Extrait des minutes secrétariat greffe du Tribunal de grande instance de toulouse



Yüklə 2,18 Mb.
səhifə26/47
tarix27.12.2017
ölçüsü2,18 Mb.
1   ...   22   23   24   25   26   27   28   29   ...   47

- II-3-3-3-3 : la configuration de la charge explosive :
Comme nous l'avons vu, l'un des facteurs majeurs au développement d'un phénomène explosif repose sur la notion de confinement : elle peut être déterminante dans la caractéristique de l'explosion qui pour, certaine substance explosive, sera déflagrante en l'absence de confinement ou détonnante ?? en présence d'un confinement fort (tube acier par exemple). C’est encore le chœur BERGUES-VAN SCHENDEL qui est ici relayé par LE MONNYER. Une cartouche de dynamite ou de TNT isolée détone sans problème.
En l'absence de confinement au sens pyrotechnique du terme, le nitrate d'ammonium voit son diamètre critique, c'est à dire l'épaisseur minimale de la charge nécessaire pour obtenir la stabilité de la détonation, fixé à environ un mètre ou plus pour le NAA (très variable en fonction des facteurs de détonabilité ci-dessus évoqués) à une dizaine de centimètres pour le NAI, M. PRESLES soulignant, nous le répétons, le faible diamètre critique des productions de l'usine de Toulouse.
Dans la configuration des tas présents dans le bâtiment 221 le 21 septembre, il convient de noter que, nonobstant l'avis exprimé par MM. VAN SCHENDEL et DEHARO dans leur note du 28 septembre, les tas ne présentaient aucun confinement au sens détonique du terme mais simplement une capacité à l'auto-confinement. Cela n’a aucun sens. Le tas était confiné ou il ne l’était pas.
Dans une telle configuration, il convient de prendre en considération "l'effet de masse" mis en valeur par l'étude des universitaires canadiens (BAUER et autres) qui renvoient tout à la fois à celle de diamètre critique et d'autoconfinement : pour le même nitrate agricole (granulométrie et densité identique), la charge d'explosif nécessaire à titre d'amorce pour faire détonner un tas de NAA pourra passer d'une cinquantaine de kilos à 25 kgs par la simple augmentation de la masse de produits soumis à l'amorce.(cote D 2943) Et alors ? Quelles conclusions sur le fonds ?

- II-3-3-3-4 : l'initiation de la détonation du nitrate d'ammonium :
La lecture des contributions de MM. GROLLIER BARON et GUIOCHON notamment, confirme sur ce point la synthèse faite par les experts de l'état des connaissances, qui reposait essentiellement sur le travail encyclopédique de M. MEDARD : le nitrate d'ammonium est une composition explosive stable, peu sensible aux sollicitations électrique, choc mécanique ou autres.
La connaissance reposait tout à la fois sur des études souvent anciennes, hormis celles des universitaires canadiens, et l'analyse de l'accidentologie. Contrairement à la plupart ?? des autres explosifs, il est insensible aux frottements et aux chocs mécaniques les plus violents la dynamite a précisément été inventée pour désensibiliser au choc la nitroglycérine; s'il y a explosion au choc elle ne concerne que la partie soumise directement à l’impact sans transmission au reste de la matière. Il n'est pas sensible à l'impact des balles de fusil. En cas d'échauffement, il faut atteindre des températures très élevées pour observer une explosion en cas de confinement du produit, le phénomène explosif pouvant s'accélérer dans l'hypothèse du croisement du nitrate fondu avec un combustible. Le NA fond bien avant de se décomposer et, s’il n’est pas confiné dans un récipient, s’étale en flaques sur le sol, ce qui l’éloigne de la source de chaleur et l’empêche de se décomposer. Si une partie de la flaque reste soumise à une source de chaleur intense, elle se décompose alors de manière crépitante et non explosive. Toutes les explosions de camions de nitrate accidentés, consécutives à un incendie prolongé, résultent de la dislocation mécanique des réservoirs de carburant, à l’inflammation de ce dernier et au mélange du NA fondu avec le carburant résiduel. La température suffit alors à provoquer la détonation
En dehors de cette initiation liée à une décomposition, dont tout le monde s'accorde à considérer qu'elle n'a pas été observée le 21 septembre, les scientifiques estimaient que le seul moyen de mettre en détonation du nitrate d'ammonium non confiné résidait dans le fait de le soumettre à une onde de choc brisante.

A contrario, l'étude canadienne menée par l'université de KINGSTON (BAUER et autres) et, dans une moindre mesure, celle menées par le laboratoire LACROIX qui n'a pu, pour des raisons de sécurité analyser l'effet de masse, illustrent les difficultés pyrotechniques posées par la détonation d'une masse de nitrate agricole: de nombreux échecs liés à la granulométrie, la densité des nitrates, à l'insuffisante charge ou masse de nitrate sont relevés...



Fort logiquement, en l'état de cette connaissance scientifique, de l'absence d'élément militant pour une décomposition préalable du nitrate, ni de confinement a priori du tas ayant explosé, les ingénieurs chimistes ou experts proches de la défense privilégieront l'emploi d'un explosif dès lors qu'ils n'imaginaient pas envisageables, nonobstant l'incompatibilité forte des produits azotés et des dérivés chlorés, qu'une explosion puisse se produire par la simple mise en contact de ces deux composés sans confinement :
M. Guiochon indiquait ainsi en décembre 2001,
"Il est a peu près sur que certains des produits chlorés fabriqués par l'usine (DCCNA) mélangés au nitrate d'ammonium peuvent conduire a des réactions violentes. Il convient cependant de bien faire la différence entre une réaction violente et une détonation comme celle qui eut lieu à Toulouse. La détonation se produit presque instantanément. Elle conduit a la formation d'une onde de choc qui se propage a environ 2500 m/s. Si vous décomposez du nitrate d'ammonium vous obtenez un mélange de gaz. Si cela se produit instantanément, vous avez soudain plus de mille litres de gaz là où vous aviez 1 kg, c'est a dire a peu près un litre de solide. Ces gaz sont très chauds. La pression monte donc a près de 10 000 (dix mille) atmosphères. Tout est détruit là où passe cette onde. Une fois le nitrate d'ammonium décompoée ?? , l'onde de choc continue de se propager mais elle s'amortit.. C'est son passage qui cause les destructions observées après une détonation. L'amortissement complet se fera sur quelques kilomètres

Une réaction violente a des effets beaucoup moins destructeurs qu'une détonation car elle est bien plus lente. Les gaz qui se dégagent le font plus lentement et la pression monte a des valeurs bien plus faibles. C'est le cas des combustions par exemple. Les flammes se déplacent a des vitesses de quelques mètres par seconde...

Il est prouvé qu'un mélange moitié/moitié de DCCNA et de nitrate d'ammonium, en présence d'une petite quantité d'eau fuse aptes un certain temps et peut même exploser dans certaines conditions...

Seulement, même en admettant ce dépôt (de DCCNA sur le tas de NA), on n'a jamais prouvé que l'immédiate proximité des deux produits (qui les aurait mélangés?) était explosive... (cote D 2607).
C'est le mérite remarquable et l'apport incontestable des expérimentations menées par M. BERGUES au centre de Gramat : la simple mise en contact de DCCNA sur une couche de NAI humidifiée et recouverte de NAI va entraîner une réaction chimique, sur laquelle nous allons revenir qui, dès lors que la surface de contact sera suffisamment élevée (de l'ordre de 30 cm sur 30) va permettre une élévation de température suffisante pour emporter la mise en détonation du milieu réactionnel et ce sans confinement au sens détonique du terme. L'ingénieur de la DGA ne s'est pas contenté de l'avis du plus éminent spécialiste du nitrate ou de ceux des professeurs de chimie, censés se faire les porte-parole de la communauté scientifique (GUIOCHON, MEUNIER, LATTES) : convaincu par les travaux exploratoires menés par M. BARAT, il a engagé une campagne expérimentale, seul moyen possible de poursuivre l'étude de la réaction de ces deux composés, la science fondamentale ne permettant pas d'éclairer utilement les techniciens et l'a poursuivi, contrairement à la défense qui, à l'approche des essais "grandeur nature", a subitement, ainsi que M. PRESLES l'a souligné, décidé d'interrompre les expérimentations avec le CNRS de Poitiers et l'institut SEMENOV, jusqu'à obtenir des détonations. Tout est faux dans cet alinéa. Rappelons qu’après d’innombrables ratages, seul le tir n° 24 de BERGUES est présenté comme reproduisant la chaîne complète : formation d’une quantité importante de NCl3, élévation de température de ce NCl3 qui se vaporise et dont les vapeurs chaudes détonent spontanément vers 85 °C, amorçage de la détonation du NA résiduel. La réaction initiale Na – DCCNa ne se fait pas, dans ce tir, entre deux couches superposées de produits pulvérulents solides, mais entre une « soupe » déliquescente de NA à plus de 10% d’eau et une couche de DCCNa pulvérulent que l’on a saupoudré sur la soupe et qui s’y dissous partiellement, amorçant ainsi une réaction ionique. Le NCl3 vaporisé monte alors dans une troisième couche de nitrate sec au sein de laquelle il est censé avoir détoné, amorçant ainsi cette couche sèche. Il ne s’agit donc en rien de la superposition de deux couches pulvérulentes dont G. Guiochon disait, à très juste titre, qu’on n’en avait jamais vu exploser. Quant aux soi-disant turpitudes de la défense, elles résultent du fait qu’après l’annonce triomphale du tir n° 24, il lui paraissait mieux valoir se consacrer à son analyse plutôt que de conduire d’autres expériences. D’où la demande à PERRIQUET (deuxième manière) de refaire ce tir dans des conditions contradictoires, ce qu’il a sèchement refusé. Mais, comme d’habitude, Soulez n’a pas soulevé de scandale procédural face à ce refus et s’est tranquillement couché
Mr BERGUES a effectivement un mérite : il a su, après plusieurs années, reprendre les informations fournies par la Défense et par SME qui montraient qu'il fallait une surface de contact la plus grande possible (ce qui est une évidence en réactivité chimique) , et de l'eau en quantité suffisante.

Par contre , le fait qu'il faille expérimenter (pour le schémas en sandwich de Mr BERGUES) avec une section minimale de 30 x 30 cm pour obtenir une élévation de température suffisante pour atteindre les 93°C (température d'explosion) est une imposture scientifique. En respectant les mêmes hauteurs du sandwich, en utilisant une section de 1 x 1 cm, on aurait la même élévation de température qu'avec 30 x 30 cm. Cela est vrai, car nous avons affaire à un système adiabatique (pas de perte de chaleur vers l'extérieur). La loi qui régit l'élévation de température est particulièrement simple :

Q=mCp(Tf-To) , où Q est la chaleur dégagée par la réaction, m la masse de produits (solide, liquide et gaz) qui va emmagasiner cette chaleur (d'où l'élévation de température du milieu), Cp la capacité calorifique des produits, Tf la température finale en fin de réaction et To la température initiale.

Avec une section de 20 x 20 cm, la section de contact est 400 cm2: avec une section de 30 x 30 cm, elle est de 900 cm2, soit 2.25 fois plus. Avec 30 x 30 cm la chaleur dégagée sera évidemment 2.25 fois plus grande qu'avec 20 x 20 cm, mais la masse à chauffer sera, bien évidemment, 2.25 fois plus grande: comme le Cp est constant, on voit que l'élévation de température est la même. Cette démonstration est simple et évidente pour n'importe quelle personne ayant quelques notions élémentaires de thermique. Le raisonnement des experts, repris par le Juge, est qu'avec une surface plus grande on dégage plus de chaleur (c'est vrai) et donc on obtient une élévation plus grande de la température (c'est totalement faux , car là on oublie, volontairement ou non, que la masse à chauffer a augmenté dans les mêmes proportions). Bien sûr, s'il y a explosion, celle-ci sera plus intense avec 30 x 30 cm qu'avec 20 x 20 cm puisque la quantité de NCl3 sera plus importante: mais comme on vient de le voir la dimension de la section n'a aucune importance pour juger de la possibilité ou non d'une explosion (c'est-à-dire atteindre la température de 93°C).

On peut comprendre l'acharnement des experts à "démolir" l'essai fait au TNO en 20 x 20 cm, car il détruit beaucoup de leurs affirmations. Par contre, on peut se demander si les arguments développés et qui sont nuls scientifiquement, sont de bonne foi, ce qui conforterait leur incapacité à maitriser des sciences de base.

Autre erreur : la hauteur de NA sec permet un confinement, contrairement à ce qu'écrit le Juge.

Les travaux de l'ingénieur de la DGA démentent les affirmations peu prudentes des éminents spécialistes « Saint » BERGUES, éclairez-nous ! Sans vous, les éminents spécialistes reconnus par la communauté scientifique internationale auraient pu continuer à sévir impunément. Il va sans dire que la gloire immortelle de Le Monnyer sera d’avoir été l’hagiographe de cet esprit supérieur que, sans lui, le monde n’aurait pas connu initialement sollicités par la défense et finalement cités par Mme MAUZAC et attestent que ce que l'on a présenté comme la piste chimique n'est pas une hypothèse purement intellectuelle ou de laboratoire, mais que, concrètement, une configuration de mise en contact des produits parfaitement envisageable peut produire une détonation sans aucun artifice pyrotechnique. N’ayant été soumis à aucune expérience contradictoire, n’ayant eu comme témoin direct que des membres liés aux experts de la DGA, n’ayant aucune preuve technique formelle de l’absence de truquage comme une vidéo complète des préparations, ne tenant compte d’aucune variation des paramètres et de l’installation en jeu, rien ne dit qu’aucun artifice pyrotechnique n’a pas été mis en place à Gramat lors de cette unique expérience. Le dispositif contenait du matériel dans lequel il était possible de dissimuler un petit artifice pyrotechnique (boite en bois).



II-3-3-4 : La composition des tas de nitrate d'ammonium présent dans le bâtiment 221 :
Dans un établissement classé SEVESO 2 seuil haut, le tribunal considère que l'obligation de maîtrise aurait dû permettre aux enquêteurs de pouvoir disposer d'éléments précis sur les qualités et quantités de produits présents dans le bâtiment 221, qui pour être souvent qualifiés de déchets par la documentation de l'usine est en réalité une matière première provisoirement stockée au sein de l'usine dans l'attente de son transfert vers la filiale qui va recycler ces NA déclassés dans ses assemblages d'engrais complexes. Il n’en reste pas moins que les exploitants tenaient un bilan des entrées et des sorties du 221, bilan qui constitue actuellement la meilleure appréciation disponible de la quantité totale de produit stockée dans le 221
Il convient donc de considérer que le bâtiment 221 est un bâtiment dédié à la production qui ne s'inscrit nullement dans la filière "déchets".
- II-3-3-4-1 : le stock principal :
Malheureusement, l'organisation de l'usine ne permettait pas de pouvoir "tracer" les entrées du 221 de manière précises :
- concrètement, M. PANEL, responsable RCU se rendait une fois par mois dans le bâtiment aux fins de faire un inventaire matière "au jugé" et appréciait la question de commander les camions pour transférer les nitrates vers SOFERTI. Il concède que ses évaluations, qui ne comprenaient pas la matière dédiée à la couche de nitrate laissée volontairement au sol afin d'égaliser celui-ci et éviter la destruction de la dalle par les choulers ??, étaient approximatives à 40 tonnes près, soit, pour un maximum de 500 tonnes de matières, une marge de 8%.

- certaines entrées étaient comptabilisées non pas aux fins de s'assurer du stock sur le plan comptable, mais simplement afin de facturer les services rendus par certains sous-traitants (c'est ainsi que les bennes oranges transférées par la Surca, et les transferts de godets du chouler de TMG étaient pesés ou comptés);

Nous nous retrouvons ainsi devant une incertitude conséquente sur les quantités de matières présentes dans ce bâtiment :

- L'IGE évalue la quantité entre 300 et 400 tonnes,

- la société Grande Paroisse retient entre 370 et 405 à 40 tonnes près, je n’ai jamais entendu parler de cette évaluation qui ne colle absolument pas avec le bilan des entrées et des sorties que je connais et qui conclut à nettement moins que 400 t.

- M. BERGUES retient une quantité totale, couche de nitrate au sol comprise, de 520 tonnes. C’est totalement faux ! Cette affirmation n’a pas d’autre objet que de masquer les innombrables délires du rapport BERGUES du 24 01 2006. Je les rappelle en ce qui concerne la seule évaluation du nitrate présent. En pages 34 et 35, cinq évaluations par des méthodes différentes qui conduisent successivement aux fourchettes : 370 à 405 t, 330 à 450 t, 360 à 415 t, 390 à 450 t et à 365 t sans fourchette. BERGUES en conclut péremptoirement qu’il faut retenir une moyenne de 390,8 t, évaluée donc à 100 kg près, alors qu’il est mathématiquement impossible de calculer une moyenne à partir de fourchettes! Mais cela ne lui suffit pas car il est pour lui essentiel, dans son obsession accusatoire, de prouver que l’arrêté préfectoral limitant le stock à 500 t n’avait pas été respecté. Il crée donc le mythe des croûtes épaisses qui auraient curieusement échappé aux évaluations ci-dessus, ce qui le conduit à 563,4 t, évaluation présentée comme approchant la vérité par défaut. Ce rapport B. ne contient pas une seule fois la valeur de 520 t citée par LE MONNYER. Quant au Rapport final, il annonce sans justification 532 t. Rappelons que VAN SCHENDEL a fait état de 400 t environ devant la Cour, sans susciter la moindre question.



- il convient de souligner que le calcul auquel M. BIECHLIN parvenait étant affecté d'une erreur de 5% au niveau des entrées, et en considérant les entrées évaluées depuis le dernier "décapage" non pas de l'intégralité de la croûte mais uniquement de l'emplacement où était posé le tas principal, on approche des évaluations de M. BERGUES. Le mensonge continue. Il semble curieux à LE MONNYER que BERGUES ne connaisse le bilan matière du stock qu’à 5% près, avec une d’incertitude supplémentaire due au mythe des croûtes, mais il ne se formalise en rien du fait que la valeur la plus haute citée par BERGUES soit supérieure de 170% à la valeur la plus basse.
Le tribunal considère qu'à supposer que les calculs puissent être effectivement uniformisés au regard de la croûte comme le fait l'ingénieur de la DGA, et que la quantité de nitrate ait dépassé le plafond autorisé par l'arrêté préfectoral, ce dépassement est sans incidence sur les faits dont nous sommes saisis ; il est pertinent pour apprécier une nouvelle fois le relatif désintérêt que suscitait ce stock pour l'exploitant, mais concrètement cet éventuel excès de produits est sans lien avec l'importance de la catastrophe observation faite que le tribunal n'est pas convaincu par l'essai de mise en détonation de la croûte auquel M. BERGUES a procédé. LE MONNYER a parfaitement réussi, en cours d’audience, à enterrer le rapport du 24 01 2006, si consternant qu’une défense digne de ce nom aurait pu l’utiliser pour faire voler en éclat toute la thèse accusatoire.
Sur la qualité des entrées, il est remarquable d'observer que la société GP est placée dans l'obligation de procéder à des évaluations, à "grande louche" pour préciser les parts de NAA et de NAI figurant au sein de ce bâtiment : on serait, selon les interlocuteurs, aux alentours de 75% d'engrais et 25% de nitrates techniques. Charabia. Tout le monde semble à peu près d’accord sur cette évaluation approximative de la proportion, qui ne varie donc pas « selon les interlocuteurs »
Si l'on veut affiner la détermination des entrées de NAA, on se trouve confronté à l'absence de réel suivi des entrées : l'essentiel de la part de NAA serait constitué, selon l'exploitant, par des "fines" recueillies dans les bennes oranges à I4, lors du deuxième calibrage réalisé avant l'expédition et conduit la défense a considéré ?? qu'une grande part du contenu de ses ?? bennes oranges était très proche de la qualité commerciale, compte tenu de la marge conséquente appliquée lors de cette opération de calibrage la fin de cette phrase ne veut rien dire... En apportant cette précision pour la première fois à l'audience, il convient de souligner charabia : le sujet de la proposition participe doit être le même que celui de la principale que la défense ajoute à l'incertitude pour apprécier la puissance de l'amorce nécessaire pour emporter la détonation de l'ensemble...bla bla
Autant dire que pour être un stock de matière première, il ne présentait pas le même degré de traçabilité que les autres services un stock n’est pas un service de production : SOFERTI, filiale de Grande Paroisse, acceptait les nitrates déclassés que sa maison mère lui transférait en analysant les déclassés qui lui étaient vendus que de manière très irrégulières (la dernière analyse remonte au mois de mars 2001).
S'agissant donc du tas situé dans le bâtiment principal nous avions une quantité de l'ordre de 400 à 450 tonnes de NA. Mensonge

L'exploitant ayant fait le choix de disposer ces déclassés en un seul tas, on est dans l'incapacité d'apprécier quelle était la disposition des différentes qualités de nitrates (NAA et NAI) dans ce tas ; ils étaient positionnés sur le tas principal en fonction des entrées non, en fonction des vidanges du sas vers ce tas principal : on ne peut pas parler à proprement parler de mélange c’est un aveu mais d'empilements successifs.


Nonobstant les déclarations de certains témoins venus dire à l'audience que le tas principal aurait présenté une forme de tente ne débutant qu'au pied du 3° poteau suivant le muret soit à une distance d'une dizaine de mètres de celui-ci, il convient de dire que cela est tout à la fois contradictoire avec les dires de certains témoins entendus peu de temps après la catastrophe par les enquêteurs et notamment du témoin le mieux avisé, M. Panel, chef de service RCU qui était rentré dans le bâtiment peu de temps avant la catastrophe. Il est certain que les chouleurs pouvaient circuler entre le muret et le tas principal M. Panel a réalisé le 22-9-2001 un dessin du H221 (cote D 210) lors de son audition qui n’avait qu’un but indicateur et ne proposait aucune précision particulière pour la distance entre le muret et le tas. Les autres salariés d’AZF et de TMG ont validé un dessin qui montrait un espace plus important. Comme aucune question sur cette distance n’était posée à l’époque, l’exploitation de ce dessin à cette fin repose sur une pure malhonnêteté du juge Le Monnyer à des fins de satisfaire les experts judiciaires qui n’ont même pas cherché à confirmer ce détail eux-mêmes par de nouvelles auditions portant sur ce sujet.
Les enquêteurs de la CEI avaient eux même reçu des informations équivalentes et déterminé dans les coupes transmises au CHSCT, au laboratoire QINETIC ou au CNRS de POITIERS, à qui avait été confié une mission de simulation de la capacité de transmission de la détonation se produisant dans le box au tas principal, une configuration plaçant le tas principal à proximité immédiate du muret et au plus à 3 mètres de celui-ci. Quelle que soit la largeur précise du couloir, il existait. Le tas principal ne s’appuyait donc pas sur le muret comme l’affirme BERGUES.
Il sera jugé, au vu de l'absence de pertinence des objections opposées par la défense sur ce point et des déclarations concordantes enregistrées par les policiers et les enquêteurs de la CEI que les deux tas étaient en réalité proches l'un de l'autre LE MOONYER joue sur les mots. Ce n’est pas la distance entre les deux tas qui compte mais le fait qu’aucun des deux ne s’appuyait sur le muret. L'analyse du cratère et des éjectas terreux confirme ce point C’est entièrement bidon. L’analyse du cratère et des produits éjectés ne peut fournir aucune information sur ce point.


Dostları ilə paylaş:
1   ...   22   23   24   25   26   27   28   29   ...   47


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©genderi.org 2019
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə