'état des connaissance et notamment celle de la société Grande Paroisse, avant d'examiner l'expérimentation à laquelle M. BERGUES a procédé.
- II-5-2-1-1 : les données :
Il paraît nécessaire de rappeler l'évidence : comme l'a indiqué à l'audience M. Lattes, professeur de chimie cité par Mme Mauzac, "pour parvenir à une explication (scientifique), il faudrait que je puisse disposer de l'ensemble des éléments des produits qui se trouvaient dans ce hangar."
Tenue à une obligation de maîtrise des risques et donc à la maîtrise des procédures qu'elle avait mise en œuvre sur son site afin d'assurer traçabilité des productions, flux des matières y compris des déchets, mais également à l'obligation en cas de sinistre de renseigner les pouvoirs publics sur les produits en cause et les circonstances de la catastrophe, la société GP qui exploitait un site SEVESO devait être en mesure de renseigner la DRIRE et donc les enquêteurs sur le contenu d'une benne déversée à l'intérieur du bâtiment, siège de la détonation, 20 minutes avant celle-ci.

La CEI, émanation de l'exploitant, tentera vainement d'identifier les produits : comme nous l'avons vu ci-dessus c'est l'une des missions qu'elle s'était assignée (La suite de l'enquête devra s'efforcer d'établir une liste exhaustive des produits qui pourraient y avoir été apportés, même en quantité minime, et de leur caractéristiques. " et La suite de l'enquête devra s'attacher à vérifier si du produit résiduel d'un de ces emballages aurait pu réagir de manière exothermique avec le contenu du magasin 221") ; elle se heurtera, comme les enquêteurs et experts aux propos évolutifs, contradictoires du témoin capital, M. FAURE, et à ceux embarrassés de celui censé le contrôler lors de cette opération, M. Paillas. Revoilà les deux autres têtes de turc de LE MONNYER. Le Monnyer cautionne encor les mensonges des experts judiciaires à cet égard. Les contradictions n’existent pas… ce sont plutôt quelques imprécisions ou quelques différences de langage sur les noms des nitrates agricoles et industriels, sur le poids exact du sac versé dans la benne etc…. Elles se comptent sur les doigts d’une main et n’apportent aucun élément troublant l’enquête. Ces légères divergences ne sont rien comparées aux monumentales erreurs des experts judiciaires révélées lors de la reconstitution de fin 2002. Mais la malhonnêteté de Le Monnyer l’empêche de faire une telle comparaison et se focalise sur le dénigrement systématique des deux acteurs intournables subissant le carcan de la thèse officielle : G. Paillas et G. Fauré.


Alors, devant la difficulté de la détermination des données de base, deux solutions s'offraient aux enquêteurs :
- renoncer en constatant que l'on ne saura jamais précisément les produits en cause,

- tenter de reconstituer en retenant les éléments acquis (humidité du box, produits se trouvant dans le box) et raisonnables (configuration du système par couches...).


De fait, tout en missionnant des laboratoires aux fins de réaliser, de manière confidentielle (les résultats ne seront transmis à l'institution judiciaire qu'en 2004, suite à la découverte par suite d'une indiscrétion, de résultats obtenus par le laboratoire du CNRS de POITIERS, susceptibles d'intéresser la manifestation de la vérité) à des essais... dont l'exploitant devait espérer qu'ils seraient négatifs, la société Grande Paroisse transmettra à la DRIRE un rapport de la CEI en date du 18 mars 2002 excluant la piste chimique au prétendu motif de la perfection du système en amont... qui le garantissait contre toute possibilité d'un croisement de produits incompatibles dans le box du bâtiment 221.
En réalité, il n'en est rien et la société GRANDE PAROISSE, incapable de présenter le moindre renseignement utile sur cette benne, nonobstant son obligation légale, par un tour de "passe passe", audacieux mais habile, reproche aux enquêteurs, experts, magistrats de chercher à cerner ce qu'il en est.


Dostları ilə paylaş:
1   ...   36   37   38   39   40   41   42   43   ...   47


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©genderi.org 2019
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə