Extrait des minutes secrétariat greffe du Tribunal de grande instance de toulouse



Yüklə 2,18 Mb.
səhifə13/47
tarix27.12.2017
ölçüsü2,18 Mb.
1   ...   9   10   11   12   13   14   15   16   ...   47

II-1-3-1 : nitrate d'ammonium industriel (ou technique) et agricole :
En fonction de son emploi, la préparation du nitrate d'ammonium sera légèrement modifiée :
- le nitrate d'ammonium industriel (ci après NAI) :
Il s'agit d'un composé intégré dans la préparation d'explosifs civils et militaires; il est indiqué par les experts judiciaires que c'est par suite des catastrophes ayant impliqué l'engrais que les américains ont eu l'idée, aux lendemains de la seconde guerre mondiale, d'employer ce produit à des fins pyrotechniques; les experts judiciaires sont constants dans leur nullité. L’emploi, en tant qu’explosif, de nitrate imprégné d’hydrocarbures était notamment parfaitement maîtrisé par le « Koncern » allemand IG Farben à travers sa filiale BASF et a servi aux toutes dernières destructions d’ouvrages d’art par la Wehrmacht en retraite, qui manquait d’explosifs classiques. le NAI présente l'avantage d'être stable heureux de l’entendre. Le juge devait être distrait en écrivant cela, économique et de pouvoir être préparé sur le site même de son utilisation.
Pratiquement pur, le NAI titre à 34,8% d'azote: il faut savoir que le nitrate pur contient 35% d’azote il ne comprend qu'un peu d’humidité résiduelle et qu’un adjuvant destiné à favoriser sa porosité et son aptitude à absorber le liquide auquel son emploi le destine (mélange NA + Fuel). Ses grains sont d'une taille volontairement réduite, là encore afin de favoriser le mélange de ce composé avec le carburant qui le transformera en explosif civil, et accroître sa "surface réactionnelle", point développé à de nombreuses reprises au cours des débats, qui est fondamental en chimie et par voie de conséquence en matière de détonique. Il convient de souligner que le NAI commercialisable, contrairement au NAA, n'était pas stocké sur le site en vrac, mais uniquement en GRVS ou sacs, et ce même s'il pouvait être transporté en vrac au profit de certains clients ; à la question de savoir si ce mode de stockage au sein de l'usine était lié à une considération de sécurité, M. Biechlin a répondu par la négative, et indiqué que le mode de stockage retenu était destiné à garantir sa conservation à l'abri de l'humidité.
- le nitrate d'ammonium agricole (ci-après NAA) :
Il s'agit d'un engrais. En France, l'usine de Toulouse fut pionnière dans sa fabrication. Il titre au maximum autorisé par la réglementation française, à savoir à 33,5% ; encore une fois faux. Il ne s’agit que de traditions commerciales. Les Houillères du Bassin de Lorraine, qui ont massivement introduit le nitrate dans une région qui n’en consommait que très peu, ont commercialisé pendant longtemps du nitrate à 34,5% d’azote afin de limiter son taux d'azote, il est intégré à sa composition une charge neutre (béatite en principe) ; dans certains Etats européens, ce taux d'azote est volontairement limité à 28%, en Allemagne notamment et en Belgique qui ont eu à connaître de catastrophes impliquant le nitrate d'ammonium aux conséquences meurtrières (catastrophe d'OPPAU, le 21/09/1921 et de TESSENDERLOO le 29/04/1942).

Outre, la charge neutre, les grains sont enrobés d'un anti-mottant qui est destiné à éviter que le produit ne prenne en masse oui et à retarder ses effets une fois étendu sur les champs afin de diffuser dans le temps. non : d’ailleurs le nitrate d’ammonium est, par nature, un engrais instantané-retard. Les plantes n’absorbent l’azote que sous forme d’ion nitrique qui constitue un engrais instantané. L’ion ammonium doit être nitrifié lentement par des bactéries spécialisées avant que son azote ne soit absorbé : il constitue ainsi un engrais retard.



La vente d'engrais nitraté étant une activité saisonnière, cette industrie présente la particularité de constituer des stocks de très grands volumes : c'est ainsi que l'usine de Toulouse avait notamment, et s'agissant du seul NAA en vrac un silo de stockage, le I4, d'une capacité de 15000 tonnes.
II-1-3-2 : le nitrate d'ammonium : un explosif occasionnel :
Nous reviendrons en détail sur la question très technique de la détonabilité du nitrate, fondamentale pour tenter de comprendre ce qui langue française : ce qu’il s'est passé le 21 septembre 2001 (cf. Ci-après chapitre II-3-3-3).
Dès à présent, il convient de retenir que le nitrate d'ammonium n'est pas réglementairement classé comme un explosif mais comme un comburant. Faux. C’est un des dadas des experts judiciaires. Il n’existe aucune réaction de combustion dans laquelle l’oxygène est apporté par le NA. Il n’est même guère oxydant, à l’inverse, par exemple, du nitrate de potassium qui est le composant oxydant de la poudre noire.
Selon M. MÉDARD, auteur de l'ouvrage de référence dans le domaine de la pyrotechnie, le nitrate d'ammonium est un explosif occasionnel, c'est à dire un composé qui sous certaines conditions très particulières est susceptibles de détonner ?? (développement d'une décomposition sous confinement et/ou entrant en contact d'hydrocarbures) ou de participer à une détonation (nitrate amorcé par un explosif). Un extrait de son ouvrage présentant l'accidentologie de ce composé (OPPAU, TESSENDERLOO, TEXAS CITY, BREST...) sera retrouvé par les enquêteurs, dans les heures suivant la catastrophe à proximité du bureau des nitrates, et constituera le premier scellé (scellé Un).
En introduction à une étude confiée par le gouvernement français et le syndicat des producteurs de nitrate (1'UNIFA) afin d'établir un guide pour la sécurité des stockages d'engrais construits partiellement ou totalement en bois (cotes D 4642 à D 4644), la société TECNIP dirigée par M. LANGUY présente de manière dynamique les enseignements de l'accidentologie. Cette analyse permet d'appréhender quelle pouvait être la perception des industriels du danger représenté par le stockage du nitrate d'ammonium, à la veille de la catastrophe. Il en résulte que les accidents majeurs et la létalité due aux nitrates sont fortement marqués par les conditions de stockage et de transport du début du 20° siècle à 1950 (1200 décès estimés) ; qu'en revanche, de 1961 au 21 septembre 2001, la mortalité a chuté de manière considérable (40) compte tenu des progrès liés aux produits (mise en œuvre de produits anti-mottant neutres et efficaces) et au respect de la réglementation. Sur cette dernière période, la mortalité est limitée aux seules conditions de production ou de transport. Relevons que les 40 années séparant 1961 à 2001 correspondent à une génération, une vie professionnelle.
Quand on compare ces éléments aux données communiquées par TECNIP dans le cadre d'une approche probabiliste, desquelles il ressort que la France considère qu'il existe 4000 points de stockage d'ammonitrate de plus de 500 tonnes, et plus de 19000 en OCDE, on serait tenté de considérer, de prime abord, que la catastrophe de Toulouse est singulièrement atypique : cette appréciation mérite d'être relativisée : la catastrophe du 21 septembre ne concerne pas des engrais conformes à la norme NFU, ni de l’ammonitrate conditionné en sacs ou GRVS, mais des NA déclassés (dont l'aptitude à la détonation est donc plus forte) stockés en vrac (ce qui induit l'effet de masse et la capacité du tas à 1'autoconfinement favorable à la stabilité de la détonation). Nouvelles affirmations tendancieuses. L’aptitude à la détonation des fines est légèrement augmentée, sans plus. Les stockages de nitrate en vracs sont les plus fréquents : voir l’important stockage en vrac de Grand-Quevilly. Ah non… à Grand-Quevilly la présence du député normand Laurent FABIUS, Ministre d’Etat chargé de l’Economie, des Finances et de l’Industrie en 2001, fait que ces nitrates, même en vrac, ont une forme de protection pratiquement divine et ne présentent plus de dangers comme le site AZF de Toulouse !!! 
Au vu de ces éléments et alors que le monde industriel occidental n'avait pas connu d'explosion liée aux conditions de stockage depuis 40 ans, on conçoit que les industriels ait pu perdre de vue, même s'ils s'en défendent, de la dangerosité du nitrate d'ammonium. charabia
Tout le monde s'accorde à considérer le NA comme étant un produit sûr, stable, insusceptible ??? de détoner seul sans sollicitation d'un fort relais renforçateur dans ce que l'on appelle une chaîne pyrotechnique. Néanmoins, son aptitude à la détonation et à participer à une explosion dans certaines conditions caractérise le danger de ce produit : J’aimerais connaître ce qui a constitué le « relais renforçateur », considéré ici comme indispensable, dans l’hypothèse accusatoire de l’accident chimique
Selon le rapport de l'inspection générale de l'environnement, "le nitrate d'ammonium présente des risques de combustion plus ou moins rapide (du fait de sa composition, ce produit peut se consumer en l'absence d 'oxygène) avec dégagement de gaz toxiques (oxydes d'azote) C’est une faribole de pseudo-experts que je n’ai cessé de dénoncer auprès du juge d’instruction : le NA est incombustible.. Il présente également des risques d 'explosion qui sont complexes et qui varient beaucoup selon qu'il est mélangé avec une petite proportion de produit inerte ou au contraire avec des produits combustibles ou catalyseurs influant sur sa décomposition. un catalyseur ne fait qu’accélérer la vitesse d’une décomposition déjà amorcée Il en résulte une grande confusion qui permet aux industriels d'affirmer souvent que ces produits ne présentent pas de risque d'explosion mais seulement un risque de combustion." Pure faribole mensongère. Tous les producteurs de NA savent que le nitrate est incombustible. Et le rapport de renvoyer à des annexes et notamment à un extrait du compte rendu du conseil supérieur des installations classées du 15 mars 2001 et à la fiche sur les ammonitrates établis par la société Grande paroisse. C'est ainsi que
- Il ressort notamment du compte rendu de la séance du 15 mars 2001 du conseil supérieur des installations classées, saisi d'un projet de circulaire relative à la prévention des accidents majeurs dans les dépôts d'engrais, soumis à autorisation, relevant de la rubrique 1331 de la nomenclature des ICPE visant notamment le risque de détonation des ammonitrates des éléments d'information sur le positionnement de certains industriels et de leur syndicat, l'UNIFA, à la veille de la catastrophe de Toulouse :
* le rapporteur de ce thème indique que "1 'examen de quelques études de danger a permis de constater que les risques de détonation étaient écartés d 'emblée ce qui occulte toutes réflexions et toutes justifications quant aux moyens de prévention à mettre en œuvre" ; sur ce point, si le dossier établit que le risque explosion n'était pas écarté dans l'étude de danger rédigée à l'attention de la DRIRE, ce risque était en revanche tu à l'égard des entreprises extérieures (cf réunion annuelle de mars 2001); Je n’ai cessé de répéter que, nulle part dans le monde, le risque de détonation des stocks de nitrate n’est pris en compte dans les études de dangers.
* il y est également noté que l'UNIFA "a tenu à rappeler que l'accidentologie montre que la détonation des ammonitrates n'a été observée que dans des conditions très particulières (contamination au fioul, fort confinement ou amorçage direct à l 'explosif) fort confinement et amorçage direct à l’explosif (comme à Oppau) et souligne les effets pervers de la prise en compte de ce scénario : en cas de décomposition des ammonitrates les services de secours pourraient,, dans la crainte de la détonation, ne pas intervenir pour circonscrire le sinistre au plus vite" cela ne vise que les décompositions amorcées par un incendie dans les accidents de transport. Jamais un stockage de nitrate froid n’a commencé à se décomposer avant de détoner..
- dans "sa fiche produit", la société GP indique concernant l'ammonitrate ou nitrate d'ammonium", à la rubrique "explosivité" : SANS OBJET (cf annexe 2 A du rapport de l'IGE); C’est bien une position unanime au plan international


  • Dans un film réalisé par une équipe de télévision belge, documents audiovisuels produit par l'association des familles endeuillées, on peut relever, dans le même esprit, l'intervention d'un directeur d'usine de nitrate d'ammonium, dépendant de la société KEMIRA, groupe concurrent de la société Grande Paroisse, soutenir ?? que les nitrates produits par son usine étant conformes au test de "détonabilité" imposé par la réglementation européenne, ils ne présentent pas de risque explosif ; or, la directive 87/94/CEE du 8 décembre 1986, consciente de l'impossibilité de réduire l'explosibilité de ce composé, ne cherche pas à imposer à l'industriel l'absence de détonation, mais simplement la limitation de sa propagation. Je ne connais pas cette directive. La limitation de la propagation de la détonation dans un tas non confiné et non pris en masse est spontanée, comme le montre le faible pourcentage du stock global qui a détoné à Toulouse. Je ne vois pas, en revanche, ce que l’on pourrait faire pour interrompre artificiellement la progression un tel processus ultrarapide une fois amorcé.

  • M. BIECHLIN et les scientifiques d'ATOFINA et de GRANDE PAROISSE considèrent que les conditions de stockage des NA déclassés dans le 221 étaient globalement satisfaisantes : un local ouvert où le nitrate n'est pas en situation de confinement, dépourvu de toute source électrique, exempt de tout stockage de carburant, organisé de telle façon que seuls les chouleurs spécialement équipés puissent entrer dans la partie centrale et éviter tout risque d'initiation d'un incendie par étincelle.

Le tribunal considère que la satisfaction manifestée sur ce point par la défense mérite d'être tempérée, quand on observe les conditions dans lesquelles le nitrate déclassé est stocké soit à l'usine de ROUEN (cotes D 5004 et suivantes) soit à l'usine KEMIRA de (Belgique), telle que cela ressort du film produit par l'association des familles endeuillées. Ces établissements offrent exactement les mêmes sécurités aux produits déclassés qu'aux ammonitrates conformes à la norme (sondes thermiques et (ou) capteurs nox, caméras de surveillance) Les sondes thermiques et les capteurs de NOx (oxydes d’azotes divers) ne servent strictement à rien car le NA est parfaitement stable. Il ne risque donc en aucun cas de s’échauffer spontanément comme un stock de charbon qui s’oxyde (c’est encore une fois le mythe du nitrate combustible). Il ne risque pas non plus d’amorcer une décomposition lente qui serait mise en évidence par les détecteurs de NOx dans la mesure où ils sont stockés dans le même bâtiment ; ils sont en outre à l'abri de l'humidité. C’est une obsession ! une légère prise d’humidité (produisant une croûte de surface) est sans inconvénient pour du nitrate déclassé qui va être recyclé dans d’autres fabrications Si l'on s'attache plus particulièrement à analyser ces conditions de stockage du bâtiment 221, on peut relever deux séries de difficultés :


- la contamination résiduelle du stock est possible, soit par l'apport de NA souillé (absence de consignes sur ce point et pratique des agents de TMG, point acquis aux termes du rapport de rétention des eaux d'extinction d'incendie), soit par le raclage du sol du box, construit pour éviter la contamination du tas principal, puisque la couche de produits et de souillure éventuelle (suintement ou fuite éventuel(le) des engins autorisés à manœuvrer dans le box), n'est pas récupérée afin d'être éliminée en tant que déchets, mais transférée dans la partie centrale. Tout est possible mais ce n’est pas parce que c’est possible que cela s’est produit. Le box n’a pas été aménagé pour des raisons de contamination mais pour constituer un point de rupture de charge entre les engins de transport extérieurs et les chouleurs de manipulation internes. Ces engins de manutention interne ne polluaient pas. C’est une interprétation abusive d’analyses du Laboratoire central de police scientifique qui a permis aux experts judiciaire d’affirmer qu’on avait trouvé des traces de pollution par des hydrocarbures dans du nitrate non détoné.
- Grande Paroisse n'a pas tiré les conséquences de l'analyse figurant dans l'étude de dangers visant le stockage en vrac des nitrates conformes à la norme relativement aux conséquences de l'humidité de ce local et de l'hygroscopie du produit qui facilite l'interaction de tout produit placé à son contact. Charabia. Une norme n’est pas relative aux conséquences de son non-respect. Je redis, puisque cela revient comme un Leitmotiv, que ni le tas principal ni le nitrate du sas n’étaient anormalement humides. Mais l’humidité est une préoccupation récurrente du Tribunal, qui a compris que la réaction chimique retenue pour expliquer la catastrophe demandait beaucoup d’eau pour s’amorcer et s’efforce par tous les moyens, mêmes les moins crédibles », d’accréditer la fable de la présence d’eau dans le 221.
S'agissant des pouvoirs publics, de l'attention qu'elle porte aux dangers du nitrate d'ammonium est double :
- au premier chef, il convient de souligner que lors de l'élaboration des études d'urbanisation menées par l'INERIS afin de déterminer les zones de danger autour du site, en aucun cas le risque de détonation du nitrate fut pris en compte cela revient pour la quatrième fois !; seul l'accident chimique (fuite d'une canalisation ou rupture d'un stockage de gaz toxique) est intégrée dans l'étude.
- M. CATS de la DRIRE de Midi Pyrénées le déclarera sans ambage on dirait que c’est péjoratif au juge d'instruction : le risque de détonation tel qu'il s'est produit à l'usine GP de Toulouse n'était pas envisagé.
Dans le même temps, il convient de souligner d'une part que l'arrêté préfectoral retenait le risque explosif du NA c’est de l’hypocrisie administrative. Ou l’on ne retient pas ce risque ou on le retient. Dans ce cas, on prend les dispositions nécessaires, qui ne peuvent être que la fermeture de l’usine ou l’expropriation, autour d’elle, d’un vaste glacis de sécurité. et d'autre part que les pouvoirs publics travaillaient à l'élaboration d'une circulaire visant justement le risque de décomposition des nitrates, non sans réticence de la part des représentants de la profession. Réticences parfaitement justifiées face à l’attitude de certains fonctionnaires prêts à réglementer sans connaître le sujet
Le risque est donc connu mais considéré comme hypothétique et c'est ainsi que si l'arrêté préfectoral retient explicitement le risque explosif du bâtiment 221, ce risque n'est pas porté à la connaissance des responsables des entreprises extérieures lors de la réunion annuelle des 21 et 22 mars 2001 (cote D 4554). Dans un tel contexte, le positionnement du directeur de l'usine, dont on sait qu'il a pu se faire rappeler vertement à l'ordre par le responsable sécurité de la maison mère, Atofina, sur ces questions de risque industriel, et qu'il s'est vu signifier qu'il ne représente pas simplement la société GP, mais également le groupe et au delà l'industrie chimique, est nécessairement conforme à ce que la société GRANDE PAROISSE attend de lui. Or, le décalage est saisissant entre ce que la commission d'enquête parlementaire a qualifié de "perte de mémoire conduisant à la banalisation du risque" de ce composé de la part des industriels du nitrate, d'une manière générale, accusation parfaitement gratuite. Il aurait été facile de vérifier que, chez tous les industriels, on ne cessait de rappeler au personnel et d’apprendre aux nouveaux arrivants l’absolue nécessité de ne pas souiller le nitrate par des produits organiques et le positionnement des professionnels des explosifs vis à vis de ce produit :
Nous renvoyons sur ce point :
- aux dépositions de MM. QUINCHON et Grollier Baron, éminents ingénieurs des poudres et explosifs qui ont insisté sur l'impérieuse nécessité de garantir l'absence de la moindre contamination du nitrate ; il est assez remarquable d'observer que le premier cité, qui avait été missionné par Grande Paroisse pour mener en 1997 une étude de sécurité s'autorisera à rappeler dans son rapport, alors que cela n'était pas spécifiquement sa mission, le potentiel explosif du nitrate et l'impérieuse nécessité de garantir le respect des conditions de stockage (code D 3112); Cela montre bien que le décalage dénoncé ci-dessus n’existait pas.
- à la recommandation de la commission des substances explosives qui, lors de ses séances des 23 janvier et 28 mars 2001 et sous la présidence de M. l'ingénieur général de l'armement BOISSON a examiné la question du danger potentiel que peuvent présenter les engrais NK (azote - potassium) contenant plus de 90% du nitrate d'ammonium, soit une teneur en azote totale supérieure à 31,5% avec une forte teneur en chlorure sous forme de chlorure de potassium; elle souhaite attirer l'attention des autorités compétentes sur ce type de mélange qui, tout en ne pouvant être considéré comme un explosif au sens courant du terme, peut présenter un caractère d'explosif occasionnel; À quoi joue-ton ? Il ne s’agit en rien du NA fabriqué à Toulouse, mais d’un mélange de nitrate d’ammonium et de chlorure de potassium susceptible de produire par double décomposition, dans certaines conditions d’élaboration, du nitrate de potassium très oxydant (composé de la poudre noire)
- à l'avis de M. BERGUES, ingénieur à la DGA, expert judiciaire, sur l'opportunité de modifier la réglementation applicable au nitrate, la quantité d’âneries proférées par BERGUES dans ses rapports d’expertise, le disqualifie totalement dans ce domaine
- à la déposition de M. Guiochon qui a précisé lors des débats qu'à la suite de l'attentat D'OKLAHOMA CITY, (USA) , le gouvernement fédéral a vainement fait mener des études pour tenter de rendre la détonation de NH4 NO3 impossible...
II-1-3-3 : la réglementation applicable au NA :
Compte tenu de ce risque de détonabilité du nitrate d'ammonium, les pouvoirs publics ont, à partir de la fin de la seconde guerre mondiale, réglementé la production, le stockage et le transport du NA.
Au sens de la directive 80/876/CEE, un engrais à base de nitrate d'ammonium et à forte teneur en azote est un produit fabriqué par voie chimique ayant une teneur en azote supérieur en poids à 28 % et pouvant contenir des additifs inorganiques ou des substances inertes telles que roche calcaire, dolomie, sulfate de calcium, sulfate de magnésium, kiesérite. Les additifs inorganiques ou substances inertes autres que ceux mentionnés ci avant ne doivent accroître ni

la sensibilité thermique, ni l'aptitude à la détonation.


La norme NFU 42-001 visent les produits répondant à la définition générale des engrais; elle en définit les dénominations et en fixe les caractéristiques.

Au niveau des installations classées pour la protection de l'environnement, la nomenclature édictée par le décret N° 99-1220 du 28/12/1999, classe les nitrates en fonction de leur respect ou non à la norme NFU, dont les règles visent à réduire, autant que faire se peut, l'aptitude à la détonation de ce composé : deux grandes rubriques sont créées :


- rubrique 1330: stockage de nitrate d'ammonium :
1)NA, y compris sous forme d'engrais simples ne correspondant pas aux spécifications de la norme NFU 42-001 (ou la norme européenne équivalente);

2) les solutions chaudes de nitrate d'ammonium dont la concentration en NA est supérieure à 90 % en poids. Ce point des solutions chaudes a été fort mal traité. Il ne s’agit évidemment pas d’un produit commercial mais de solutions constituant des étapes de fabrication. Les ateliers de nitrate anciens élaboraient des solutions concentrées à 98 % qui étaient prillées ou granulées au tambour. Les ateliers modernes, comme l’était celui de Toulouse, étaient dotés de concentrateurs finals produisant du nitrate fondu ne contenant plus que des traces d’eau. D’aucuns continuaient à utiliser la terminologie: solutions à 99,8% de concentration. Un tel nitrate fondu est, par nature, confiné dans des tuyauteries et des capacités. Il est homogène et ne bénéficie pas des espaces inter-granulaires amortisseurs du nitrate solide, son énergie interne est plus élevée : il est donc bien plus facile à amorcer.


- rubrique 1331 : stockage d'engrais simples à base de nitrates (ammonitrates...) correspondant aux spécifications de la norme NFU 42-001(ou à la norme européenne équivalente) ou engrais composés à base de nitrates.


Pour l'appréciation des faits dont nous sommes saisis, il s'en déduit que la réglementation distingue des NAA commercialisables respectant la norme NFU 42001, stockés en vrac au silo I4, aux nitrates d'ammonium non conformes, comprenant notamment les "fines d'ammonitrate" et les NAI, stockés en vrac dans le bâtiment 221.

Afin de répondre à la norme NFU 42 001, les nitrates d'ammonium agricole sont tenus de répondre notamment au test de détonabilité : confiné dans un fût métallique, le nitrate d'ammonium et soumis à l'excitation d'une charge explosive militaire de 500 g ; la propagation de la détonation au sein du nitrate d'ammonium est mesurée au travers de l'enfoncement de plots en plomb sur lequel le fût repose ; en fonction du nombre et de la hauteur d'enfoncement



desdits plots, le nitrate d'ammonium est jugé conforme ou non audit test de détonabilité : il sera jugé conforme dès lors qu'aucun des cinq plots ne présente un enfoncement supérieur à 5% de sa hauteur.
Parler du nitrate d'ammonium est une facilité de langage qui n'est pas conforme à la réalité : la vérité c'est que les caractéristiques du nitrate et notamment sa détonabilité, vont dépendre d'une multitude de facteurs qui rendent délicate la tache des experts et enquêteurs.
On mesure cette question de la variété du nitrate et de son incidence sur ses réactions explosives, soulignée par M. Barthélémy à l'audience, quand on prend connaissance des études comparatives menées chaque années par la SA GP des résultats obtenus au test de détonabilité par ses différentes productions, issues des usines de Toulouse, Rouen, ... (scellés n°33 /B) : nonobstant des process identiques et une matière première comparable (sous réserve, selon les explications fournies à l'audience par M. Biechlin, de la charge inerte pour laquelle les usines s'adressaient à différents fournisseurs), selon les usines du groupe et même d'une année sur l'autre, les résultats à ce test pouvaient être très différents. Différents, certes, mais non pas très différents.
On peut dès à présent observer à propos de ces tests, que si l'ensemble des productions a toujours été conforme au test de détonation, les productions de l'usine de Toulouse présentaient la sensibilité la plus grande et qu'hormis une année (1998), les résultats étaient les plus mauvais du groupe ; autrement dit, les NAA fabriqués à Toulouse présentaient la meilleure propagation propagation ou sensibilité à l’amorçage. de détonation de l'ensemble des nitrates fabriqués par GP. Cette grande sensibilité du NAA toulousain mérite d'être rapprochée des propos du témoin PRESLES, directeur de recherches à Poitiers, spécialiste en détonique, missionné par la société GP, qui lors des débats a souligné sa surprise devant le faible diamètre critique du NAI fabriqué par l'usine toulousaine, c'est à dire sa remarquable aptitude à la détonation. L'avis de ce professionnel est à rapprocher de la documentation publicitaire interne de l'usine toulousaine qui présentait son NAI étiquette orange comme étant l'un des nitrates techniques les plus performants du marché.
II-2 : LE DÉBAT JURIDIQUE SOUMIS AU TRIBUNAL :
Pour apprécier les contours du cadre juridique dans lequel s'est inscrite la recherche de la cause de la catastrophe, il paraît indispensable de rappeler et de conserver constamment à l'esprit que cette explosion prend naissance sur un site industriel classé SEVESO seuil haut, dont GP est l'exploitant, quand bien même une partie des installations qui intéresse les débats, l'atelier ACD dont elle assure l'exploitation appartiendrait à un tiers, en l'espèce la société ATOFINA, filiale de la société anonyme TOTAL.
Juridiquement, la situation se présente comme suit :
- sous l'angle du droit civil :
Aux termes des articles 1382 à 1386 du code civil, la loi fixe un certain nombre de principes régissant la réparation des dommages et détermine notamment l'obligé à réparation: cela peut être l'individu par la faute duquel le dommage est survenu, que cela soit par son fait, mais encore par sa négligence ou son imprudence, ou qui est causé par le fait des choses qu'il a sous sa garde.

Ce dernier principe, édicté par l'article 1384 du code civil trouve son fondement dans la notion de "garde" indépendamment du caractère intrinsèque de la chose et de toute faute personnelle du gardien. Selon un arrêt de principe de la Cour de cassation, la présomption de responsabilité qui pèse en application de ce texte à l'encontre de celui qui a sous sa garde la chose qui a causé un dommage à autrui ne peut être détruite que par la preuve d'un cas fortuit ou de force majeure ou d'une cause étrangère qui ne lui soit pas imputable. Il ne suffit pas pour le gardien de prouver qu'il n'a commis aucune faute ou que la cause du fait dommageable est demeurée inconnue.


On comprend tout l'intérêt de ce texte en cas de catastrophe telle celle qui nous occupe: la personne tenue d'indemniser les préjudices subis est identifiée : le gardien du nitrate d'ammonium ; sa responsabilité qui ne repose pas sur l'idée de la commission d'une faute mais simplement de son statut de gardien, est présumée ; il ne pourra se dégager de cette obligation qu'en démontrant la faute d'un tiers ou un cas fortuit ou présentant les caractères de la force majeure : la loi opère sur le plan civil un renversement de la charge de la preuve. Belle argutie juridique. Il n’y a, au départ, aucun renversement de la charge de la preuve lorsque l’affaire est instruite par un juge d’instruction, qui doit instruire à charge et à décharge. Cette inversion devient évidente lorsque l’instruction prend soin d’éluder toute hypothèse de cause externe. Me SOULEZ-LARIVIERE a aggravé la situation en contestant la thèse accusatoire officielle sans évoquer les possibilités d’amorçage externe. Il préparait donc sciemment ses clients à une condamnation. Quant à la partie civile du procès, elle a été vite réglée puisque le groupe Total a accepté, en dehors de toute condamnation pénale, de régler l’addition.
La société GRANDE PAROISSE, en sa qualité de gardien de la chose, de détenteur et propriétaire du tas de nitrate d'ammonium qu'il a fabriqué et qui a détonné sur son usine, est légalement présumée responsable de l'événement : en cette qualité, et par application des dispositions de l'article 1384 du code civil, Grande Paroisse était tenue d'indemniser les victimes sauf à démontrer le fait d'un tiers ou la force majeure. Avec le soutien de sa maison mère, la société anonyme Total qui a, depuis la catastrophe, de fait absorbé Grande Paroisse, celle-ci a fait choix d'indemniser les victimes. Mais sans reconnaître sa responsabilité dans le déclenchement du processus catastrophique
La société GRANDE PAROISSE a engagé une procédure civile en saisissant le Président du TGI aux fins d'obtenir l'organisation d'une mesure d'expertise ; le juge des référés de la présente juridiction a fait droit à cette demande ; l'expertise a partiellement prospéré ; des rapports d'étape ont été communiqués et versés à la procédure d'instruction avant que cette procédure ne soit interrompue par décision en date du 26/04/2007, confirmée par la cour d'Appel le 2 décembre 2008 ; on a appris à l'audience que cet arrêt serait soumis à la censure de la Cour de Cassation.
Parallèlement à cette instance, un litige, de nature également civil ??, opposait la société GP à la SNPE devant les juridictions commerciales. La SNPE entendait voir la décision d'arrêter la production de phosgène prise par les pouvoirs publics en juin 2002 être imputée à la survenance de la catastrophe et obtenir en conséquence de la société GP réparation de ses préjudices commerciaux. Au cours des débats, le tribunal a appris que la société Total aurait conclu, à quelques jours de l'ouverture du procès, une transaction avec la société SNPE ;
Les grandes lignes de cet accord, telles que présentées par l'une des parties civiles et consistant pour la SNPE à se désister de ses demandes indemnitaires moyennant le versement d'une indemnité de 150 millions d'euros n'ont pas été contestées par la défense. La SNPE qui avait pris une part prépondérante à l'information judiciaire en sa qualité de partie civile et participé activement à la préparation de l'audience, n'a pas comparu lors du procès ; le tribunal constatera son désistement présumé.
Sur la demande de communication de la transaction et de divers documents utiles aux débats:
L'association des sinistrés du 21 septembre a sollicité du tribunal qu'il enjoigne à la défense ou à la SNPE la communication de divers documents.

Ni la transaction par suite de laquelle la SNPE s'est manifestement désistée de son action, ni la production de tout document utile ne paraît être de nature à éclairer le tribunal sur les faits objets de la poursuite, dès lors qu'il sera observé qu'au cours de l'information la SNPE, qui était l'une des parties civiles les plus impliquées dans le suivi du dossier, a communiqué au juge d'instruction divers rapports scientifiques ou notes techniques sur les questions majeures de ce dossier, telles l'incompatibilité du NA et du DCCNA et ses réactions explosives, l'électricité, la sismologie, l'acoustique et l'appréciation des témoignages. En sismologie, la SNPE avait comme conseiller scientifique le sismologue Raoul MADARIAGA qui s’est opposé aux tests sismiques de 2004, (pièce D 4253) à cause de leur très faible pertinence pour les comparaisons. Il aurait été intéressant que la SNPE explique pourquoi elle n’a jamais contesté après 2004 les conclusions du collège LACOUME, sur ces tests.

Cette demande dénuée de fondement doit être rejetée et, naturellement, toute la désinformation obligeamment fournie par la SNPE, acceptée

L’avis du juge LE MONNYER, de tendance proche du parti socialiste, sur ce point, éclaire très vivement sa partialité vis-à-vis de l’entreprise d’état SNPE dont de nombreux responsables étaient membres du PS de Haute-Garonne.
- Sous l'angle du droit administratif :
L'activité industrielle de la société Grande Paroisse est encadrée par la police de l'environnement et des installations classées. En sa qualité d'exploitant d'un site industriel, ICPE classée SEVESO seuil haut, GP est soumis à de multiples obligations : études d'impact, respect des prescriptions réglementaires de portée générale et spéciale contenues dans l'arrêté d'autorisation, obligation d' établir des études de dangers, etc... Enfin, depuis la transposition de la directive SEVESO 2 en droit interne, l'exploitant est tenu, en cas d'accident ou d'incident majeur d'informer les pouvoirs publics sur les substances en cause, les circonstances et les causes de la catastrophe ; le tribunal considère que ces dernières obligations réglementaires s'inscrivent dans le droit fil de l'esprit général qui préside à cette réglementation et qui tend à obtenir de l'industriel la maîtrise globale de son activité, celle-ci présentant des risques pour l'environnement. La SA GP est l'exploitante d'une ICPE, sur le site de laquelle s'est produite l'explosion, cause des dommages.

Or, la directive 96/82 CE du 9 décembre 1996, définit, en son article 5, ainsi les obligations générales de l'exploitant : "les états membres veillent à ce que l'exploitant soit tenu de prendre toutes les mesures qui s 'imposent pour prévenir les accidents majeurs et pour en limiter les conséquences pour l'homme et l'environnement... Et de prouver à tout moment à l'autorité compétente notamment au sein des inspections et des contrôles visés à l'article 18, qu'il a pris toutes les mesures nécessaires prévues par la présente directive."


L'article 14 de ce texte précise, "au titre des informations à fournir par l'exploitant après un accident majeur ", que "les états membres veillent à ce que, dès que possible après un accident majeur, l'exploitant soit tenu, en utilisant les moyens les plus adéquates d'informer l'autorité compétente, de lui communiquer,

dès qu'il en a connaissance, les informations suivantes :

- les circonstances de l'accident,

- les substances dangereuses en cause,

- les données disponibles pour évaluer les effets de l'accident sur l'homme et l'environnement et,

- les mesures d'urgence prise..."
L'article 9 du décret n° 2000-258 du 20 mars 2000 a ajouté un second alinéa à l'article 38 du décret du 21 septembre 1977, ainsi rédigé : "un rapport d'accident ou, sur demande de l'inspection des installations classées, un rapport d'incident est transmis par l'exploitant à l'inspection des installations classées. Il précise notamment les circonstances et les causes de l'accident ou de l'incident, les effets sur les personnes et l'environnement, les mesures prises ou envisagées pour éviter un accident ou un incident similaire et pour en pallier les effets à moyen ou long terme."
La défense qui a invoqué cette obligation réglementaire pour justifier la constitution de la commission d'enquête interne a, par la voix de l'un de ses conseils, considéré que la police administrative à l'origine de cette obligation réglementaire serait de valeur équivalente à l'autorité judiciaire, en sorte que l'on ne pouvait considérer l'intervention de la CEI et ses initiatives de lancer des investigations sans concertation avec la police judiciaire inopportunes. C’est ahurissant : la conduite d’enquêtes internes en cas d’accident est de droit. Il n’existe, en revanche, aucune obligation pour les enquêteurs internes de solliciter l’autorisation de qui que ce soit avant de prendre une initiative d’investigation. L’obligation de transparence n’existe qu’en matière de résultat.

L'établissement toulousain était en principe organisé de telle façon de respecter charabia ses obligations d'exploitant d'un site SEVESO afin, d'une part, de limiter le risque d'accident mais également et d'autre part de pouvoir justifier, à tout moment, du strict respect de ses procédures internes, de la traçabilité de ses productions et du respect de l'environnement et par-là même de pouvoir informer l'administration sur la cause de tout incident. Cependant, en l'espèce, la société Grande Paroisse s'est placée dans l'incapacité de justifier du contenu (qualitativement et quantitativement) de la benne litigieuse déversée entre 15 et 30 minutes avant la catastrophe, temps approximativement nécessaire pour entraîner, ainsi que M. BERGUES l'a démontré, la détonation du trichlorure d'azote en milieu non confiné. Mais on rêve ! GRANDE PAROISSE dit qu’il n’y avait que du nitrate dans cette benne et cette affirmation est, a priori, hautement vraisemblable. Si la Justice le conteste, c’est à elle de prouver le mensonge.


En affirmant ignorer la cause de la catastrophe, la SA GP se présente à l'égard de ses "créanciers d'information" que sont au premier chef la DRIRE, au deuxième chef l'ensemble des victimes et au troisième la communauté industrielle internationale, comme étant incapable de satisfaire à cette prescription. Cela, je n’ai cessé de l’affirmer depuis le début auprès de Thierry Desmarest et du directeur juridique Alain-Marc IRISSOU. Toute défense se bornant à contester la thèse de l’accident chimique, sans évoquer la parfaite vraisemblance d’une initiation extérieure, était vouée à l’échec. Personne n’a voulu comprendre. C’est bien l’une des preuves que TOTAL et SOULEZ-LARIVIERE étaient paralysés par un deal avec les Pouvoirs publics. Dénoncer et rompre ce deal est inévitable, même aujourd’hui, pour déterminer l’origine de la catastrophe.
C'est dire que s'il y a bien un domaine dans lequel les dispositions de l'article 1384 du code civil prennent tout leur sens c'est celui des installations classées : l'exploitant autorisé à manipuler, stocker ou fabriquer des substances dangereuses, étant réglementairement contraint de maîtriser les risques, connus et identifiés, il se doit d'être en mesure sinon de prévenir l'occurrence du risque à tout le moins, et à défaut, d'informer les pouvoirs publics et les tiers concernés telles les victimes, sur les circonstances et la cause de la catastrophe quand celle-ci survient, ainsi que les produits en cause.
- Sous l'angle du droit pénal :
Qui est le champ spécifique de l'intervention du tribunal correctionnel, mais pas exclusif, GP et M. BIECHLIN répondent d'infractions pénales involontaires.

Il appartient au ministère public de démontrer non seulement la(es) faute(s) imputable(s) aux prévenus mais également le lien de causalité certain entre cette(es) faute(s) et le dommage qui est en l'espèce patent et s'avère être l'un des rares éléments non contesté par la défense.


L'enchaînement causal retenu dans les poursuites s'inscrit dans un cadre précis qui est celui du déversement d'une benne contenant notamment du DCCNA, produit par l' atelier ACD, par l'agent de la société sous traitante chargée de la filière des déchets, sur la couche de nitrate d'ammonium humide se trouvant au sol du box du bâtiment 221, au contact du tas s'y trouvant. Le président se prend les pieds dans le tapis. Le tout dernier scénario retenu par l’expertise judiciaire, après de nombreux autres, était l’existence d’une flaque déliquescente de nitrate sur le sol du sas, sur laquelle on aurait déversé quelques Kg de DCCNa suivi de quelques tonnes de nitrate sec, le miracle étant que du DCCNa et du nitrate sec, transportés dans la même benne, se seraient spontanément séparés pour se répartir en couches successives dans le sas. L'examen des responsabilités pénales recherchées impose au préalable au ministère public de démontrer la cause de l'initiation du tas de nitrate d'ammonium déclassé. Donc, d’abord, de démontrer la réalité du roman de science-fiction évoqué ci-avant concernant l’établissement d’un sandwich, puis de démontrer que, si ce sandwich avait existé, il aurait pu conduire à la détonation du tas.

Pour apprécier cette question, il est indispensable de présenter les trois service ou ateliers concernés par la catastrophe.


II-2-1 : le cadre des poursuites :
Avant de rappeler les faits reprochés, il paraît indispensable de présenter de manière plus détaillée les trois services ou ateliers qui intéressent les poursuites : il s'agit de l'atelier ACD, de la filière déchets et du silo 221, en se plaçant sous l'angle du prescrit : quelles sont les dispositions réglementaires éventuellement imposées à l'exploitant, l'état de ses connaissances des produits manipulés et les consignes d'exploitation mises en œuvre par Grande Paroisse.
II-2-1-1 : l'atelier ACD :
Cet atelier produit, dans le même bâtiment, l'acide cyanurique d'une part et les dérivés chlorés (ATCC et DCCNA anhydre et dihydre dihydraté). Il est rattaché au service ACD/RF, appelé également "Atofina" par certains salariés, en référence à la propriété de l'atelier ou à l'entité qui commercialise ses productions. Les locaux ainsi que nous l'avons indiqué sont situés en partie sud de l'usine à environ 1000 mètres de l'entrée du bâtiment 221.
- II-2-1-1-1 : l'étude de dangers :
L'étude de dangers du stockage des dérivés chlorés fournit des renseignements sur les caractéristiques des produits et leurs incompatibilités (scellé JPB 182),
- Le chlore est un gaz toxique pouvant entraîner en cas de toxicité aigüe un risque d'œdème pulmonaire et impose à titre de protection outre le confinement de sa manipulation le port de masque à gaz ou masque autonome et le port de combinaison.
- L'ATCC et le DCCNA sont fabriqués industriellement depuis 1955 par 5 producteurs mondiaux dont un seul européen : ELF Atochem (c'est à dire la maison mère de GP lors de la rédaction de l'étude, à laquelle sera substituée, en 2000 suite à la fusion des deux groupes ELF et Total, Atofina) ; ces produits ont connu un essor commercial important dû en grande partie à leur propriété de constituer une source solide concentrée et stable de chlore actif. Ils sont utilisés dans de nombreuses applications de désinfection et de blanchiment et notamment dans le domaine du traitement des eaux de piscine.
La production de l'usine de Toulouse est de 3500 T/an de dérivés chlorés. S'agissant de l'incompatibilité, l'étude de danger note :
- Mélange nitrate produits chlorés : Il existe une incompatibilité entre les produits chlorés et ceux contenant du nitrate ; par mesure de sécurité :
1) éviter tout contact entre acide cyanurique humide et les produits chlorés (ATCC, DCCNA) et ceci sous quelque forme que ce soit quid du nitrate ?

2)n 'utiliser que de l'outillage non souillé, le laver si nécessaire avant d'intervenir .Le DCCNA (C3 N3 03 NA C12) est classé comme comburant ?? et nocif. Il est notamment présenté comme `favorisant l'inflammation des matières combustibles et être irritant pour les yeux et les voies respiratoires. Très soluble dans l'eau il est précisé qu'il a une action plus rapide que l'ATCC (quasi instantanée)". C’est sans doute pour cela que certaines piscines sont conditionnées avec des blocs de DCCNa qui mettent plus d’une semaine à se dissoudre.
S'agissant des réactions de ce composé au contact d'un produit incompatible l'étude de danger ajoute notamment qu'au contact :
- des hypochlorites, il réagit en dégageant du trichlorure d'azote : le magasin est réservé au stockage du DCCNA uniquement.

- des produits azotés, à leur contact et sans source d'inflammation, on observe un dégagement de trichlorure d'azote pas avec n’importe quel produit azoté : le magasin est réservé au stockage du DCCNA uniquement. (...)
Il faut souligner sur ce point que la société Grande Paroisse ne se lance pas dans cette étude des dangers, dans des considérations développées par certains techniciens de la défense, selon lesquelles en réalité cette incompatibilité dépendrait de l'état liquide ou non des composés : Tout le monde sait bien que du DCCNa et du NA sec ne réagissent pas.
L'information pertinente qui est délivrée par cette étude est que les dérivés chlorés et notamment le DCCNA sont incompatibles avec un certain nombre de composé dont les produits azotés (urée et nitrate d'ammonium) : cette incompatibilité entraîne par réaction chimique la production de trichlorure d'azote, dont on verra qu'il constitue un explosif primaire particulièrement instable. Il faut se référer à la fiche de données de sécurité du DCCNA (qui accompagne tout produit chimique et informe les tiers sur ses caractéristiques et, le cas échéant, ses dangers) jointe à l'étude de dangers, pour relever que ce composé présente un risque de réaction violente. On trouve les propriétés du NCl3 dans les manuels de chimie
Dès ce stade, il paraît nécessaire de relever que pour tout chimiste évoluant dans l'usine à des postes de responsabilité les propriétés explosives du trichlorure d'azote sont connues : rappelons qu'en 2001, il est impliqué dans deux explosions de canalisation au service ACD et il est imputé dans l'explosion d'une pompe au service nitrate. quelle pompe et dans quel atelier. ?
La lecture de la documentation maîtrisée (réf ACD/ENV/3/04 scellé JPB 175) confirme que la société Grande Paroisse communique sur ce point puisqu'elle y indique au paragraphe "sécurité dans les manœuvres d'exploitation relativement au liquide chloré recueilli dans la fosse des effluents de "NE PAS MÉLANGER AVEC DU NITRATE D'AMMONIUM" (en surgras dans le texte).
A la lecture de l'analyse des risques faite par l'exploitant dans ce document, qui constitue l'objet principal d'une telle étude, force est de relever que bien que celle-ci ait spécifiée ?? l'incompatibilité forte de DCCNA avec NA, elle ne prévoit ou ne rappelle aucune règle spécifique liée à la production sur le même site, à Toulouse, de ces deux grandes familles de produits incompatibles que sont les dérivés chlorés et les produits azotés, lesquels comprennent outre le nitrate d'ammonium, qui nous concerne au premier chef, également l'urée ; c'est ainsi qu’il y est indiqué dans ce document en page 29 que :
"les produits incompatibles susceptibles d 'être présents dans l'usine sont : - des matières combustibles ,- l'eau".
De manière incompréhensible, l'étude de dangers oublie de mentionner la production de centaine de milliers de tonnes de nitrate d'ammonium et d'urée.

C'est à croire que l'étude de dangers, le pilier de la gestion de la sécurité, le `fer de lance... de la gestion des installations impliquant l'utilisation de substances dangereuses" selon la doctrine la mieux avisée (Les installations classées de JP Boivin -édition le moniteur), a été rédigée comme si l'atelier ACD fonctionnait de manière autonome... sans aucun lien avec les autres ateliers de l'usine alors même qu'il partage certains services transversaux tels le nettoyage industriel confié notamment à la MIP, ou la collecte des déchets confiée à la SURCA et que si un contrat spécifique est conclu entre TMG et l'exploitant pour le travail dans ce service, cela n'empêche pas qu'à l'occasion, tel le grand nettoyage de l'atelier réalisé à la fin du mois d'août/début septembre 2001 à ACD on fasse appel à une équipe TMG travaillant aux nitrates.

Compte tenu de cette analyse des risques, il n'est pas surprenant que les scénarios d'incidents retenus dans cette étude de dangers ne retiennent pas le croisement de dérivés chlorés et de NA..

Je ne pense pas qu’il ait été exigé par l’administration de l’époque de réaliser une étude spécifique concernant l‘unité de nettoyage et les déchets, dans la mesure où celle-ci n’était pas classée ICPE. Il faut voir qu’à l’époque les DRIRE demandaient des études de dangers ciblées sur les installations les plus dangereuses et que la prise en compte globale des risques n’était pas un souci aussi majeur qu’aujourd’hui (il l’est devenu justement après AZF). Dans ces conditions, la façon de procéder de GP n’est pas aussi choquante que le texte le laisse paraître.

Quand bien même, on aurait exigé de détailler les risques d’interaction entre unités (les risques d’effets domino devant déjà faire partie de l’analyse dans les dossiers d’études de dangers), il aurait été précisé dans l’étude de l’atelier ACD que les activités concernant le nitrate étaient trop éloignées de l’atelier pour craindre le moindre effet domino.

Il aurait été surprenant (du moins à l’époque) que les installations de collecte des déchets soient évoquées dans cette analyse des effets domino.
- II-2-1-1-2 : Les prescriptions préfectorales :
La réglementation spécifique à cet atelier tient compte bien évidemment de la dangerosité de ces produits :
L'arrêté préfectoral du 18 octobre 2000 dispose notamment s'agissant de cet atelier :




Dostları ilə paylaş:
1   ...   9   10   11   12   13   14   15   16   ...   47


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©genderi.org 2019
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə